Brand

©aaaaimages

Comment les start-up préparent la ville de demain

Batteries ultra optimisées, révolution du transport de l'hydrogène et troupeaux de robots, nombreuses sont les technologies qui feront la ville - et la campagne - de demain.

©aaaaimages

Depuis quelques années, la smart city, ou ville intelligente, est sur toutes les lèvres. Si bien que le concept devient parfois difficile à cerner au point de paraître inatteignable. La smart city n’est pourtant pas un mirage, c’est un projet de société que le travail et les technologies de start-up innovantes rendent un peu plus réel chaque jour. C’est pourquoi Konbini et les Prix EDF Pulse ont décidé de vous faire découvrir certains de ces entrepreneurs dont le travail n'a rien de technologies gadgets.

Publicité

PowerUp, longue vie aux batteries

©PowerUp

Premier défi de la smart city : de bonnes batteries, genre vraiment bonnes, pas celles qui ont perdu 50% de leur autonomie au bout d’un mois. Car oui, pour alimenter des centaines de milliers de drones, de robots, de véhicules autonomes et d’appareils connectés, il va falloir monter un peu en niveau sur le sujet. C’est justement ce que propose la start-up PowerUp en multipliant par deux la durée de vie des batteries lithium-ion, soit celles qui équipent de plus en plus d'équipements autonomes de la smart city. “En étudiant les modes de vieillissement des batteries, nous avons compris les différents phénomènes de dégradation et avons établi des stratégies pour prolonger leur utilisation et connaître leur véritable durée de vie”, explique Josselin Priour, PDG de PowerUp. Et d’ajouter : “Car savoir qu’une batterie est à 50% de sa charge sans connaître sa véritable autonomie n’a aucun intérêt, cela peut même se révéler contre-productif”.

Et pour optimiser la durée des batteries, cette start-up déjà engagée dans des projets avec Enedis, Legrand, Orange et la SNCF, propose des stratégies de charge adaptées en fonction de critères divers. “Les usages, la température, le courant de charge, l’état de charge ou encore l’état de santé de la batterie sont autant de facteurs à prendre en compte”, explique Josselin Priour. Mais ce n’est pas tout, car à cette optimisation s’ajoute la possibilité pour les entreprises de visualiser l’état de leurs parcs de batteries grâce aux données collectées par PowerUp. Bref, un outil incontournable pour gérer une ville ou un réseau de transports intelligents. 

Publicité

HySiLabs, la vraie révolution hydrogène

©HySiLabs

Si vous vous intéressez un peu à la question des nouvelles énergies, vous avez forcément entendu parler de l’hydrogène puisqu’il est considéré comme l’une des solutions d’avenir pour "décarboner" l’industrie et les transports. Malheureusement, faute de parvenir à une utilisation à grande échelle en raison des contraintes de transport et de stockage, la révolution ne vient pas. C’était du moins le cas jusqu’à l’arrivée de HySiLabs et de son vecteur liquide d’hydrogène, découvert par hasard par une équipe de chercheurs de l’université d’Aix-Marseille.

Car au-delà de cette histoire qui n’est pas sans rappeler la découverte de la pénicilline, ce processus industrialisé par les équipes d’HySiLabs va profondément transformer le secteur du transport d’énergie. “Le plus difficile avec l’hydrogène, c’est que sa forme gazeuse le rend très difficile à transporter. Mais avec notre process qui consiste à charger et décharger un liquide en hydrogène, tout cela est derrière nous. On peut désormais transporter sept fois plus d’hydrogène, ce qui veut dire sept fois moins de camions ou de bateaux et une bien plus grande efficacité de livraison”, raconte Pierre-Emmanuel Casanova, fondateur d’HySiLabs, tout juste âgé de 30 ans. C’est encore un peu obscur ? Pas de panique, le jeune dirigeant résume : “Avec cette solution, il sera désormais possible d’alimenter massivement, facilement et écologiquement les villes du futur en énergie, notamment avec de l’énergie produite à l’autre bout du monde. Sans oublier une réelle possibilité de remplacer enfin les carburants fossiles par l’hydrogène.” Plutôt pas mal donc.

Publicité

Vitirover, des robots dans la vigne

©Vitirover

Si vous aimez la smart city, vous allez adorer la smart campagne. D’autant plus qu’elle est déjà une réalité avec la technologie de Vitirover. Basée dans le célèbre vignoble de Saint-Emilion, cette start-up, dont l’un des fondateurs est le descendant d’une grande famille de viticulteurs, a mis au point ces troupeaux de petits robots autonomes remplaçant l’usage du glyphosate ou d’un gros tracteur dans les vignes. “Plutôt que d’utiliser une grosse machine très énergivore ou l'épandage d’un produit chimique, nous proposons de déployer un groupe de petites machines très économes et fonctionnant à l’énergie solaire. D’une certaine manière, on revient à la technique ancestrale du lâcher de moutons pour tondre l’herbe”, analyse Clément Sanquer, ingénieur en robotique et responsable des objets connectés chez Vitirover.

Mais les robots de Vitirover ne sont pas juste de simples tondeuses individuelles, ils fonctionnent en véritable troupeau. Ils sont  capables de communiquer, de s’organiser pour se répartir les zones à couvrir et de se réattribuer seuls les tâches d’une machine tombée en panne, ils entretiennent en permanence la surface à laquelle ils ont été assignés. Mieux encore, leur petite taille et leur conception solide leur permettent de travailler sur n’importe quel type de terrain, accidenté ou pas. En conséquence, ils ne sont pas destinés qu’a la vigne puisqu’ils entretiendront bientôt des kilomètres de bordures de voies SNCF et de larges surfaces dans les postes de transformateurs électriques hautes et moyennes tensions où il est dangereux d’envoyer des techniciens. De plus, comme le rappelle Clément Sanquer, l’outil de tonte n’est qu’une des propositions et pourra être complété par d’autres outils. “Ce sont des machines résistantes à la panne, écologiques, affranchies du branchement et contrôlables à distance, leurs applications potentielles sont donc nombreuses”, ajoute le jeune homme. Car bien au-delà des viticulteurs, nombreux sont les agriculteurs intéressés par les produits Vitirover. Ben ouais, il va falloir updater votre vision de la France agricole.

Publicité

Les Prix EDF Pulse 2018 regorgent de talents aussi variés qu'exceptionnels. Votez ici pour PowerUp, HySiLabs ou Vitirover pour leur permettre de gagner le Prix du public et découvrez les autres start-up finalistes dans les catégories Smart Health & Self pour la santé et le bien-être connectés, Smart Business  pour l’entreprise intelligente et Smart Home pour la maison intelligente. 

Par EDF Pulse, publié le 30/07/2018

Pour vous :