AccueilPartners

Chapeau, chat et dé à coudre : pourquoi les pions du Monopoly sont ce qu'ils sont ?

présente

Chapeau, chat et dé à coudre : pourquoi les pions du Monopoly sont ce qu'ils sont ?

Publié le

avec Monopoly

Si vous pensez qu’ils n’ont jamais changé, vous êtes très loin du compte. Et ça pourrait encore évoluer.

Chapeau, chat et dé à coudre : pourquoi les pions du Monopoly sont ce qu'ils sont ?

Vous êtes plutôt chien et chapeau haut-de-forme que dé à coudre ? Vous avez eu la nouvelle édition du Monopoly et vous avez cherché le fer à repasser pendant des heures ? C’est normal, les pions iconiques de ce jeu mythique ont tous leur durée de vie et leur histoire. Et puisque cette année, Monopoly vous propose de voter pour ré-intégrer nos chouchous disparus, Konbini et Hasbro vous racontent leur histoire étonnante. 

 

Utilisez ce que vous trouvez !

Pour comprendre l’origine des pions du Monopoly, il faut remonter à l’origine du jeu, en 1935. A l’époque, son créateur, Charles Darrow, n’en inclut aucun. Il propose plutôt aux joueurs de se servir de ce qu’ils trouvent autour d’eux : un bouton de pantalon, une pièce de monnaie ou encore une épingle à nourrice. C’est l’usage de ces objets du quotidien qui, deux ans plus tard, donnera l’idée au nouvel éditeur du jeu d’introduire des pions métalliques qui leur ressemblent. Le fer à repasser, le sac à main, la lanterne, la voiture, le dé à coudre, la chaussure, le haut-de-forme et le cheval à bascule font alors leur apparition dans toutes les boîtes. Et on les remercie d’être là parce que ça aurait été galère d’inclure sa propre gova comme pion…

Canon et cuirassé : l’influence du jeu Conflict

Toujours en 1937, deux nouveaux pions se faufilent dans les boîtes de Monopoly : le canon et le cuirassé. Ces derniers n’ont pourtant pas été ajoutés à la demande des fans du jeu. Ils sont en réalité deux pions qui existaient déjà… dans un autre jeu du même éditeur. Appelé Conflict, celui-ci n’a pas connu le grand destin du plus célèbre des jeux de plateau. Cela dit, petite consolation pour lui et pour ses adeptes, il aura laissé cette trace parmi les pions du Monopoly. Et pour cause, ces dix pièces ont été utilisées sans discontinuer jusqu’en 1942. 

Une brouette, un cavalier et un potichien

Après un petit passage par des pions en bois à cause de la pénurie de métal due à la Seconde Guerre mondiale, des petits nouveaux font leur apparition aux côtés des classiques. Le premier est une brouette, le second est un cavalier sur son cheval tandis que le dernier est un chien appelé Scotty. Celui-ci n’est autre que le compagnon de Mr. Monopoly, l’icône du jeu qui porte d’ailleurs le pion chapeau haut-de-forme sur la tête. Mais cela n’est pas sans conséquence puisque le canon, la lanterne, le sac à main et le cheval à bascule disparaissent au même moment. Un adieu qui pourrait ne pas être définitif, mais ça, on vous en reparle en fin d’article. 

Moins de thune, plus de chat

Au cours de l’histoire du jeu, beaucoup de pions spéciaux comme le train sont apparus dans des éditions de luxe du Monopoly. Il existe pourtant un pion qui a rejoint le casting officiel mais qui est reparti presque aussitôt. C’est le sac d’argent qui a tout juste tenu le temps des années 1990. Vous ne vous en souvenez pas ? C’est normal. Cela dit, il en traîne peut-être un dans la version de votre mamita adorée. Enfin, le dernier arrivé n’est autre que le petit chat, qui ronronne dans tous les jeux depuis 2013. 

Le pouvoir aux joueurs !

Vous l’aurez compris, les pions du Monopoly ont beaucoup évolué au fil de leur histoire. Pourtant, les choses sont sur le point de changer. Et pour cause, depuis le 28 avril, vous pouvez vous rendre sur la plateforme du jeu qui se trouve juste ici pour voter pour ceux que vous aimeriez voir revenir. Ben ouais, après tout, vous avez peut-être envie de parcourir vos hôtels de la rue de la paix à dos de cheval ou avec un fer à repasser à la main !