©DR

Clip : le magnifique hommage de Dr. Dre à Kobe Bryant

L'ancien membre du groupe N.W.A. a produit un clip rendant hommage au Black Mamba, dévoilé lors du NBA All-Star week-end.

La disparition tragique de Kobe Bryant, de sa fille Gianna, ainsi que celles de toutes les autres personnes présentes à bord de l’hélicoptère de la star de Los Angeles, est encore dans toutes les mémoires tant le choc fut énorme. Lors d’un All Star Week-end décidément parfait, qui se tenait du 14 au 16 février dernier, la NBA a ainsi salué de multiples façons la mémoire de l’un des plus grands joueurs de tous les temps, décédé le 26 janvier dernier.

Publicité

Mais le plus bel hommage demeure sûrement celui de Dr. Dre, autre légende de la ville des Anges. L’artiste américain a produit un clip retraçant la carrière de l’ancien joueur des Lakers. Une vidéo diffusée pour la première fois lors de ce week-end de fête sur la chaîne TNT.

On peut y voir un maillot des Angelinos tomber sur le sol, avec un serpent "black mamba" – l’un des nombreux surnoms de Kobe – glisser sur le parquet. Arrive alors le très impressionnant palmarès de Kobe Bryant. La suite de la vidéo retrace la carrière du joueur américain, de ses débuts à 18 ans jusqu’à son dernier match vingt ans plus tard, avec un paquet de moments légendaires de l’histoire de la NBA.

C’est alors que Dr. Dre intervient au milieu de la vidéo. En studio, le producteur originaire de Compton augmente le tempo et offre un rythme haletant. Dans la dernière séquence de la vidéo, les premières notes de l’immense tube "California Love", légèrement remanié, se font entendre dès que l’on aperçoit Kobe en compagnie de sa fille.

Publicité

Car au-delà du basket, le joueur des Lakers était une icône pour toute la ville, et un modèle de réussite à l’échelle mondiale. Sur le dernier plan, on peut voir Kobe et sa fille au paradis, sur le toit du "Kobe Center" – réplique imaginaire du Staples Center, enceinte des deux équipes de Los Angeles. Le meilleur moyen de rendre un dernier hommage à un homme qui aura inspiré une génération entière.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 18/02/2020