© Juan BARRETO / AFP

Comment une chorégraphie est devenue un hymne contre les violences faites aux femmes

Née au Chili, cette chorégraphie est devenue virale dans le monde entier.

Après avoir pris connaissance d’une grande enquête sur le viol au Chili, un collectif de femmes chiliennes, Lastesis, ("les thèses" en espagnol), ont décidé de s’atteler à un projet théâtral autour des violences sexuelles. 

L’étincelle de la révolte chilienne

Le 18 octobre dernier, une grande révolte a éclaté au Chili. C’est la hausse du prix des tickets de métro dans la capitale, Santiago, qui a mis le feu aux poudres. L’éruption de ces protestations sociales et les informations faisant état d’agressions sexuelles perpétrées par des policiers contre les femmes ont motivé le collectif Lastesis à revoir ses plans.

Publicité

Face au millier de plaintes pour tortures et mauvais traitements déposées et aux dizaines de dossiers concernant des agressions sexuelles commises par des représentants des forces de l’ordre, le collectif a alors décidé d’adapter son œuvre à la rue et d’avancer la première pour faire entendre sa voix à chaud.

Le 20 novembre, une vingtaine de femmes ont donc occupé une rue de Valparaíso, à 120 kilomètres de Santiago, la capitale chilienne, pour y interpréter une sorte de chant chorégraphié, "Un violador en tu camino" ("Un violeur sur ton chemin"). Bandeau noir sur les yeux et foulard autour du cou, les femmes ont scandé des mots qui frappent autant que leurs gestes.

"Ce n’était pas de ma faute, ni de l’endroit où je me trouvais, ni de comment j’étais habillée… Le violeur, c’est toi ! Ce sont les flics, les juges, l’État, le Président. L’État oppresseur et un macho violeur", ont-elles déclamé en levant les poings au ciel.

Publicité

La chorégraphie, très codifiée, visuelle et simple à reproduire, a été pensée pour avoir le maximum d’impact sur les spectateurs tout en pouvant être reproduite à grande échelle.

Un happening viral

Cinq jours plus tard, pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, elles récidivent mais à Santiago. Cette fois-ci, elles sont des centaines et le jour même, la vidéo devient virale sur les réseaux sociaux.

Publicité

En moins de 48 heures, "Un violador en tu camino" a été traduit dans plusieurs langues et des milliers de femmes, fatiguées du machisme ambiant, ont alors chanté en cœur à Paris, à Madrid, à New York ou à Berlin.

Mercredi soir encore, quelque 10 000 Chiliennes âgées de plus de 40 ans se sont réunies devant le stade national de Santiago pour une version "senior" de la chorégraphie.

Publicité

Un chant pour dénoncer des situations personnelles

Devenu viral, ce happening est largement repris sur Twitter et dépasse même ses ambitions originelles. Certaines femmes s’en sont emparées pour raconter des histoires plus personnelles, des violences sexuelles dont elle ont été victimes, en reprenant les strophes du chant et en y insérant les détails de ce qu’elles ont subi.

Konbini avec AFP

Par Manon Marcillat, publié le 06/12/2019