AccueilMusique

Vidéo : Cali quitte le plateau de CNews après des propos lamentables de Zemmour sur le rap

Publié le

par Arthur Cios

Le chanteur perpignanais n’a pas supporté que le polémiste parle de "sous-art".

Faire face à Éric Zemmour ne doit pas être un exercice facile. Alors imaginez d’être invité par Pascal Praud sur CNews de bon matin, de devoir vous asseoir à côté du polémiste et de l’entendre discuter de son procès face à Youssoupha. L’enfer. C’est ce qu’a vécu le chanteur Cali, venu faire la promotion de son dernier livre, le 25 janvier.

L’artiste n’a pas supporté la position sur le rap de celui qui a été chroniqueur d’On n’est pas couché. Quand Cali lui a demandé s’il était prêt à s’excuser auprès des rappeurs et musiciens qui auraient pu être blessés par ses propos, le polémiste n’a rien lâché :

"Je ne présente pas mes excuses à un type qui dit qu’il faut me tuer, il y a des limites à tout, si vous voulez […] Ils sont nuls, je maintiens que c’est un sous-art et je maintiens que c’est nul. Si ça ne vous plaît pas, c’est le même prix, j’ai le droit de dire que c’est nul."

Le ton est donné. Le polémiste faisait ici référence au titre "À force de le dire" de Youssoupha, où le rappeur dit "je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zémmour", et pour lequel il avait porté plainte pour injure et diffamation — sans succès. Forcément, Cali n’a pas trop apprécié et a décidé de quitter le plateau. Il a tout de même tenu à préciser avant de partir :

"Pendant des années, le service public a donné la parole à ce monsieur. Ce monsieur a provoqué, a présenté la haine, a dit des mots terribles qui ont fait du mal à des gens. Vous en parlez encore aujourd’hui. Et encore aujourd’hui, on lui laisse la parole […] Je ne veux pas être avec ce monsieur sur ce plateau. Je ne veux pas être le complice…"

On ne peut que comprendre. Le présentateur a tenu à réagir, expliquant qu’il n’aimait pas l’attitude du chanteur, qu'il juge caricaturale, "d’autant que Cali savait très bien [qu’Éric Zemmour serait] sur le plateau ce matin" – néanmoins, ce n’est pas une raison pour tolérer de tels propos.