Brand

Cette ONG vous propose de changer le monde avec un skate

Devenir citoyen du Skateistan pour faire de ce monde un monde fait d'apprentissage et de liberté et de skate. Un monde meilleur quoi.

Skateistan

En lançant #CitizensofSkateistan, l'ONG allemande créée à l'initiative d'Oliver Percovich en 2007-2009 en Afghanistan a décidé d'enclencher un mouvement de grande ampleur à travers le monde en lançant un nouveau programme.

Publicité

L'idée de ce programme pour changer le monde est simple : le skate est un langage universel qui unit les gens partout dans le monde. Comment ? En offrant la possibilité d’apprendre, de progresser et d’appartenir à un mouvement libre sans jugement sur l'appartenance sociale ou ethnique.

"C'est ce que le skateboard est : une communauté globale, un langage commun" - Tony Hawk, skateur professionnel et Citoyen du Skateistan

citizen-11

Publicité

La théorie du changement

Dans cette communauté d’élèves et de citoyens on partage le même rêve, celui de mettre en avant le pouvoir des enfants. On parle ici d'"empowering children" : en donnant à des jeunes à risque une éducation et une valeur commune, ils deviennent autonomes et libres d'être qui ils veulent.

Mieux encore, cette jeunesse que l'on forme dans l'amusement, le respect et l'égalité est alors en marche pour devenir leader de leurs propres projets et impulser par eux-mêmes le changement au sein de leurs familles et dans la société civile. Par ces expériences positives d'apprentissage, ils font de leur futur un moment où partager et contribuer ensemble à un meilleur devenir est naturel.

pp_essentials_outreach_small

Publicité

Émancipation et éducation

Dans l'univers du Skateistan, les enfants viennent apprendre le skate et aussi s'amuser, créer ou apprendre comme à l'école dans des lieux sécurisés.

Chaque semaine, c'est plus de 1500 élèves qui apprennent à avancer ensemble. Pour ces jeunes cambodgiens, afghans ou sud-africains qui fréquentent la Skate School, les programmes leur permettent d'accéder aux cours d'école de la "Back-To-School" ou même d'apprendre à accompagner les plus jeunes.

En devenant, par exemple, Youth Leader les jeunes du Skateistan enseignent le skate et ses valeurs, s'autonomisent et commencent tout simplement à transmettre à leur tour.

Publicité

 « J’aime le skate parce que je sens que je vole, comme un oiseau. Ça me donne un sentiment de liberté. » Latifa, élève et Youth Leader en Afghanistan

Plus encore, le skate permet de se surpasser en apportant la dose de confiance qu'il faut pour affronter l'avenir. Comme le témoigne Dara « Depuis que j’ai rejoint le Skateistan, je me sens plus à l’aise et plus sûre de moi et j’ai gagné en expérience grâce au staff et aux Youth Leaders qui sont ici. C’est une belle opportunité pour moi de créer mon propre futur. »

Pourquoi c'est essentiel

Quand on demande à la skateuse pro Vanessa Torres pourquoi elle est devenue une citoyenne du Skateistan, la réponse est édifiante :

"Qu'est-ce que le skate m'a appris ? Le sens de la communauté, l'amour, le soutien, l'amitié et l'envie de redonner en retour."

En prenant part à  la communauté du Skateistan, on s'attache à donner 10 euros par mois ou plus et à recevoir des nouvelles sur son mail sur les avancées des Skate School mais surtout on apprend à redonner en repensant à toutes ces expériences qui nous ouverts l'esprit et qui nous tant ont appris.

 

Vivre comme skater

La conviction qu'il existe un niveau supérieur de conscience à trouver au fond de soi-même, à travers des voyages intérieurs ou en parcourant le monde et cultiver ce qui nous aide à y accéder : le sport, la musique, l'art, le cinéma, l'entraide et la solidarité.

C'est aussi la devise de Volcom, créé sur cette idée en 1991 pour vivre comme skater qui innove encore aujourd'hui avec son tissu Chino ajoutant une petite révolution dans le monde de l'habillement du skate, à découvrir dans cette vidéo :

 

La collection complète est à découvrir sur : www.volcom.com

Et pour devenir citoyen du Skateistan suivez le lien : www.skateistan.org/citizens/

Par Volcom, publié le 26/08/2016

Copié