Photos : Théo Gosselin capture la jeunesse libre

Toujours sur la route, Théo Gosselin devient un grand de la photo en capturant sa vie, ses potes et leur jeunesse fougueuse.

1

Troisième portrait de photographes hors du commun, Théo Gosselin est un jeune talent de 24 ans qui n’a pas attendu le nombre des années pour se faire un nom.

Publicité

Comble de l’insolence, c’est en shootant ses potes tout aussi beaux et jeunes que lui, jouant et savourant comme des fous les plus beaux moments de leur tendre vie, qu’il crée l’enthousiasme.

Au lycée, je photographiais mes copains au quotidien, faisant du skate, de la musique… Je les ai mis sur internet pour toucher mon cercle intime. Et ça a commencé comme ça, en simples photos souvenirs

roof 2

Publicité

Théo, c’est l’art de se placer en témoin de sa propre vie, de la jeunesse, de la liberté. Des scènes de vie de personnages partageant ensemble la découverte de l’amour, du sexe, de l’alcool, des voyages.

De jeunes adultes en construction dans des paysages magnifiés par des voiles de vapeur et des couleurs chaudes.

L’école d’Art à Amiens m’a ouvert les yeux. J’y foutais pas grand chose, mais à côté je faisais énormément de photos ! Et j’y ai rencontré beaucoup de personnes qui avaient aussi envie de découvrir la vie. Alors on voyageait. Sinon, on restait à Amiens, on sortait, picolait, rigolait et on faisait des photos.

Publicité

amour maud chambre

BOBY THEO

Ça s’étire dans des draps défaits, ça chill à poil au milieu des cactus ou boit du whisky dans un cuir élimé. Les cheveux longs, défaits, clope au bout des lèvres et étole indienne jetée sur les épaules.

Publicité

Son imagerie rappelle combien notre jeunesse reste fascinée par ce que les Etats Unis ont de plus beau : ses paysages désertiques, ses road trip à la Kerouac ou ses légendes Woodstockiennes.

love desert 2

2 - copie

"J’aime bien les clichés, si c’est bien fait, ça fait rêver. La première fois aux USA, j’ai trouvé ça dingue, tant de choses à voir, si grand et propice aux images. On a tous pleins de films en tête qui nous ont bercés, nous font rêver. Même si sur place ce n’est plus la même chose" explique-t-il quant à cette apparente fascination pour l’outre-atlantique.

freedoom

ced dinner

En 2012, en résulte un projet vidéo et photo de copains, artistes balbutiants, ayant une forte envie de créer et de kiffer.

GOODBYE HORSES subtitles fr/eng - Trailer from Lucas Hauchard on Vimeo.

"On a claqué toutes nos économies. On s’est s’acheté un van pourri à 1400 dollars dans le New Jersey et on a essayé de faire un documentaire sur comment cinq personnes peuvent cohabiter pendant trois mois, jusqu’à LA. On a vécu comme des clodos. Les seules choses à payer étaient l’essence et la nourriture. Comme c’était l’été on dormait dans la rue, dans le van, sur son toit, parfois on arrivait à se faire héberger. On voulait se faire du mal pour ramener quelque chose de bien."

back up

racavane

lucas ced van devant

Aujourd'hui il bosse fort, et voyage beaucoup pour repartir de plus belle. "La photo c’était ma passion, mon mercredi après-midi comme je l’appelle. Aujourd’hui, j’en vis. Mon mercredi après-midi est devenu ma vie."

Découvrez aussi Iris Della Roca et Hugues Lawson Body, deux autres photographes qui ont vision unique et très personnelle de leur métier.

Par Nikon, publié le 10/12/2014

Copié

Pour vous :