AccueilPartners

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les coulisses du Bureau des légendes

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les coulisses du Bureau des légendes

Publié le

par Le Bureau des Légendes

Comme les deux premières, la troisième saison du Bureau des légendes a secoué le petit monde des séries et a retourné la tête du public français. À cette occasion, Konbini vous livre quelques secrets de tournage exclusifs.

© Frédéric Stucin / TOP – The Oligarchs Productions / Canal +. Tous droits réservés.

Écriture sans concession, scénario haletant, suspense insoutenable, paysages splendides, ambiances ultra-immersives et personnages complexes, tous les ingrédients d’une œuvre exceptionnellement réussie sont à nouveau présents dans la troisième saison du Bureau des légendes. Et si vous n’avez pas encore été happé par la suite des aventures de Malotru, Phénomène et leur équipe, ça ne devrait pas tarder.  

D’ailleurs, vous vous en doutez sûrement, un tel projet cache un nombre incalculable de secrets et d’anecdotes de tournage. En exclusivité pour vous, l’équipe nous en a donc livré quelques-uns pour satisfaire vos appétits de petits accros à l’espionnage "made in France".

Décors et tournage

Le Moyen-Orient au Maroc

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

Pas la peine d’être membre de la DGSE pour deviner que tourner en Syrie ou en Irak, voire même en Iran, par les temps qui courent, n’est pas vraiment une option envisageable. C’est pour cela que l’équipe du Bureau des légendes a choisi le Maroc, notamment Casablanca et Ouarzazate, pour toutes les scènes se passant au Moyen-Orient. Pour les scènes téhéranaises de la saison 2, il a toutefois fallu reconstituer des rues entières de la capitale iranienne.

À noter : les scènes de Marina Loiseau, aka Phénomène, à Bakou ont quant à elles été tournées en Azerbaïdjan, à l’exception des passages en intérieur. Il faut bien dire que c’est un peu moins chaud comme coin.

Tempête de sable sur commande

© Jessica Forde / TOP – The Oligarchs Productions / Canal+. Tous droits réservés.

Mais recréer une rue n’est rien à côté d’une tempête de sable. Du coup, pour pouvoir tourner la palpitante scène de la tempête de sable du premier épisode de la saison 3, l’équipe a dû se creuser les méninges. C’est finalement avec d’immenses ventilateurs et deux tonnes et demie de poussière du désert qu’a été conçue cette atmosphère si particulière des régions arides quand elles sont battues par les vents. Le résultat est à la hauteur puisqu’on tremble avec les personnages qui progressent dans ce foutoir, de nuit qui plus est.

La DGSE comme si vous y étiez

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

Les locaux de l’équipe de gestion des “clandés” ne ressemblent pas vraiment à ceux des grands classiques de l’espionnage. Pas de pont qui se déploie sous vos pieds, pas de passages secrets ni même de portes à reconnaissance rétinienne. Et pour cause, ceux de la série reproduisent parfaitement ceux des véritables services de renseignement français.

Reconstitués à la Cité du cinéma de Saint-Denis, ils ont été inspirés par la visite de Patrick Durand, le créateur des décors de la série, aux bureaux de la DGSE, boulevard Mortier à Paris. Sauf qu’en bon apprenti espion, Patrick n’a pas précisé avant d’y aller qu’il avait une mémoire photographique. Si bien qu’en voyant sa reproduction à l’écran, la DGSE a ouvert une enquête interne à la recherche d’une éventuelle fuite. En fait, seul le bureau des légendes lui-même a été inventé.

Des “clandés” pas si inconnus

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

C’est d’ailleurs dans ce décor que se cachent certains membres de l’équipe de tournage. Comme un clin d’œil invisible, leurs photos d’identité, qu’ils ont accepté de donner, se cachent en effet un peu partout dans les scènes, sur les documents officiels et les rapports que les personnages s’échangent. Dans la saison 3, la tête de l’un des réalisateurs, Hélier Cisterne, se cache même sur les papiers d’un clandestin. Bon, OK, personne n’aurait pu le reconnaître si on ne vous l’avait pas dit. Sa petite maman peut-être…

Acteurs et caméos

Un casting de taré… surtout à l’étranger

© Zahari Baharov dans Game of Thrones

Non, Mathieu Kassovitz, Sara Giraudeau et Jean-Pierre Darroussin ne sont pas les seules stars du Bureau des légendes. En tout cas au-delà de nos frontières. Et pour cause, nombreuses sont les stars étrangères qui figurent au casting de la série. On citera notamment Zahari Baharov, la taupe infiltrée au sein de Daesh dans la saison 3. Grande star en Bulgarie, il incarnait aussi l’un des sauvageons de Game of Thrones. Alors, vous voyez que vous le connaissez !

Et Zahari Baharov n’est pas le seul dans ce cas puisque le célèbre réalisateur et acteur israélien d’origine palestinienne Mohammad Bakri interprète quant à lui le rôle du trafiquant d’œuvres d’art Shahannah de la saison 3. Son fils, Ziad Bakri a quant à lui incarné l’agent secret syrien Nadim dans les deux premières saisons. Enfin, l’acteur américain Nasser Memarzia, vu dans la série The Night Manager et dans le film Kingdom of Heaven s’est pour sa part glissé dans le rôle du père de l’Iranien Shapur Zamani.

Pas si mal pour une série française, non ?

Analyste à la DGSE et réalisateur

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

Non, aucun des réalisateurs n’est un véritable espion. Pourtant, l’un d’eux, Mathieu Demy, incarne aussi le personnage de Clément Migaud. Une double casquette qui se retrouve dans son personnage puisque celui-ci est à la fois analyste au bureau Iran de la DGSE et un beau salaud avec Marie-Jeanne Duthilleul dont il est l’amant occasionnel.

Caméo sonore pour la présidence

© François Hollande

Comme François Hollande n’était pas disponible aux dates de tournage, il a bien fallu trouver quelqu’un pour “jouer” la voix du président de la République dans la saison 2. C’est donc le créateur et producteur de la série, Éric Rochant qui s’y est collé. Sûrement jaloux de son pote, Alex Berger, également producteur de la série, fait un petit caméo dans la saison 3 en jouant le rôle d’un analyste américain.

Quelques anecdotes insolites

On recherche Ectoplasme, Anacoluthe et Zapotèque

© Capitaine Haddock

Ça n’aura pas échappé aux tintinophiles, les surnoms des membres de l’équipe du bureau des légendes sont tous tirés de la réserve d’insultes favorites du capitaine Haddock : Malotru, Phénomène, Moule à Gaufres, Escogriffe, Bachi-bouzouk, etc. Heureusement, la liste est encore longue pour les prochains clandestins.

Et puis, si les “gros mots” venaient à manquer, les espions français ne manquent pas d’idées. La preuve, dans la saison 3, les agents de terrain arborent des noms de stades de foot français durant une opération.

De rouille et d’os

© Mathieu Kassovitz à l'entraînement de boxe

Sans doute possible, le rôle de Guillaume Debailly, aka Paul Lefebvre, aka Malotru, a impliqué un véritable engagement physique pour Mathieu Kassovitz, notamment durant la saison 3. Si bien qu’en plus de profiter de son entraînement personnel de boxeur, il a lui-même réalisé la cascade où son personnage s’accroche sous un camion qui roule. Pour le féliciter, l’équipe lui a offert des gants de boxe customisés : “Le Bureau des légendes”. Imaginez s’il s’était vraiment échappé de Syrie, il aurait peut-être eu une salle de boxe en cadeau !

Des teufs iraniennes comme à Téhéran

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

Dans un souci évident de crédibilité - et pas pour faire la teuf avec eux -, l’équipe du Bureau des légendes a fait venir de vrais Iraniens résidant en Europe à Rabat, au Maroc, pour tourner certaines scènes. Mais pas pour qu’ils travaillent comme consultants sur certaines scènes. Non, pour que les fêtes de la jeunesse dorée de Téhéran de la saison 2 soient plus crédibles. Évidemment.

Merahba, Salam, Priviet

© 2016-2017 TOP – THE OLIGARCHS PRODUCTIONS – FEDERATION ENTERTAINMENT – CANAL + - Tous droits réservés.

C’est indéniablement l’une des grandes qualités du Bureau des légendes : beaucoup de scènes sont tournées dans la langue d’origine des personnages. Si cela ajoute en crédibilité et en atmosphère, c’est aussi une vraie galère impliquant une logistique lourde. Surtout quand on parle de cinq langues différentes : farsi, syrien, irakien, turc et russe. Pour que tout tienne debout à l’écran, l’équipe a donc fait venir des coachs pour chacune d’elles afin de veiller à la perfection des prononciations. Par professionnalisme, Sara Giraudeau a même appris le farsi en phonétique.

Oui, la vie d’acteur mène à tout. Mais probablement pas plus que celle d’agent secret.

Voilà pour ce qui est des secrets de tournage. Pour ce qui est de la série, il ne vous reste qu’à vous plonger dedans si ce n’est pas déjà fait. Vous aurez noté que nous avons tenu le pari : 100 % sans spoilers.