AccueilPartners

Pourquoi assister à un match de baseball à Tokyo est une expérience unique

Pourquoi assister à un match de baseball à Tokyo est une expérience unique

Publié le

par Airbnb

Du baseball au Japon ? Une idée qui peut sembler saugrenue pour n'importe quel gaijin (« étranger » en japonais). Pourtant, Tokyo s'est fait la capitale de ce sport depuis près d'un siècle. 

Ligne JR Chuo, arrêt Suidobashi, tout le monde descend : direction le Tokyo Dome. Chaque semaine, des monstres sacrés occupent les lieux : les Yomiuri Giants. Soit la formation de baseball la plus populaire de l'archipel nippon, longtemps surnommée "l'équipe du Japon".

Tokyo, capitale du baseball 

On entre au Tokyo Dome (presque) comme dans une église, plein de respect, pour son équipe comme pour l'adversaire. L'entrée dans le stade se fait de manière étonnamment silencieuse malgré les hordes de fans débarquant des métros alentours (vous ne verrez aucun spectateur garer sa voiture dans les parages, c'est tout bonnement impossible !).

Bien loin du " foam finger" - ce doigt en mousse présent dans la plupart des stades américains -  et des insultes débitées à la seconde, le tokyoïte lui préférera toujours l'observation minutieuse et studieuse, sous une ombrelle traditionnelle japonaise les jours de grand soleil.

sb20130708j1a

Danse des parapluies en tribunes

Quant à l'ambiance, dans le stade, la folie est autorisée mais dans un cadre bien défini, comme souvent au Japon. Les oendan (littéralement les "équipes d'encouragement") de l'équipe locale, calés dans un coin précis du stade comme un kop de football, font un boucan incroyable lors de chorégraphies groupées à faire pâlir Benjamin Millepied. La fameuse "danse des parapluies " des fans des Yakult Swallows, la seconde équipe de Tokyo, lors des home runs de leur équipe, vaut son pesant de petits pois frits au wasabi.

La bière servie par une écolière kawaii

Pendant l'entracte ? Outre les petits pois au wasabi, d'innombrables possibilités culinaires s'offrent aux spectacteurs qui déambulent dans les travées du Tokyo Dome ou du Meiji Jingu. Ceux qui ont une petite fringale peuvent jouer la sécurité avec des edamame - des graines de fève salées - ou essayer les aventureux mais finalement très japonais takoyaki - des boules de pâte à crêpe fourrées au poulpe. Si la faim se fait vraiment sentir, préférez des nouilles soba ou un bento. 

Les stades de Tokyo autorisant l'introduction d'alcool dans leurs enceintes, il est possible de se ravitailler dans des konbini, les épiceries de quartier, qui fleurissent à chaque coin des rues tokyoïte en bière ou saké.

Néanmoins, pour l'expérience, préférez la bière servie en tribunes : le breuvage doré est servi par des beer girls, ces jeunes filles qui arpentent les rangs de spectateurs en uniforme aux couleurs de célèbres marques de bières japonaises, au sac à dos rempli du fameux liquide et au look résolument kawaii.

De retour du stade, dans le métro aérien : baissez le regard et vous verrez sans doute un étudiant tourner les pages d'un manga avec un personnage jouant au baseball, jetez un oeil dehors et vous observerez ça et là, entre les buildings qui montent jusqu'au ciel, des terrains de baseball sur lesquels des enfants jouent.

Pour clôturer votre soirée, découvrez les nuits tokyoïtes en flânant dans le quartier de Shibuya, sans conteste un des quartiers les plus emblématiques de la ville, caractérisé par sa frénésie qui ne connaît pas de répit. Avec Airbnb, vivez à Tokyo, même si c'est juste pour une nuit : www.airbnb.fr