AccueilPartners

Song to Song : 3 trucs à savoir avant de regarder le nouveau Terrence Malick

Publié le

par Lucille Bion

( Rooney Mara et Ryan Gosling © Metropolitan Films )

De la production au casting en passant par la bande originale, voici trois choses essentielles à savoir avant d’aller voir Song to Song, le nouveau film de Terrence Malick.

Récit poétique et musical tourné dans le cœur d’Austin (Texas), le Song to Song de Terrence Malick explore le destin de quatre êtres sensibles. De chanson en chanson, de baiser en baiser, la caméra du maître s’intéresse moins à l’indie rock qu’aux tourments des artistes. Voix off, plans larges : s’il réunit les acteurs les plus demandés du moment, le cinéaste a privilégié un style documentaire. Derrière les romances, les violents adultères, la jalousie et la luxure… Terrence Malick crée de multiples combinaisons pour explorer la part sombre de l’être humain.

De la production au casting en passant par la BO, Konbini revient sur trois points essentiels de ce film évènement.

#1. Un projet vieux d’au moins six ans

Chez Terrence Malick, les films sont mélodieux. Musicaux. Cette fois, pour son neuvième long-métrage, le cinéaste nous fait découvrir la scène d’Austin, capitale des musiciens, animée par de nombreux festivals et abritant de nombreux clubs et bars, dont certains sont secrets. Country, folk, blues, punk, rock… toutes les mélodies s’y mélangent. C’est au cœur de cette scène que les personnages vont vivre leurs plus belles expériences. L’amour puis le rejet, la séduction puis la répulsion. L’histoire métaphorique d’un paradis perdu. Derrière ces plans lumineux filmés dans des appartements aux immenses baies vitrées perce une sombre mélancolie.

Ces histoires d’amour, Terrence Malick voulait les contrer depuis le fameux Tree of Life, qui a divisé les critiques. Alors qu’il se préparait à recevoir la Palme d’or à Cannes en 2011, entouré de Brad Pitt, Sean Penn et Jessica Chastain, il parlait déjà avec ses producteurs de ce Song to Song, au départ baptisé The Untitled Austin Film puis Lawless et Weightless.

Si vous ne le saviez pas, Terrence Malick est perfectionniste. Un exemple parmi mille ? Il a consacré deux ans au montage des Moissons du ciel. C’est un réalisateur qui, à l’image de son cinéma, ne se précipite pas, laisse mûrir ses projets.

#2. Un casting impressionnant

Dans un style toujours lent et contemplatif, le cinéaste nous aguiche avec des superstars. À eux quatre, Rooney Mara, Ryan Gosling, Natalie Portman et Michael Fassbender forment un argument promotionnel de taille.

Rooney Mara est la musicienne qui, pour vivre ses rêves, n’hésite pas à tromper son mec, Ryan Gosling, lui aussi musicien, avec leur diabolique producteur. Dans ce rôle puissant, Michael Fassbender est parfait : il hurle, méprise, comble, jouit, reprend et ordonne. Il incarne avec justesse ce genre de personne charismatique qui fait changer les choses, mais aussi les gens. Interviewé par So Film, l’acteur a d’ailleurs confié que c’était le casting le plus bizarre qu’il avait passé :

"Le casting le plus bizarre que j’aie jamais passé, c’était avec Terrence Malick, récemment, pour Weightless. En fait, il était question que je joue un personnage qu’on pourrait décrire comme Lucifer, après avoir été expédié du royaume des cieux, si vous voulez. Un jour, Malick me téléphone. Je pensais qu’il voulait qu’on discute de ma vision du rôle, vérifier qu’on était sur la même longueur d’ondes. En fait, il m’a parlé de chiens. Heureusement, c’est un sujet que je maîtrise assez bien, mais bon…"

Dans Song to Song, si les images sont superbes, les femmes sont comme des œuvres d’art. Natalie Portman, que l’on n’entendra jamais s’affirmer dans le film, confirme dans cette ballade visuelle qu’elle est l’une des plus belles créatures qui puissent exister. Terrence Malick s’amuse aussi à sublimer les corps, en les transformant en nourriture. Une des idées débridées nous rappelant, sans cesse, et avec poésie, que nos héros, sont avant tout des artistes.

Ils croisent d’ailleurs parfois les membres des Red Hot, des Black Lips et des Neon Indian mais aussi Patti Smith, Lykke Li, Florence and the Machine ou encore Iggy Pop. Inscrits au casting et, pour quelques-uns, présents dans la bande-annonce, ces artistes n’apparaissent que très furtivement à l’écran. Autant vous prévenir. En revanche, dans le cadre du film, les quatre acteurs ont pu rencontrer ces êtres inspirants, les suivre backstage et bénéficier de leurs conseils, comme l’explique Natalie Portman :

"Les musiciens sont des êtres humains passionnants. Des gens qui peuvent aller chercher les extrêmes tout en étant tout à fait en phase avec ce qu’ils sont, avec leur corps et leur personnalité. Ils sont un peu l’idéal auquel aspirent les acteurs… C’était formidable que Terry mélange autant de couleurs artistiques dans son film."

Malheureusement pour ceux qui s’attendaient à voir Christian Bale, Benicio del Toro, Arcade Fire et Trevante Rhodes de Moonlight, comme cela était prévu, leurs scènes tournées ont été coupées. Quelques traces de tournage se trouvent encore sur Internet :

#3. Une bande originale somptueuse

Si dans le film, Ryan Gosling, ex-membre des Dead Man’s Bones, s’offre un duo avec Lykke Li, vous le verrez aussi donner le la à Michael Fassbender. Patti Smith, Bob Marley, Otis Redding, Iggy Pop, pour ne citer que quatre grands noms, viennent compléter cette jolie histoire, avec leurs mélodies.

Douce, mélancolique, rock et parfois décoiffante, cette bande originale éclectique conviendra à tout le monde. Pour patienter jusqu’au 12 juillet, date de sortie du film sur nos écrans, voici quatre heures et vingt et une minutes de musique à écouter :

À voir aussi sur konbini :