Brand

6 techniques qui révolutionnent les métiers d’art

On fait le point sur des innovations et des métiers aussi rares qu’exceptionnels.

Ce n’est pas un scoop, la France est un territoire de savoir-faire sans égal dans le domaine des métiers d’art. Et si on a peut-être tendance à l’oublier parfois, l’exposition "Métiers d'arts, Signatures des territoires" organisée par l’Institut National des Métiers d’Art est là pour nous rafraichir la mémoire du 29 mars au 21 avril au sein du prestigieux Mobilier national, Galerie des Gobelins (Paris 13).

 

L’expo répond aux Journées Européennes des Métiers d'Art qui, elles, se tiendront partout en France et en Europe du 1er au 7 avril. Et c’est la première fois que l’Institut National des Métiers d’Art dédie un événement à l’ancrage des métiers d’art dans les territoires, en proposant des pièces d’exception et d’innovations en tous genres. L’ensemble montrera la richesse de certains savoir-faire, source d’une excellence culturelle et d’une industrie qui contribuent à définir le patrimoine français.

Publicité

 

Publicité

Pour s’échauffer un peu, on vous propose de découvrir quelques-uns de ces savoir-faire innovants dans ces métiers d’art, associés à quelques noms incontournables ou en phase de le devenir. La France a décidément un incroyable talent.

 

#1 Le verre marin (et malin) de Lucile Viaud

Nom de code : Ostraco. C’est à travers ce projet que la designeuse Lucile Viaud a développé sa maitrise du verre marin. L’idée est de repenser l’approche et la production d’objets pour la maison en se tournant vers la mer et ce qu’elle a à offrir. La recette exacte demeure évidemment le petit secret de Lucile Viaud, mais elle est garantie 100% bio-sourcée dans la nature sous-marine.

 

#2 Le projet écolo « Corail Artefact » de Jérémy Gobé avec la SCOP Fontanille

Corail Artefact Sculpture n°6 ©Jeremy Gobe_Galerie Odile Ouizeman

Publicité

On reste du côté de la mer avec le projet « Corail Artefact » de l’artiste plasticien Jérémy Gobé. Soucieux des problématiques de son temps, ce dernier a eu l’idée d’immerger de la dentelle (et pas n’importe laquelle, on parle de celle du Puy en Velay) pour favoriser le développement de corail dessus, comme un patron sur lequel pourrait s’exprimer la nature. Forme de vie particulièrement menacée de nos jours, le corail a trouvé un soutien de poids avec ce projet inspirant à la croisée de l’art, de la science et de l’industrie.

 

#3 L’utilisation folle du verre selon Emmanuel Barrois

Retour au verre, mais cette fois avec Emmanuel Barrois, un des rares professionnels détenteur du titre de Maître d’art décerné par le ministère de la Culture. Issu du vitrail historique, Emmanuel Barrois a déployé son talent en devenant verrier d’architecture, discipline dans laquelle il brille rapidement par l’originalité de ses innovations. Formes, textures, couleurs : tout y passe pour inventer un savoir-faire unique, dont la voilure futuriste de la Fondation Louis Vuitton est un exemple parmi tant d’autres.

 

#4 La soie du futur signée Sericyne

Dans les Cévènes, l’atelier Sericyne, monté par la jeune designeuse Clara Hardy, s’emploie à ce drôle de défi : réinventer le monde de la soie. De nouvelles techniques de production, uniques au monde, proposent des objets non pas issus de cocons de vers à soie, mais directement de formes prédéfinies. Imaginez une armée de vers à soie en mode imprimante 3D de luxe : il fallait y penser, Sericyne l’a fait.

Publicité

 

#5 L’art de la céramique selon Jean Girel

Printemps bleu, Jean Girel, Maitre d'art ©Jean Girel

Spécialiste des traditions céramiques de la dynastie Song, Jean Girel a passé sa carrière à bâtir son propre empire. Un empire basé sur un savoir-faire exceptionnel, allant jusqu’à construire ses propres fours de cuisson pour obtenir précisément les textures qu’il invente. Pas un hasard si le monsieur s’est vu décerner, comme peu d’autres peuvent s’en vanter, le titre convoité de Maître d’art.

 

#6 Les tissus allumés de Cédric Brochier

Tissu-lumineux Lightex LP100-3000 ©Brochier Technologies

Voilà plus de 100 ans que la famille Brochier, à Lyon, s’illustrait dans la soierie quand Cédric lance sa propre version de l’histoire. L’aventure s’appelle Brochier Technologies et vise l’avenir. Son truc à lui, Cédric Brochier ? Le tissage breveté de fibres optiques aux applications multiples, allant de la communication à l’architecture en passant par la dépollution et le médical. Une sorte de tissu lumineux et intelligent dont les innovations à venir sont potentiellement infinies. C’est comme de la science-fiction, mais en vrai.

 

Exposition organisée par l’Institut National des Métiers d’Art, en partenariat avec le Mobilier national et avec le mécénat de la Fondation Bettencourt Schueller.

Copié