AccueilMusique

Après ses vinyles, Urban Outfitters veut que vous achetiez ses cassettes audio

Publié le

par Théo Chapuis

La marque de prêt-à-porter mondialement célèbre propose désormais de vendre des cassettes audio. La K7 est-elle le nouveau vinyle ?

Il ne manque que Will Smith en Prince de Bel-Air et je me mets à chialer sur ma jeunesse disparue (Crédits image : UO blog)

L'année dernière, Urban Outfitters s'offrait un joli coup de pub, en passant auprès de nombreux journaux comme le plus grand distributeur de vinyles – une nouvelle étonnante (d'ailleurs fausse) car Urban Outfitters, comme son nom l'indique, vend plutôt du prêt-à-porter. Aujourd'hui, la marque se place sur un nouveau secteur musical victime des vicissitudes du revival à outrance : la cassette audio.

Depuis le début de ce mois d'octobre, "Urban" (comme Kim Gordon l'appelle) propose sur son site Internet et dans certains stores bien précis cassettes audio, chaînes à poignée et baladeurs au look terriblement vintage qui feront le bonheur de vos amis à fixies (comme de Kim Gordon) et complètera la collection de vinyles déjà présente sur le site de la marque.

On rigole, on rigole, mais la marque compte bien faire la différence avec le stock de cassettes audio oubliées de votre père. Urban Outfitters s'offre un catalogue riche non seulement en nouveautés, mais également en exclusivités : Run The Jewels, Halsey et Marina & the Diamonds (charmante chanteuse dont on vous parlait ici) sont les premiers artistes de ce catalogue d'inédits.

Mais le store proposera également d'autres sorties en "K7" comme celles de Beach House, Action Bronson, Alvvays, American Football, Foals, Japandroids, Muse, Method Man, et d'autres – des artistes d'univers assez différents.

La cassette, vraiment ?

Oui, la cassette, vraiment. Mais dans un monde où on tente coûte que coûte de transformer un iPhone en caméra super 8 et où le marché du vinyle est désormais plus lucratif que le streaming, est-ce bien si étonnant ? Il y a deux ans, Rue89 enquêtait déjà sur un éventuel "retour" de la cassette et interrogeait Virginie Berger, spécialiste du marketing musical et fondatrice de l’agence DBTH, spécialisée dans les technologies émergentes. Verdict :

Cela fait plusieurs années que beaucoup de labels indés proposent des K7. Certains ne se sont même jamais arrêtés d’en produire. On ne peut donc pas parler de “revival”.

Alan Williams, directeur de Tapeline LTD, lui emboîte le pas : "Le marché est tellement lié à l’activité des labels spécialisés qui exercent la plupart du temps hors des circuits de distribution classiques qu’il est vraiment compliqué d’avoir les chiffres. Ce qui est certain, c’est que les ventes de K7 sont nettement plus faibles que pour le vinyle".

Voilà à quoi ressemblait une collection de musique digne de ce nom il n'y a encore pas si longtemps (Crédits image : <a href="https://www.flickr.com/photos/cass_ette/" target="_blank">Cassettes</a>/Flickr)

Passion rétro

En cherchant, il est facile de trouver un bac cassettes dans de nombreux stores, notamment chez les indépendants. Tenez, par exemple chez Musicfearsatan, disquaire parisien spécialisé en noise/hardcore/metal, qui vend un certain nombre de cassettes sur son store en ligne.

Tout comme le vinyle avant la hype entamée il y a une petite dizaine d'années, il y a fort à parier pour que certains labels n'aient tout bonnement jamais arrêté de produire des cassettes – même lorsque tout le monde les regardait de haut. Or, la passion rétro contemporaine est décidément prête à tout pour nous faire oublier les CDs...

À voir aussi sur konbini :