AccueilMusique

Trent Reznor, Wes Borland, Rose McGowan : ils témoignent tous contre Marilyn Manson

Publié le

par Hong-Kyung Kang

© Facebook Marilyn Manson/Perou

Ces nombreuses prises de parole soutiennent les accusations d’agressions sexuelles portées par Rachel Evan Wood et quatre femmes.

Marilyn Manson a été accusé de violences sexuelles par cinq femmes, dont son ex-épouse l’actrice Evan Rachel Wood. Alors qu’il dément les faits, plusieurs artistes et personnalités ont pris la parole pour dénoncer son attitude et sa personnalité malsaine.

Un "clown dopé" selon Trent Reznor

Trent Reznor, membre du groupe Nine Inch Nails et autrefois collègue de Manson, a fait une déclaration publique dans laquelle il tire à boulets rouges sur ce dernier. En effet, il a pointé du doigt l’alcoolisme et l’addiction aux drogues de Manson, qui l’ont transformé en "clown dopé".

Reznor avait en outre été incriminé dans la biographie de Manson, écrite par Manson lui-même et Neil Strauss, parue en 1998, dans laquelle il est écrit que les deux musiciens auraient pénétré "digitalement" une femme ivre. L’histoire aurait fait surface lors d’une interview de Manson par le Empyrean Magazine, jamais publiée car le journaliste aurait utilisé des méthodes malhonnêtes pour obtenir ces informations. Marilyn Manson aurait donc repris ces faits dans son livre, et Reznor les a démentis à Pitchfork :

"J’ai été clair au fil des années sur ma mauvaise relation avec Manson, en tant que personne qui a coupé les liens avec lui il y a presque 25 ans. Comme je l’avais dit à l’époque, ce passage dans l’autobiographie de Manson est une invention complète."

En 2009, lors d’une interview qu’il a donnée au Mojo Magazine, Reznor avait affirmé au sujet de Manson qu’il était "un homme machiavélique qui marcherait sur n’importe qui pour réussir et dépasser toute limite de décence".

Un "putain de mec mauvais" selon Wes Borland

Trent Reznor n’est en outre pas le seul musicien à pointer du doigt les comportements déviants de Manson. Wes Borland, guitariste du groupe Limp Bizkit, a déclaré, suite aux récentes accusations, que "chaque chose que les gens ont dite au sujet de Manson [étaient] putain de vraie".

Borland avait accompagné Manson en tournée pendant neuf mois entre 2008 et 2009. Il témoigne :

"Manson n’est pas un bon gars. […] Alors calmez-vous avec les accusations visant les femmes. Comme lorsque les gens disent du mal des femmes qui ont témoigné contre lui. Allez vous faire foutre. Elles disent la vérité."

Et de continuer :

"Et je suis désolé pour toutes les personnes qui n’aiment pas ça, ce gars est extrêmement talentueux, mais il est taré et a besoin d’être examiné, de rester sobre, et il a besoin de se débarrasser de ses démons. C’est un putain de mec mauvais."

Rose McGowan soutient Evan Rachel Wood

En soutien à Evan Rachel Wood, Rose McGowan, actrice et ancienne fiancée de Manson, s’est également exprimée afin de pointer du doigt le système déviant de l’industrie musicale qui permet à des agressions sexuelles de se produire et d’être passées sous silence :

"Je suis profondément désolée pour toutes celles qui ont souffert des crimes, des tortures physiques et mentales de Marilyn Manson .[…] L’industrie du divertissement, dont l’industrie musicale fait partie, est un culte. Un culte qui maintient la pourriture au sommet. […] L’industrie de la célébrité choisit qui elle va protéger et qui sera ses victimes. […] Et tous ceux qui ont défendu des monstres, honte à vous."

Jenna Jameson assure que Manson fantasmait de la brûler vive

Jenna Jameson, ancienne actrice de films pour adultes qui a eu une brève relation avec Manson, a décidé de s’exprimer également. Lors d’une interview accordée au Daily Mail, elle a affirmé que cette relation avait été "étrange" et "déconcertante". Mais l’élément décisif qui a l’a poussée à quitter le musicien fut lorsque ce dernier lui "disait nonchalamment qu’il fantasmait de [la] brûler vive".

Aucune action en justice n’a été pour l’instant engagée contre Manson, mais Susan Robio, sénatrice de Californie, a demandé l’ouverture d’une enquête auprès du département de la justice et du FBI.

À voir aussi sur konbini :