AccueilPartners

Le grand n’importe quoi des réseaux sociaux, spécial 32e de finale de Coupe de France

Le grand n’importe quoi des réseaux sociaux, spécial 32e de finale de Coupe de France

Publié le

par Fédération Française de Football

32 matches, une vague de froid, des clubs amateurs et quelques valises : pour sa première de l'année, la Coupe de France n'a pas déçu, en vrai comme sur Twitter.

Le début d'année n'échappe pas à ses traditions : les vœux, la galette des rois, et un week-end de Coupe de France ! Pendant trois jours, les 64 équipes encore en lice ont fait face à une grande vague de froid, mais ont régalé quand même, avec notamment quelques surprises et quelques grosses valises là où on n'en attendait pas forcément.

Tout commençait vendredi avec trois rencontres. Un début plutôt timide, marqué par la qualification du modeste club des Herbiers face au Gazélec Ajaccio. Autant vous dire que tout commençait bien pour les clubs amateurs.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Le samedi, le plat de résistance fait son entrée. Les amateurs de Hauts-Lyonnais ne passent alors pas loin de l'exploit, mais quiconque connaît l'histoire sait que les Lyonnais ne sont pas amis avec les tirs au but : élimination au bout du suspense par le CA Bastia.

https://twitter.com/Tibo78be/status/817773195608657921

Le premier exploit de la journée est signé Sarreguemines. Sur un terrain gelé et sans tribunes, les Mosellans viennent à bout du Stade de Reims à la régulière, 2-1, bien poussés par le public, mais aussi par des commentateurs visiblement acquis à leur cause et pas très enclins à le cacher !

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Pendant ce temps, à quelques kilomètres de là, Strasbourg se fait peur, mais finit par venir à bout d'Epinal malgré quelques gestes de classe de son gardien de but Landry Bonnefoi, visiblement dans un grand jour.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Pourtant plutôt fréquentes à ce stade de la compétition, la première grosse valise doit attendre une rencontre entre clubs de Ligue 1 pour faire son apparition. Contre Bastia, Paris ne fait pas dans la dentelle et écrase Bastia 7-0, avec notamment un Adrien Rabiot taille patron. Le tenant du titre semble déterminé à ne rien laisser à ses adversaires.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

https://twitter.com/GuillaumL_/status/818105501162635265

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Dimanche, trois gros morceaux : Marseille, Lyon, et le sacro-saint tirage au sort.

Ce sont les Phocéens qui ouvrent le bal, avec une victoire difficile à Toulouse, marqué par plusieurs anomalies : un Stadium acquis à la cause marseillaise, et un doublé de Remy Cabella, pourtant au fond du trou depuis plusieurs mois. La magie de la Coupe de France !

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Pendant ce temps, du côté de Bordeaux, qui se déplaçait à Clermont, toujours le même enthousiasme débordant.

https://twitter.com/flotoniutti/status/818089547003293700

Avant la dernière rencontre de ce week-end, il a fallu passer par la formidable épreuve du tirage au sort. À ce jeu-là, c'est encore Guingamp qui a tiré son épingle du jeu. Finalistes il y a trois ans, les Bretons ont une nouvelle fois tiré un club amateur, et profitent donc d'un parcours encore très simple cette année.

Chargement du twitt...

L'épilogue de ces 32e de finale se déroulait du côté du Parc OL, où Lyon recevait Montpellier. Le suspense n'a pas fait long feu : 2-0 pour Lyon après 10 minutes et une victoire sans souci pour les Rhodaniens. Un match marqué par une prestation XXL de Nabil Fékir, auteur de trois passes décisives et d'un but...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

...  mais aussi par l'entrée en jeu de Jean-Philippe Mateta, jeune joueur inconnu recruté par Lyon il y a plusieurs mois, dont le physique rappelle davantage celui d'un pivot de NBA que celui d'un avant-centre de Ligue 1.

https://twitter.com/ZenonZadkine/status/818210091577049090

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Score final, 5-0. Pas loin d'être identique à celui du match de championnat en septembre, que l'OL avait remporté 5-1. Dommage pour les petits parieurs en herbe !

Chargement du twitt...

Et pour finir on vous laisse sur ce but désormais mythique !

Chargement du twitt...

Rendez-vous dans un peu plus de trois semaines pour les seizièmes de finale, avec notamment un alléchant OM-OL au Vélodrome !