AccueilMusique

Vidéo : quand un opéra de Mozart rencontre la pop culture

Publié le

par Fanny Hubert

Jusqu'au 1er février prochain, le Théâtre du Châtelet propose une version très pop culture du Roi Pasteur, l'un des premiers opéras de Mozart. On a rencontré Olivier Fredj, metteur en scène et la soprano Raquel Camarinha, interprète d'Élisa, pour nous en parler.

Associer Mozart à l'univers des jeux vidéos et des mangas était un pari plutôt osé. Mais Olivier Fredj et Nicolas Buffe, les deux metteurs en scène, l'ont relevé avec brio. La version qu'ils proposent d'Il Re pastore, l'un des premiers opéras de Mozart, au Théâtre du Châtelet est pour le moins original. L'histoire est celle d'Alexandre le Grand qui vient de renverser le tyran Straton de la ville de Sidon. Il est à la recherche du roi légitime de la ville. Celui-ci est un berger nommé Aminta, amoureux d'Elisa, qui ignore son destin.

Quand l'opéra commence, les images d'un vaisseau spatial et d'une planète apparaissent sur le grand écran disposé sur la scène. Une guerre a lieu, des engins explosent dans l'espace. On se croirait en train de regarder le nouvel épisode de Star Wars mais ce n'est pas le cas. L'écran se relève et on découvre un décor assez futuriste. Aminta (interpété par Soraya Mafi) n'est plus berger mais pompiste. Il porte une casquette, des sneakers et ressemble fortement à Mario. Élisa (Raquel Camarinha) a des oreilles de lapin et se balade avec une sorte de trottinette rose à pois blancs .

Tous les personnages sont annoncés à la manière de protagonistes de jeux vidéo avec leur nom, leurs aptitudes et leurs faits marquants. Les soldats de la garde rapprochée d'Alexandre (Rainer Trost) apportent une touche d'humour et ont des airs de Power Rangers par leur accoutrement et leurs acrobaties.

Cette mise en scène complètement décalée fonctionne à merveille. Pour en parler, nous avons rencontré Olivier Fredj, qui a abordé de la conception de l'opéra et l'évidence d'associer Mozart à la pop culture. Raquel Camarinha a également évoqué avec nous son parcours et sa façon de voir l'opéra.

Il Re Pastore, à voir jusqu'au 1er février prochain au Théâtre du Châtelet