AccueilMusique

Warm Up : le projet solo Faroe vous plonge dans sa bulle électro

Publié le

par Juliette Geenens

Dans WARM UP, on réalise un focus sur un artiste dont vous allez (sûrement) entendre parler dans les mois à venir. Cette fois, place à Faroe, projet électro d'un musicien, en solo depuis peu, tout droit venu d'Angers. Présentation en dix questions.

(© Faroe/ Facebook.)

En mai dernier, Faroe était en première partie de Ry X, sensation folk électro venue d'Australie, sur la scène du Divan du monde. Artiste encore confidentiel, sa présence ce soir-là n'a rien d'un hasard. Son univers musical est empreint d'une grande profondeur, et il a su saisir toute une salle, chose rare en concert, pour un groupe encore au stade de la découverte musicale. D'ailleurs, plusieurs personnes du public, à la fin du show, sont venues le féliciter, pour sa musique et la douceur qu'il dégage. Faroe a reçu ces compliments avec modestie. Pourtant, sa voix douce, ses rythmiques précises et ses mélodies atmosphérique ont de quoi attirer l'attention.

Le 22 janvier dernier, Faroe a concrétisé son projet avec un premier EP, intitulé Words. Doux, intimiste et sincère.

Qui es-tu ?

Je suis Corentin Ollivier et mon projet musical s'appelle Faroe.

D'où viens-tu ?

J'ai grandi près d'Angers en pleine campagne, où, quand tu es adolescent et que tu ne peux pas te déplacer tout seul, faire de la musique est une bonne (et la seule) occupation.

Comment et quand as-tu découvert la musique ?

J'ai commencé la musique plutôt jeune, j'avais 7 ou 8 ans. Mon premier instrument paraît un peu incongru. J'ai commencé avec l'accordéon diatonique ! Après, je n'ai pas de souvenirs précis du moment où j'ai "découvert" la musique... Je veux dire, comme une révélation. J'ai grandi dans une famille où cet art occupait une place importante et était toujours présent. Mes parents en écoutaient beaucoup, et particulièrement des artistes comme Neil Young, Pink Floyd, Peter Gabriel, Bob Dylan...

Est-ce que tu as eu différents projets avant d'en arriver là où tu en es ?

Oui, j'ai commencé à faire de la musique, adolescent. Je jouais dans un groupe et nous avons appris à faire de la musique ensemble, composer nos propres chansons et faire des concerts. On a pas mal tourné puis le groupe s'est arrêté. Aujourd'hui, je joue aussi de la guitare dans Concrete Knives et Samba De La Muerte.

Quelles sont tes inspirations ou tes influences musicales ?

En ce moment j'écoute pas mal de alt-R'n'B, de musique électronique et de musique indé. Je suis très impressionné, par exemple, par l'album d'Anohni qui vient de sortir, je pense que c'est une artiste très inspirante, qui nous transmet des émotions très fortes à travers sa musique. C'est quelque chose que j'espère pouvoir atteindre.

Comment est-ce que tu composes ?

Mes morceaux décrivent généralement un état d'esprit, une sensation. Ils partent généralement d'une idée de parole ou de mélodie enregistrée sur un dictaphone ou un téléphone. Puis je construis un morceau autour de cette idée, je crée une ambiance, je trouve différentes parties... Le risque est de se perdre, c'est pour ça que je prend généralement du temps avant de finir un morceau : il passe par plein de phases différentes.

Tu nous fais écouter ?

Pourquoi fais-tu de la musique ?

La plupart de mes titres sont introspectifs ou relatent des instants de ma vie, et c'est de ça que je nourris ma musique. Après, faire de la musique c'est aussi un moyen incroyable de communiquer ses émotions avec des gens et de les libérer.

Si tu avais un conseil aux auditeurs pour écouter ta musique, quelles seraient les meilleures conditions ?

Mon premier EP est assez intime, le mieux est probablement de l'écouter dans le calme, au casque de préférence. Sinon, il faut venir me voir en live, je pense qu'on ressent les morceau d'une manière bien différente !

Comment tu définirais ton projet ?

C'est un projet très personnel, il reflète ce que je pense et qui je suis aujourd'hui. Je pense que c'est un mélange du song-writing hérité de la musique que j'ai écoutée étant petit et d'influences plus électroniques qui m'incitent à toujours essayer de nouvelles choses.

Découvrez l'univers de Faroe sur Facebook et SoundCloud

À voir aussi sur konbini :