AccueilPartners

Les 10 faits "méconnus" qui prouvent  qu'Einstein était un génie

Les 10 faits "méconnus" qui prouvent qu'Einstein était un génie

Publié le

par National Geographic

Albert Einstein n’était pas seulement un scientifique de génie, c'était aussi un homme dont la vie a été parsemée d'histoires aussi improbables (spoiler alert: on a volé son cerveau !) qu'hallucinantes. 

À l’occasion de la sortie de la série Genius consacrée à sa vie, on vous raconte les anecdotes souvent inconnues du grand public.

© National Geographic

Quand on est exceptionnel, c’est à temps plein, pas juste aux heures de bureau ou à l’apéro. Sans surprise, Albert Einstein, le génie parmi les génies, est le meilleur exemple pour illustrer cette théorie qui n’a rien de bien scientifique. Pour preuve, au-delà de son talent comme physicien et comme penseur, sa vie a été en grande partie jalonnée de petits faits étonnants, parfois totalement hallucinants et le plus souvent amusants. Certains font partie de la légende et d’autres ont juste forgé cet homme légendaire.  

Un élève banal, en apparence …

C’est certainement la plus connue des rumeurs sur Albert Einstein, et elle est vraie. Le plus grand génie du XXe siècle était en apparence un élève moyen, sans flamboyance.  Il a notamment raté son examen d’entrée à l’école polytechnique fédérale de Zürich en 1895. Ne croyez pas pour autant qu’il fut un imposteur, il possédait simplement une intelligence qui ne s’épanouissait pas dans les méthodes d’enseignement traditionnelles, et notamment dans les matières non-scientifiques. D’ailleurs ses notes en mathématiques et en physique à l’examen étaient excellentes, témoignant de sa passion, elles n'ont simplement pas suffi à compenser ses résultats dans les matières plus littéraires. 

… mais dont la vocation est née pendant l'enfance

Malgré une relation un peu chaotique avec l’école, le petit Albert se passionne dès son plus jeune âge pour les mystères du monde. Ce fut notamment le cas avec une boussole dont, paraît-il, son désir de comprendre le fonctionnement le guida vers la physique. Comment ça, ce n’est pas un mystère ? Désolé de vous l’apprendre mais avant d’être une application de smartphone, la boussole fut l’une des plus grandes découvertes de l’humanité dont elle changea le destin en lui permettant de se repérer dans l’espace. Ai-je dit que cela reposait sur l’alignement des aimants avec les lignes des champs magnétiques de la planète ?

E = mc2 ≠ Prix Nobel de Physique de 1921

La relativité, c’est bien pratique. Pour le fonctionnement des choses, et surtout pour se la raconter un petit peu quand on se met à parler science au cours d’un dîner en ville. Sachez toutefois que ce n’est pas pour le célèbre euhégalaimecédeu qu’Albert Einstein a obtenu son prix Nobel en 1921 mais pour l’explication de l’effet photoélectrique. D’ailleurs, il y a même une sacrée polémique – enfin chez les physiciens et les historiens de la physique – sur la paternité de la plus célèbre des équations. Évitez de vous lancer sur cette partie-là dans un dîner, c’est glissant.

L’argent du Nobel, offert à sa première femme

Soyons honnêtes, rares sont les grands scientifiques qui vivent et meurent riches. Mais quand on reçoit un prix Nobel de physique et les 10 millions de couronnes suédoises environ 1 million d’euros – qui vont avec, ça aide un peu. Sauf dans le cas d’Albert Einstein dont l’argent du prix revint à sa première femme, Mileva. Loin d’être un succube avide d’argent, cette brillante scientifique passa cet accord avec son mari au moment de leur divorce, une époque où le génie se comportait comme un salaud avec elle. Pourquoi ? Il voulait épouser sa cousine.

Une relation étrange avec les femmes

Oui, oui, sa cousine. Si ça peut paraître étrange à notre époque, sachez que ce n’était pas si rare il y a encore peu de temps. Plus globalement, on pourrait dire d’Albert Einstein que le fait d’utiliser massivement son cerveau ne l’empêchait pas d’être très préoccupé par les choses du corps. En plus d’aimer les femmes et de ne pas adhérer à la monogamie, il avait une fâcheuse tendance à être un mauvais amoureux, un mauvais mari et un mauvais père.

Refus de la présidence d’Israël

On dit parfois qu'Albert Einstein est marqué par son judaïsme, comme a pu l'être Jésus-Christ. L’idée et la comparaison valent ce qu’elles valent mais elles ont peut-être traversé l’esprit des autorités israéliennes en 1952. Ces dernières ont en effet proposé au physicien de succéder au premier président du pays qui venait de mourir. Le scientifique refusa avec poésie : "Si je connais les lois de l’Univers, je ne connais presque rien aux êtres humains."

Une vie sans permis de conduire

Autre preuve qu’Albert Einstein n’avait que faire des choses humaines, il n’a jamais passé son permis de conduire. Pourtant, l’homme ne s’enfermait pas dans son bureau nuit et jour. Au contraire, il adorait la voile et les embruns qui devaient rendre ses cheveux encore plus fous qu’ils ne l’étaient déjà naturellement.

Un cerveau exceptionnel…

J’aimerais vraiment pouvoir vous dire que vous pourriez tous être Einstein, que tout ça n’a rien à voir avec le destin ou la génétique. Mais ce n’est pas vrai. Et pour cause, des études réalisées post mortem sur le cerveau du maître ont révélé qu’il avait un cortex préfrontal exceptionnellement développé. S’il est impossible d’attribuer tout son génie à ce constat, cette rareté ne peut toutefois qu’avoir aidé le physicien à saisir l’invisible équilibre de l’Univers. À noter cependant que de nombreux scientifiques pensent au contraire que son cerveau n’avait rien de particulier sur le plan biologique. C’est ça aussi la science, des désaccords jusque dans l'au-delà.

… qui fut même volé

Comme vous êtes vous-mêmes de petits génies, vous vous demandez comment l’humanité en sait autant sur le cerveau d’un homme mort depuis si longtemps. La réponse ne pourrait être plus simple : il a été volé par Thomas Harvey, le médecin en charge de l’autopsie du prix Nobel de physique 1921. Le bel organe fera plus tard le tour des États-Unis, de laboratoires en tables de dissection. Une triste histoire quand on sait qu’Albert souhaitait être incinéré et que ses cendres soient répandues dans un lieu secret pour éviter qu’on lui voue un culte comme cela avait pu le cas de son vivant. Quand on est un sage, c’est pour l’éternité.

Le maître de maître Yoda

George Lucas doit d'ailleurs partager cette analyse puisqu’il a rendu hommage au maître en donnant ses traits (plus ou moins évidents) au plus sage des personnages de la saga Star Wars : Yoda. Vous jugerez par vous-même si c'est vraiment un honneur d’être représenté comme un petit bonhomme vert difforme qui vit dans une cabane en bouse et mange des racines. D’autant que rien ne nous permet de penser qu’Albert Einstein mettait des tatanes au sabre laser. En revanche, il assurait au violon et construisait des châteaux de cartes comme pas deux (#truestory).

Bonus : la haine des chaussettes

Si le mot haine est certainement excessif, il est avéré qu’Albert Einstein n’aimait pas les chaussettes et préférait même porter rester pieds nus dans ses chaussures. Faites ce que vous voulez de cette info. Vous ne la connaissiez pas et c’est tout ce qui compte.

Si vous cherchez d’autres informations – certainement plus intéressantes que la dernière – sur cet homme au destin extraordinaire, vous devriez jeter un coup d’œil à la série Genius de National Geographic. Vous y trouverez de l’amour, de la haine, des nazis, des personnages étonnants et des trucs sur la physique qui rendent intelligents. Mais surtout, vous y apprendrez pas mal de choses, ça vous changera de Grey’s Anatomy.