AccueilPartners

Déjà Vu 2, le film d’horreur qui peut vous changer la vie

Déjà Vu 2, le film d’horreur qui peut vous changer la vie

Publié le

par Don Dorgan

Une bande de potes qui part camper en forêt, un écolier tueur et une bonne dose de morts inutiles, Déjà Vu 2 s'inspire des clichés du genre, pour le meilleur et pour le pire. Une expérience cinématographique unique dont vous ressortirez forcément différents. 

L’histoire débute quand une bande d’amis décide de partir camper en forêt pour griller des chamallows au feu de bois et s’éclater jusqu’au bout de la nuit. Tout va pour le mieux jusqu’à que ce qu'un membre du groupe s’enfonce dans les bois, intrigué par un bruit étrange. Du flip, du sang et un gros twist. Voilà comment on pourrait résumer le nouvel opus de Déjà Vu  livré par le maître de l’horreur, Sacha Mougbalh.

Sauf que...

Promenade mortelle dans les bois

Sans prévenir, s’engage alors une course-poursuite sanglante dans laquelle ne nous sont épargnés ni les coups de couteau et de hache, ni les hurlements paniqués de la victime.

On ne vous spoile pas mais cette scène effrénée, et menée de main de maître, se termine mal pour celle qui a eu le malheur de s'éloigner un peu trop. Dingue non ? Vous en bavez de peur pas vrai ? Pourtant c’est loin d’être fini car le reste du groupe n’est pas loin et la soif de vengeance de l’écolier tueur en série n’est pas assouvie. Et bien sûr, les autres n’ont rien entendu. Non, au contraire, ils vont continuer à se marrer avec insouciance. La disparition de leur amie n’aura servi à rien. Voyez par vous-même.

Comment ça, même pas peur ?

Quoi, ça ne vous fait pas peur ? Vous avez vu ce scénario un bon million de fois ? C’est certain. Mais là où vous vous trompez c'est que la mort de cette innocente jeune fille n'est pas inutile. Loin de là. 

Car comme vous l’aurez compris, ce film est donc une parodie - un peu comme la première moitié de cet article - doublée d’une campagne de communication. Orchestrée comme la sortie d’un film elle vise à nous faire savoir que selon la loi française nous sommes tous des donneurs d’organes présumés. Comprendre que si vous mourrez sous les coups de Freddy Krueger ou d’Hannibal Lecter, vos organes et tissus pourront être prélevés par les médecins, non pas pour être mangés mais pour être greffés à des malades qui en ont besoin.

Le droit de dire “Non”

Bien entendu, vous pouvez être contre le fait de donner vos organes ! Quoi qu’il en soit, une simple démarche et votre nom sur une liste vous permettra de ne pas laisser planer le doute sur vos intentions. 

Alors ce n’est pas qu’on vous conseille d’aller vous promener dans un cimetière indien ou de passer cet étrange portail grinçant dans la forêt derrière chez grand-mamy, mais si vous le faites, n'ayez pas peur de ce qui peut se passer : votre mort éventuelle ne sera pas inutile.

Et pour cause, si vous ne vous êtes pas opposé au prélèvement de vos organes et tissus, des vies seront peut-être sauvées grâce à vous. Souvenez-vous de ça quand vous verrez la hache se dresser au-dessus de votre tête...