À New York, on devrait (enfin) pouvoir danser dans tous les bars

Créée durant la Prohibition, cette loi privant certains lieux de danse n’a pourtant jamais été remise en cause.

© Dirty Dancing.

New York va se débarrasser d’une de ses lois les plus archaïques. Depuis 1926, certains clubs de la ville avaient pour interdiction de laisser leurs clients danser sur la piste. Cette époque est désormais (presque) révolue.

Publicité

Mise en place en pleine période de prohibition, cette loi qu’on appelle la "loi des cabarets" imposait aux bars des mesures restrictives concernant la danse, interdite sauf autorisation. Selon le site La Dépêche, "moins de 100 des plus de 22 000 bars, restaurants et discothèques" détenaient le précieux sésame. À l’époque où cette dernière a été mise en place, il s’agissait de réguler les débits d’alcool. Au fil de l’histoire, cette loi jamais abrogée aurait selon les spécialistes servi des idéologies encore plus toxiques.

L’idée était dans un premier temps de limiter dans ces endroits les contacts entre Noirs et Blancs. Dans les années 1970 et 1980, elle a ensuite servi à faire fermer des établissements fréquentés par la communauté LGBT. Puis, dans les années 1990, elle fut utilisée par le maire Rudy Giuliani pour "nettoyer" la ville. Aujourd’hui, la loi servirait encore dans de rares cas à fermer des établissements.

C’était sans compter sur le conseiller municipal de la ville de New York, Rafael Espinal, qui présentait un projet de loi en septembre visant à abroger la loi. Malgré les précédents refus, Espinal explique qu’il devrait recueillir un nombre de votes suffisant ce mardi, pour mettre fin à cette tradition.

Publicité

Par Sophie Laroche, publié le 02/11/2017

Pour vous :