AccueilMusique

Voici Kesha Lee, l’ingénieure du son qui a mixé vos titres de trap préférés

Publié le

par Kimberly B. Johnson

Installée à Atlanta, cette Américaine de 28 ans s’est fait une place dans le club très fermé des ingénieurs du son les plus demandés.

Traduction : "J’ai reçu ma plaque pour "Bad and Boujee" le même jour que les clés de mon nouvel appartement. Le meilleur cadeau d’aménagement du monde."

Dans l’univers du hip-hop et de l’industrie de la musique en général, la majorité du temps, ce sont des hommes qui sont aux manettes. Mais les femmes créent parfois la surprise en prouvant à quel point elles peuvent être douées pour faire ce qui est toujours considéré comme un travail d’homme. En effet, alors que l’ingénierie est souvent associée à des prouesses masculines, il s’avère que certains des plus grands tubes que l’on s’arrache aujourd’hui sont mixés par une femme.

Nous sommes heureux de vous présenter Kesha Lee, l’ingénieure du son à qui l’on doit certains de nos titres de trap préférés. À 28 ans, Kesha Lee a collaboré avec Migos, Pharrell Williams, Young Thug, Future, Playboi Carti, Lil Uzi Vert et plusieurs autres grands noms du hip-hop. Aujourd’hui, après cinq ans de carrière, Kesha Lee est habituée à travailler avec les plus grands pour parfaire leur son.

"Ne vous préoccupez pas de l’argent dans un premier temps"

Fille d’une mère engagée dans l’armée américaine, Kesha Lee a commencé par un cursus à l’université de Birmingham, sa ville d’origine, avant de déménager à Atlanta pour suivre des cours à l’Institut de musique. Dans une interview pour Fader, elle raconte que son père jouait du piano, montait des ordinateurs, bidouillait des logiciels et travaillait le bois. Il lui a transmis ses passions et l’a encouragée à apprendre tout ce qui a trait à la production de musique. Sa ténacité, sa concentration et son éthique ont fait sa renommée auprès des artistes. Elle raconte :

"Je dirais qu’il ne faut jamais refuser de session. Je me fiche de savoir si le lieu ne vous convient pas. J’ai même déjà enregistré sur un ordinateur portable. J’ai aussi enregistré sans être payée. Ne vous préoccupez pas de l’argent dans un premier temps. Je pense que beaucoup de gens se lancent dans quelque chose en s’inquiétant pour l’argent et c’est ce qui les ralentit dès le début. Même si c’est gratuit, il y aura un retour plus tard."

C’est par exemple à Kesha Lee que l’on doit, entre autres, l’enregistrement de plusieurs tracks de l’album Beautiful Thugger Girl de Young Thug, sorti en juin 2017. La jeune femme a également récemment travaillé sur le très attendu Luv Is Rage 2 de Lil Uzi Vert, qui est sorti il y a à peine quelques jours, comme le rapporte Billboard. Évoquant son quotidien et sa charge de travail, elle revient sur l’enregistrement de l’album de Lil Uzi Vert :

"Je me [rendais] complètement disponible pour Uzi. […] Je ne [travaillais] avec personne d’autre pour me concentrer sur son album. [C’était] littéralement devenu ma vie, de l’enregistrer. Le temps qu’il [passait] en dehors des séances d’enregistrement, de mixage et de peaufinage, je le [passais] à chercher de nouvelles idées, à faire des factures ou à organiser la logistique. Quand Uzi [était] là, [j’avais] droit à deux ou trois textos qui [disaient] : 'Tu en es où ?' Ça [voulait] dire qu’il [était] prêt, alors je [venais] en studio."

"Votre travail en tant qu’ingénieur est d’accompagner le son là où l’artiste essaie de l’emmener"

A post shared by Kesha Lee (@engineerklee) on

Lors d’un voyage à Los Angeles, Kesha Lee fait la rencontre de Pharrell Williams et a alors l’occasion de parler à l'artiste pour la première fois. Toujours dans son interview accordée à Fader, elle revient sur leur collaboration, qui l’a marquée. Elle raconte :

"Je l’avais déjà croisé, mais je n’avais jamais travaillé avec lui, j’étais simplement assise à la place de son ingénieur Mikey ce jour-là. J’ai entendu Pharrell dire qu’il entrait dans le studio, je me suis donc levée pour laisser ma place à Mikey, mais il a dit : 'Non c’est bon, tu peux m’enregistrer.' Alors je me suis rassise. Je me suis dit que c’était dingue. C’était génial de pouvoir l’enregistrer."

Ayant travaillé avec certains des artistes les plus innovants du moment, elle explique la démarche à suivre quand l’opportunité se présente de travailler avec des musiciens qui ont un son très particulier :

"Je pense qu’il est important de comprendre ce que veut l’artiste. Même si vous ne le comprenez pas et que ce n’est pas de l’art pour vous, c’est de l’art, point. Si vous pouvez vraiment comprendre ce que l’artiste cherche à réaliser avec sa musique, votre travail en tant qu’ingénieur est d’accompagner le son là où il essaie de l’emmener. Cela peut s’avérer fantastique si vous restez ouvert d’esprit."

Vous pouvez suivre Kesha Lee sur Twitter et sur Instagram.

À voir aussi sur konbini :