AccueilMusique

Voici la folle histoire du tout premier rappeur qui s’est appelé "Lil"

Publié le

par Aurélien Chapuis

Lil Uzi Vert, Lil Nas X, Lil Baby… depuis Wayne, les "Lil" sont nombreux, mais le tout premier d’entre eux est né dans les 70’s.

En 2021, les noms de rappeurs commencent encore souvent par le sobriquet "Lil", mais qui a vraiment été le premier ? Lil Nas X et son sulfureux "Montero", Lil Durk en duo avec Pooh Shiesty ou encore Lil Tjay et son tube lancinant avec 6lack sont toujours dans les Top 20 des morceaux les plus écoutés et diffusés aux États-Unis à l’heure actuelle. Lil Baby et Lil Uzi Vert sont deux rappeurs parmi les plus influents du moment. La saison 2 de la série Dave arrive bientôt, écrite, réalisée et joué par Lil Dicky.

Dans l’histoire du rap, on pense à des "Lil" très forts, comme Lil Wayne bien sûr, mais aussi Lil Kim, Lil Jon ou même Lil Bow Wow. Mais d’où vient ce diminutif de "Little" placé très souvent devant le prénom ou surnom d’un rappeur ? Le rap n’est pas le premier genre musical à avoir des artistes en "Lil". Ainsi le premier "Lil" de l’histoire musicale semble être une femme, Lil Hardin Armstrong, la compagne de la légende du jazz Louis Armstrong, pianiste et chanteuse. Mais vu qu’elle s’appelait Lilian, la contraction en "Lil" n’est finalement pas du tout la même que pour celle des rappeurs.

L’origine du "Lil" vient de la rue

L’origine du "Lil" pour le rap vient plutôt de la rue, des bandes et des gangs. En effet, au sein d’une bande, un jeune peut être pris sous l’aile d’un mentor, prenant alors son nom avec un "Little" en préfixe pour marquer la filiation. Ainsi, beaucoup de jeunes se font appeler "Lil" dans la rue dans les années 1970, une tendance qu’on peut retrouver dans certains films de blaxploitation de cette époque notamment.

Donc le tout premier rappeur à apparaître avec un "Lil" dans son nom arrive très vite dans l’histoire du hip-hop, avant même que le rap ne soit présent sur disque. À la fin des années 1970, le hip-hop se joue dans les parcs de New York où des collectifs de DJ débarquent avec leurs énormes systèmes son pour mettre dans l’ambiance et créer des compétitions entre eux.

Rapidement, les collectifs de DJ sont introduits par des MC, des masters of ceremony, qui vantent la qualité du son, la sélection et la technique de leurs sets. Comme les DJ sont souvent plusieurs, en duo ou en trio, les MC créent aussi des groupes de 3 à 5 personnes qui deviennent les premiers rappeurs.

C’est ainsi que deux collectifs de rappeurs se mettent en place et deviennent de plus en plus concurrents : The 3 MC’s qui accompagnent le DJ Grandmaster Flash et les Funky Four aux côtés de DJ Baron et DJ Breakout, appelés aussi The Brothers Disco. Fait très intéressant à noter : les Funky Four comptent la première rappeuse en leur sein, Sha-Rock, qui avait son propre service de sécurité uniquement composé de femmes. Dès le départ, le rap avait des femmes très talentueuses dans ses rangs.

The trois MC’s de Grandmaster Flash et les Funky Four sont donc dans une énorme compétition en 1978 qui se concrétise par de nombreuses battles, dont une légendaire et explosive qui va être entièrement gagnée par Melle Mel, Cowboy et Kid Creole, les trois rappeurs de Grandmaster Flash.

La défaite va être tellement énorme pour les Funky Four qu’un des rappeurs va décider de s’enrôler dans le camp adverse. Le charismatique Rahiem passe ainsi du côté de Grandmaster Flash et Melle Mel. Ensemble, avec l’ajout du rappeur Scorpio, ils deviennent Grandmaster Flash & The Furious Five. Les Funky Four n’étant plus que trois, le leader KK Rockwell décide d’apporter dans le groupe deux jeunes rappeurs avec qui il était au collège : Jazzy Jeff (rien à avoir avec le DJ du Fresh Prince) et… Lil Rodney Cee. Pour garder leur réputation dans la rue tout en respectant les mathématiques, le groupe devient : Funky 4 + 1.

Le groupe Funky 4 + 1 chez Sugar Hill Records en 1980. Lil Rodney Cee porte le chapeau et la fameuse veste à l’envers avec le logo.

Lil Rodney Cee est le premier rappeur "Lil"… en 1978

En 1979, après le "Rapper’s Delight" de Sugarhill Gang, premier véritable titre populaire de rap, tous ses spécialistes des block parties et battles dans la rue créent leurs premiers morceaux. Ainsi, Lil Rodney C est le premier rappeur avec un "Lil" à apparaître sur un disque. "Rappin and Rockin the House" sort en 1979 sur le label iconique Enjoy Records quelques semaines avant"Superappin'" de Grandmaster Flash & The Furious Five. La rivalité continue sur disque et bascule du côté des Funky 4 + 1… pour le moment.

Quelque temps après, le label Sugar Hill signe les deux groupes et en 1980 sort le deuxième titre des Funky 4 + 1 avec Lil Rodney Cee, le très réputé "That’s The Joint". Les Funky Four + One ont été aussi le premier groupe à jouer la télévision nationale, invité au grand show Saturday Night Live présenté par Debbie Harry du groupe Blondie en 1981. Debbie invite même le groupe à faire la première partie de toute sa tournée nationale.

Mais le label Sugar Hill refuse. Et le groupe ne sortira jamais d’album sous son nom, au final. De leur côté, Grandmaster Flash & The Furious Five sortent "The Message" et le hip-hop ne sera plus jamais pareil. Funky Four Plus One ne sont plus de la partie. Après cette débandade, Lil Rodney Cee aura pourtant un autre énorme fait d’armes, sa présence rayonnante dans le premier film sur le hip-hop : Wild Style en 1982.

Lil Rodney C y apparaît sous son nouveau duo, Double Trouble, avec son pote KK Rockwell. Et leur concert va rester dans la postérité. Leurs routines et paroles seront souvent évoquées dans des morceaux ensuite, jusqu’au "Triple Trouble" des Beastie Boys en 2004 qui leur rend hommage.

Encore plus fort pour Rodney, la partie du film Wild Style qui explique les battles est illustrée par une joute mémorable entre Busy Bee et… Lil Rodney C. Donc encore plus que le premier rappeur à s’appeler "Lil", Lil Rodney Cee est juste un des premiers rappeurs, tout simplement. Et on lui doit énormément. Parfois ton "+ 1" est plus important que le reste.

Lil Rodney Cee avec la bande originale de<em> Wild Style</em> dans les années 2000.

À voir aussi sur konbini :