AccueilPartners

Tri des déchets : 10 questions que vous ne vous poserez plus après avoir lu cet article

Tri des déchets : 10 questions que vous ne vous poserez plus après avoir lu cet article

Publié le

par Mairie de Paris

Il faut trier ses déchets, tout le monde le sait. Ce qu’on sait moins, c’est comment s’y prendre correctement. Heureusement pour vous, on vous donne une série de conseils simples et utiles pour devenir un trieur expert !

(© Thomas Regembal, via Twitter)

Ça ne vous aura pas échappé, la pollution c’est mal. Et c’est mal parce que ça tue la planète Terre et ceux qui l’habitent, c'est-à-dire nous. Et si ça ne suffira probablement pas à tout changer, nous pouvons tous y faire quelque chose, notamment en triant nos déchets. Seul souci, même si ça fait des années qu’on nous parle de ces fameuses trois poubelles, de nombreux éléments restent obscurs pour beaucoup d’entre nous. Notamment, cette sombre histoire de couleurs ou encore le débat sur le sort des bouchons qui a détruit de nombreux couples.

Mais cette période d’obscurantisme prend fin aujourd’hui, car dans le cadre de la campagne du Paris du tri, nous répondons à toutes ces préoccupations métaphysiques qui nous empêchaient de dormir.

#1. Tout ça a-t-il vraiment du sens ?

"C’est bidon tout ça, ils mélangent tout à la fin." Aussi fausse soit-elle, cette phrase est assez courante dans la bouche de ceux qui laissent leurs croûtes de pizza dans le carton une fois le dîner fini. Pourtant, c’est loin d’être anecdotique. Et pour cause, chaque année, le recyclage permet d’éviter le rejet de 2,1 millions de tonnes de CO2 (soit un million de voitures en circulation en moins pendant un an), et d’économiser 34 millions de mètres cubes d’eau.

L'année dernière, rien qu'à Paris, 190 000 tonnes de papier, carton, verre et métal ont été collectées pour le recyclage. Et ouais, tout de suite, ça impressionne. En plus, brûler des déchets ça coûte plus cher que de les recycler !

Vous tromper dans votre tri peut avoir des conséquences terribles. Ceux qui ont déjà entendu la plainte du bac jaune emporté dans un camion de bacs verts comprendront. C’est simplement parce que le tri avait été mal fait. Contaminé par des ordures du bac vert, il avait été refusé et sera incinéré. A bon entendeur…

#2. Y a-t-il un moyen mnémotechnique pour ne jamais se tromper ?

Euh, non. C’est vrai qu’on aurait pu mettre le verre dans le conteneur vert et ainsi de suite mais ce n’est pas le cas, alors il va falloir bosser un peu votre mémoire. En même temps, ce n’est pas plus dur que de se souvenir des noms des candidats des 67 dernières éditions des Anges de la téléréalité.

Allez, on va le redire une fois : jaune pour les emballages en carton et en métal, les papiers, les bouteilles et flacons en plastique, tout ça EN VRAC ; blanc pour les bocaux, les bouteilles et les pots en verre vides ; enfin, vert pour le reste, DANS DES SACS.

#3. Mais alors tout se trie et se recycle ?

Eh bien non, et ce malgré le fait que Clara Morgane soit devenue chanteuse, tout ne se recycle pas. Les pots de yaourts, les tubes de mayonnaise ou de dentifrice, ou encore les sacs plastiques ne se recyclent pas encore (mais ça va venir d'ici 2022, on vous préviendra). Du coup, ils vont dans la poubelle verte. Si vraiment ça vous chagrine, vous pouvez aussi arrêter d’en acheter. De la mayo, pas du dentifrice.

#4. Et ça devient quoi tout ça ?

Nous avons tous versé une larme en lâchant la bouteille de mousseux tant aimée dans le conteneur à verre. Amis sentimentaux, il faut toutefois vous consoler car votre bouteille renaîtra de ses cendres pour devenir une autre bouteille. Et ce à l’infini puisque le verre ne se dégrade pas au fil des recyclages consécutifs. Quant aux autres matériaux, ils ne sont pas en reste. La preuve c'est qu'avec neuf bouteilles en plastique on fait un T-shirt, avec huit boîtes de conserve on obtient une casserole, six briques de lait donnent un rouleau de PQ et 250 canettes peuvent devenir un cadre de vélo.

#5. Faut-il laver les emballages avant de les jeter ?

Non, gardez vos forces pour faire la vaisselle. Il vous suffit de bien vider les emballages avant de les mettre au tri. N'est-ce pas une bonne nouvelle ?

#6. Oui, mais les bouchons et couvercles dans tout ça ?

Mettons tout de suite fin à ce débat éternel : oui, vous pouvez jeter les bocaux et les bouteilles avec les bouchons. Seule condition : il faut que le tout soit bien fermé. Voilà comment on solutionne une question métaphysique vieille de plusieurs années. 

#7. Concrètement, qu’est-ce qui ne va dans aucun bac ?

Les textiles et les chaussures vont dans des conteneurs spéciaux, tandis que le high-tech, les cartouches d’imprimante, les produits dangereux, les piles et les ampoules sont à déposer dans des points de ventes équipés ou dans les Espaces et Points tri (c'est le joli nom des déchetteries parisiennes). Enfin, les déchets médicaux, vieux médicaments, seringues et autres doivent être ramenés dans les pharmacies.

#8. Et ce qui est trop gros pour rentrer dans le moindre bac ?

Pas besoin d’être ingénieur pour réaliser que tout ne rentrera pas dans vos petits conteneurs. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut abandonner votre machine à laver dans une rue ou dans la garrigue pour autant. Qu’il s’agisse de meubles ou du gros électroménager, il vous suffit d'emmener vos déchets à la recyclerie la plus proche de chez vous, s'ils marchent encore ou peuvent être réparés. Et sinon direction les déchetteries. Les habitants de grandes villes peuvent quant à eux passer un coup de fil au service des encombrants de la mairie de leur commune.

#9. Même les épluchures de légumes et le marc de café, on en fait quelque chose ?

En fait, c’est vous qui pouvez en faire quelque chose : du compost. Pour cela, il vous suffit de vous équiper d’un composteur individuel ou d’un lombricomposteur et d'y mettre vos déchets organiques. Seuls la viande, le poisson et les laitages ne peuvent pas y être déposés. Si vous n’êtes pas convaincu, sachez que la Mairie de Paris vous équipe à l’œil. Et puis, les lombrics c’est moins contraignant qu’un labrador.

#10. Ok, et si malgré tout j’ai un doute ?

Triez sans fausse note avec le Paris du tri

Dans la vie tout n’est pas blanc, vert ou jaune. Et parfois le doute subsiste. Si après avoir relu deux fois cet article, vous êtes toujours dubitatif, allez sur la page de l'initiative Paris du tri, lancée par la Mairie de Paris et Eco-Emballages et visant à rendre la Capitale plus propre et plus responsable. Et les conseils qui s'y trouvent sont applicables partout en France ! Profitez-en aussi pour produire un beat avec vos poubelles et vos voisins comme dans cette vidéo produite pour l'occasion.