AccueilPépite

Comment The Purge a réinventé le concept du « slasher movie »

Comment The Purge a réinventé le concept du « slasher movie »

Publié le

par Antonin Gratien

En faisant de la société elle-même une psychopathe, la saga revisite les codes d’un sous-genre rouillé du cinéma d’horreur.

Y aurait-il quelque chose de Psychose (1960) dans la franchise The Purge ? A priori, peu de points communs entre l’élan sanguinaire d’un propriétaire de motel, et le principe-clef de la dystopie américaine : chaque année aux États-Unis, pendant 12h consécutives, toutes les activités criminelles sont autorisées.

Pourtant, ce levier scénaristique renoue bien avec une tradition cinématographique dont Psychose est l’une des oeuvres pionnières : le slasher movie. Soit un film d’horreur mettant en scène l’élimination d’un groupe par un psychopathe, souvent masqué ou déguisé. Mais avant de détailler en quoi The Purge a offert une nouvelle dimension à ce genre théorisé dans les années 70 et peu à peu disparu des radars, remontons la bobine.

Aux origines étaient une douche, et une tronçonneuse

Psychose est l’un ce que l’on pourrait appeler un « proto-slasher ». On y voit un homme mentalement perturbé cherchant à assassiner des personnes sans défense avec une arme blanche (slash signifie taillader, en anglais). La recette d'Alfred Hitchcock, mêlant suspens, horreur et pincée d’érotisme (l’inénarrable scène de la douche), choque autant qu’elle envoûte à la sortie du film.

Les bases du slasher movie sont jetées. Autre grand contributeur à l’émergence de la sous-catégorie : Massacre à la tronçonneuse (1974). Inspiré d’un sordide fait divers, l’oeuvre de Tobe Hooper porte à l’écran la malheureuse rencontre entre une team d’adolescents insouciants, et Leatherface. Comme dans Psychose nos héros ont affaire à un dérangé travesti. Et comme dans Psychose toujours, les protagonistes devront lutter avec les moyens du bord pour échapper à la menace.

Halloween, et ses petits

En 1978, l'imaginaire de John Carpenter accouche de celui qui sera l’emblème même du « slasher » : Michael Myers. Forcené depuis l'âge tendre, ce célèbre antagoniste révélé avec Halloween : La Nuit des Masques aura marqué toute une génération. Tueur en série au look reconnaissable, meurtres sanglants, vulnérabilité des héros… Les ingrédients du film seront ensuite repris par d’autres sagas cultes.

Notamment celle des Vendredi 13 qui compte pas moins de 13 longs-métrages, et aura eu l’immense mérite de rendre légitime le port du masque de hockey lors des soirées à thème. Pour ne citer qu’eux, le slasher movie doit également sa renommée aux virées cauchemardesques de Freddy Kruger (Les Griffes de la nuit, 1984), et aux assauts d’une poupée diabolique : Chucky (Jeu d’enfant, 1988).

Mort du genre...

Après un âge d’or culminant dans les 80's le slasher movie s’essouffle. Malgré les innombrables suites et dérivés des titres emblématiques, il disparaît peu à peu des salles obscures. Jusqu’à ce que Wes Craven, père des aventures de Freddy, dépoussière le genre en tournant Scream (1996). Mais l’oeuvre sonne plus le glas du slasher qu’elle n’en acte la renaissance : ses codes horrifiques sont détournés à des fins humoristiques.

La vieille recette ne serait-elle plus bonne qu’à faire rire ? Non. Mais à condition d'une réinterprétation en profondeur. Tâche à laquelle s’est attelé la franchise The Purge, composée de 4 films (les American Nightmare, en français), ainsi que d’une série dont la première et deuxième saison sont actuellement disponibles sur Prime Video.

Et exemple de renouveau : The Purge

Du slasher movie, la saga lancée en 2013 reprend plusieurs éléments. Le port de déguisements (les masques lumineux, ou gothiques), l'usage d’armes blanches et contondantes, ainsi que le principe  d'un groupe démuni en péril (une famille dans American Nightmare, un jeune couple dans le second volet…).

Toutefois, comme le voudrait pourtant la tradition du slasher movie, nos héros ne sont pas la proie d’un unique sociopathe. En adoptant l’idée d’une frénésie commune, The Purge fait endosser le rôle du « mauvais » à la société toute entière - ou presque.

Les villes concernées par la « purge » sont le théâtre de violences inouïes, perpétrées non par des psycho-killers avérés, mais par des citoyens lambda dont la fureur se déchaîne à la seule occasion d’une nuit annuelle de licence absolue, instaurée par l’organisation au pouvoir (NFFA).

The Purge, c'est donc un slasher movie aux dimensions étendues. L'action ne se déroule plus à l'échelle d'une maisonnée, mais à celle d'une nation entière. D'isolée, la violence devient généralisée. Cette nouvelle configuration a donné naissance à un survival haletant aux multiples déclinaisons. La preuve par le fait que le slasher a encore de quoi faire frémir.