Brand

Color condoms

Chtouille, Syphilis, Papillomavirus, notre liste non exhaustive des (nombreuses) IST qui n’ont de drôle que le nom

L’IST, c’est l’Institut Supérieur du Travail, mais pas que. C’est aussi une longue liste de petites maladies pas très funky transmissibles par voie sexuelle.

La dernière conférence internationale du Sida, qui s’est tenue cet été à Amsterdam, a donné lieu à un constat alarmant : les jeunes se protègent moins qu’avant et les infections sexuellement transmissibles (IST) continuent, elles, à se propager. Malgré leurs noms rigolos, ce n’est vraiment pas marrant d’en attraper une. Konbini et Durex t’ont fait une petite liste bien chouette, qui va te convaincre que le sexe avec un préservatif, c’est le bon réflexe.

Le Papillomavirus

© KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Publicité

Non, ce n’est pas le nom scientifique d’une espèce de papillons trop mignons, vivants dans des contrées lointaines. Dans le monde médical, quand on évoque le Papillomavirus, c’est plus de verrues sur les parties génitales dont on parle, et la contamination peut parfois résulter d’un simple contact peau à peau. D’un coup, c’est beaucoup moins glam'. "Végétation vénérienne" est l’expression plus "bucolique" pour nommer ces gros boutons qui éclosent sur la peau et les muqueuses.

Même si la plupart du temps l’infection est passagère, dans certains cas, si elle persiste et n’est pas traitée, elle peut entraîner des complications très graves, comme un cancer du col de l’utérus. Et là encore, d’un coup, ça donne beaucoup moins envie de papillonner sans être protégé ou vacciné. Car oui, il existe un vaccin pour s’en prémunir.

La Chtouille ou Chaude pisse (aka. blennorragie)

© Eugenio Marongiu

Publicité

Au début d’une relation, on se regarde, on se cherche, on se fait des papouilles, puis des chatouilles et si on n’y prend pas garde, on finit avec une vieille chtouille. La blennorragie, de son nom savant, se manifeste par un écoulement jaune au niveau de la verge, de l’anus ou du vagin. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut entraîner des cas de stérilité, surtout chez les femmes.

Mais c’est pas tout ! Également surnommée "chaude pisse", cette infection a la particularité de causer une très désagréable sensation de brûlure lors du passage aux toilettes. On sait que vous êtes chauds comme des volcans, mais c’est vraiment pas agréable de faire pipi de la lave.

Chlamydiose

© Aleksandr Kuzmin

Publicité

Il ne s’agit pas ici d’une déesse de la mythologie grecque mais bien de la plus fourbe des infections sexuellement transmissibles. C’est la reine du camouflage : soit on ne la remarque pas, soit elle se manifeste par le biais d’une angine ou de douleurs dans le bas-ventre. Cela peut entraîner des risques de stérilité, de grossesses extra-utérines et même des complications pour le nourrisson si la mère est infectée.

Pour l’éviter, il vaut mieux faire appel à Super Condom (Super Préservatif, ndlr), le dieu de la protection, car ici aussi, un simple contact peau à peau peut potentiellement être source de contamination.

La syphilis

© PeopleImages

Publicité

Même si on a l’impression que ce nom est directement tiré d’un roman d’antan, cette infection est malheureusement toujours d’actualité. Comme un pestiféré au Moyen-Âge, si vous êtes infectés, vous allez voir apparaître des boutons et des petites plaques rouges partout sur votre corps. Si elle n’est pas traitée, elle peut causer des dégénérescences nerveuses, avoir des effets négatifs sur le cerveau, les artères et les yeux. Tout ça pour un petit coup de reins. Pas certain que le jeu en vaille la chandelle.

Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de cette réglementation, le marquage CE. Il est rappelé l’intérêt des préservatifs dans la prévention contre le VIH (Sida) et autres IST. Lire attentivement la notice. Fabricant : RB Healthcare UK Ltd. 71808027. Août 2018.

Par Durex, publié le 21/08/2018

Pour vous :