Il y a 10 ans, Wiz Khalifa sortait la mixtape de toute une génération

Le rappeur de Pittsburgh s'est alors fait un nom avec Kush & Orange Juice, maintenant disponible en streaming.

Quand on pense à Wiz Khalifa maintenant, on voit souvent le départ déchirant de Paul Walker dans Fast & Furious, les courbes généreuses et le crâne lisse d’Amber Rose, les délires brumeux avec son tonton Snoop Dogg ou bien les innombrables remix de ses tubes "We Dem Boyz" ou "Black and Yellow". Mais cette histoire de rap détendu a commencé à la fin des années 2000 aux côtés d’autres artistes cool venant de la génération blog.

Ainsi Wiz Khalifa côtoyait The Cool Kids, Curren$y, Dom Kennedy, Big K.R.I.T. ou encore un pote arrivant lui aussi de sa ville de Pittsburgh : Mac Miller. Cette nouvelle vague de rap fait alors beaucoup parler d’elle sur les forums, blogs et sites web en pleine expansion. Les premiers réseaux sociaux deviennent leur place forte, offrant de tous nouveaux horizons au rap mondial, adaptant un nouveau genre musical aux mœurs contemporaines. 

Publicité

Wiz Khalifa a un rire signature. Cela veut déjà dire beaucoup sur sa musique. Épicurien et aérien, le style de Wiz a toujours offert un charisme naturel et une voix reconnaissable entre toutes, mélange du cartoon Scooby Doo et du rappeur old school Too $hort. Cette nature a toujours été présente mais c’est en 2010 sur sa mixtape gratuite Kush & Orange Juice qu’elle prend tout son sens.

Publicité

Car ce projet est important pour la carrière de Wiz mais aussi pour l’ensemble du rap à ce moment-là. Il marque une étape, un jalon entre les mastodontes grandiloquents du sud comme Lil Wayne, Rick Ross ou Young Jeezy qui arrivent à la fin d’un cycle et les jeunes pousses créatives comme Drake, Meek Mill, Nipsey Hussle, Kendrick Lamar ou J. Cole qui s’apprêtent à renouveler le genre.  

Avec un savant cocktail de boucles de soul et funk parfois très connues, Wiz joue la carte de la nostalgie cool, en nouveau dandy du rap américain, jusque dans la pochette reprenant un classique de David Ruffin. En croisant Loose Ends, Curtis Mayfield, Dexter Wansel ou les Français Cortex, le rappeur flotte, nous donne l’impression d’être dans un bar clandestin en plein milieu du désert.

Publicité

Cette mise en musique est essentiellement gérée par l’équipe Taylor Gang de Wiz avec des producteurs comme Cardo, Sledgren ou Big Jerm. Très importante dans le succès et la dynastie de Kush & Orange Juice, cette composition globale sert parfaitement les thèmes qu’aborde le rappeur : les simples relations humaines, les balades ensoleillées au volant de voitures musclées, les affres de la jeunesse et… la consommation de marijuana. 

Ainsi Kush & Orange Juice est devenue la bande-son idéale des jeunes de cette époque, documentant un style de vie qui leur correspond à merveille. Projet totalement gratuit, il œuvre aussi à rendre plus floues les frontières entre mixtape et album tant les morceaux sont à la fois simples mais ciselés.

Publicité

Et il offre aussi un premier tube à Wiz avec "Never Been", un quasi slow sur un obscur sample du jeu video Chrono Trigger sur Super Nintendo. C’est la grande force de Wiz, entre geek et tendance, le reflet d’une génération entière. La vidéo de "Never Been" atteint alors les 41 millions de vues, un gros score sur une plateforme YouTube alors en plein développement.

Quasiment tous les morceaux seront d’ailleurs adaptés en clip fait avec les moyens du bord, la réalisation étant de plus en plus simple avec les premiers appareils Canon 5D et les plateformes vidéos comme YouTube. Wiz Khalifa s’immerge entièrement dans ses nouveaux moyens de communication, offrant de simples tranches de vie à son public.

En fin de mixtape, on retrouve aussi "Glass House", un petit classique du genre qui invite Curren$y et Big K.R.I.T. sur la guitare de Curtis Mayfield. Ce trio est alors tout-puissant dans le petit monde du rap planant et les entendre ensemble crée une brèche dans le microcosme rap du moment.

Chacun a ensuite choisi sa route et seul Wiz Khalifa a vraiment trouvé l’immense succès populaire avec une musique plus crossover pop. Curren$y et Big K.R.I.T. ont choisi de rester dans leur ligne, sans concession.

Les morceaux de Kush & Orange Juice ont longtemps été indisponibles en streaming car les samples étaient trop compliqués à autoriser auprès des ayants droit, notamment un de John Lennon et Yoko Ono, un autre du film Disney Camp Rock et celui du jeu vidéo cité plus haut.

C’était l’apanage des mixtapes, la possibilité d’utiliser gratuitement tout type de matière, même la plus protégée. Cette pratique ne correspond plus avec les usages modernes, ceux du streaming tout puissant.

Mais en 2018, le label a tout de même réussi à mettre en ligne la mixtape sur tous les services, huit ans après sa sortie. Ils ont juste remixé les quelques morceaux dont les samples étaient trop évidents, leur donnant ainsi une nouvelle jeunesse même s’ils sont un peu dénaturés (le morceau avec le sample de "Camp Rock" a disparu par contre). Une pièce importante de la carrière de Wiz Khalifa mais aussi du rap américain devient ainsi disponible pour tous.

Elle résonne maintenant comme un bout de nostalgie aérienne mais aussi un témoin d’une époque insouciante après la crise monétaire de 2008. Une source de détente assez salvatrice maintenant que 10 après, nous sommes de nouveau dans une crise sans précédent. Kush & Orange Juice, c’est la vie au jour le jour, profiter des petits plaisirs et garder le positif en tête. 2010, 2020, même état d’esprit. 

Par Aurélien Chapuis, publié le 16/04/2020