Brand

Gladiator, 300... Les coulisses spectaculaires des péplums

Les arènes de gladiateurs, les glaives plantés au milieu des abdos huileux, les batailles antiques interminables… Les conditions de tournages des péplums sont souvent épiques. On s’est intéressé à ces films aussi spectaculaires que complexes à réaliser.

Si les acteurs de Pompéi ont eu du mal à encaisser les scènes de combat sous de la vraie cendre, il a aussi fallu au réalisateur de Centurion près de 400 litres de sang pour achever son film.

Une chose est sûre, les sueurs froides sont autant présentes sur les plateaux de tournage que sur nos écrans. On vous a déniché quelques pépites à ne pas manquer.

Publicité

Peplum film Gladiator

Russell Crowe joue le rôle de Maximus dans Gladiator.

300 amis de la fonte

C’est la première fois dans l’histoire du cinéma que l’ensemble des décors et des figurants d’un péplum sont entièrement conçus par ordinateur. Un concentré d’images de synthèse et de post-production pour arriver à un résultat final tout simplement bluffant. On peut comparer le film 300 de Zack Snyder à un Matrix sans le latex et les flingues mais avec des glaives et des abdominaux surdimensionnés.

Film 300 Peplum

En plus d'être des amis de la fonte, les spartiates de 300 sont de redoutables guerriers.

Publicité

Pour ce qui est des corps d’athlètes, les acteurs n’ont pas lésiné sur le sport, nos 300 amis de la fonte ont suivi un régime de spartiate à base de boxe, de course et de crossfit sous la coupelle de Mark Twight. Un ancien alpiniste chargé d'entraîner les acteurs pendant le tournage.

Pluie de (vraies) cendres

Une éruption volcanique au centre d’une histoire d’amour et des combats de gladiateurs pour la liberté. Pompéi, c’est un peu le séjour à Vulcania qui tourne au drame. Si le film retranscrit remarquablement l'une des plus grandes catastrophes naturelles de tous les temps, son tournage a été particulièrement épique.

Film Pompéi péplum

Kit Harington va regretter d'avoir oublié son parapluie dans Pompéi.

Publicité

Les acteurs accompagnés des membres techniques ont dû répéter des scènes de combat en essuyant de véritables projections de cendres sous des températures élevées allant jusqu’à 37°C, selon l'acteur Kiefer Sutherland. Des conditions extrêmes au milieu des 30 décors construits à l’occasion du film pour reconstituer les rues de Pompéi.

400 litres de sang

Pas étonnant que le réalisateur de Centurion, Neil Marshall, soit un spécialiste des films d’horreur quand on voit à quel point le film nous plonge au cœur de la violence et des combats de l’époque. Il aura fallu près de 400 litres de sang pour ajouter "un peu" d’hémoglobine aux batailles, selon Paul Hyett, chargé des effets spéciaux.

Film Centurion Péplum

L'armée romaine et ses célèbres centurions.

Publicité

Le tournage de Centurion s’est déroulé en grande partie sur les terres écossaises avec des températures négatives qui ont rendu le jeu d’acteur particulièrement authentique. Il faut avouer que les costumes utilisés dans le film respectent bien ceux de l’époque qui ne devaient pas tenir chaud quand on voit le peu de tissu sur les acteurs et toute la neige présente dans les scènes.

La valeur sûre en péplum

On peut dire ce qu’on veut, le film Gladiator vieillit fabuleusement bien et n’a pas perdu une seule ride. Sa B.O signée Hans Zimmer donne des frissons au point de lâcher la petite larme sur la fin et on serait prêt à réviser ses cours d’histoire du collège quand on visionne le chef-d’œuvre de Ridley Scott. Le film est prenant et difficile de s’en lasser. A voir, à revoir et à re-revoir…

Ce que l'on sait moins sur le film, c’est que la célèbre chef costumière Janty Yates a réalisé plus de 10 000 costumes avec l’aide de son équipe. Soie brodée à la main, tuniques en cachemire, fourrures, sandales fabriquées à Rome, armures en cuir… Un travail faramineux quand on imagine les détails des habits à confectionner pour les acteurs. 

Film Ridley Scott Gladiator

La chef costumière Janty Yates a réalisé plus de 10 000 costumes pour le film Gladiator.

Les scènes filmées dans les arènes ont été dirigées par Nicholas Powell connu pour avoir supervisé les batailles de Braveheart. Ridley Scott l’a embauché pour garantir la sécurité des acteurs qui prenaient de très gros risques pendant les répétitions. Décidément, il ne faut pas avoir peur de se faire mal quand on joue les gladiateurs.

Boom boom dans les orteils

Si Hammer of the gods est le premier long métrage de Farren Blackburn, il n’en est pas moins impressionnant tellement les images régalent le spectateur. Une histoire de vikings qui changent du péplum de base, des paysages à couper le souffle, des combats à profusion, des muscles, des morts violentes, du sang… On sait à quoi s’attendre mais on en prend plein les yeux.

Film Péplum Hammer of the gods

Dans Hammer of the gods les batailles ne se font pas à la légère.

Entre la salle de muscu et le ring de boxe, les acteurs ont dû suivre une remise en forme draconienne pour jouer les guerriers dans Hammer of the gods. Nous pendant ce temps, on s’envoie du pop-corn confortablement installé sur son canapé en matant la télé.

Si ces anecdotes vous ont donné envie de (re)voir ces films : du 24 février au 1er avril, retrouvez 25 films + 1 documentaire inédit dans la programmation « Tous Péplum » des chaînes Ciné+, disponibles sur Canalsat. Pour en savoir plus : http://www.canalsat.fr/evenements/tous-peplum

Par CINÉ+, publié le 26/02/2016

Pour vous :