AccueilMusique

8 morts, 12 blessés… tout ce qu’on sait sur le drame du Astroworld Festival de Travis Scott

Publié le

par Samuel Delwasse

@ Facebook / Astroworld Fest

Des membres de la sécurité drogués, un procès contre Travis Scott et Drake accusés d'avoir "incité au chaos"…

Un recours en justice a été intenté dimanche contre les rappeurs Travis Scott et Drake, accusés d’avoir "semé la pagaille" lors du Astroworld Festival au Texas et d’être responsables d’un mouvement de foule qui a fait 8 morts et 12 blessés, selon les avocats du plaignant.

Une tragédie qui se poursuit en justice

Le cabinet texan Thomas J. Henry Law a tweeté dimanche un article publié par le quotidien Daily Mail sur ces poursuites, confirmant qu’il avait déposé "l’une des premières plaintes contre la tragédie Travis Scott au festival Astroworld." Kristian Paredes, le plaignant de 23 ans, est l’une des personnes "grièvement blessées" du concert dans la nuit du 5 novembre. L’avocat du plaignant poursuit :

“Tout indique que les artistes et les organisateurs étaient non seulement conscients de la foule trépidante, mais également que des blessures et des décès potentiels pouvaient s’être produits. Pourtant, ils ont décidé de l’ignorer et ont permis au spectacle meurtrier de continuer”.

Au total, près de 50 000 personnes se trouvaient dans la foule du festival Astroworld, où plus de 360 agents de police et 240 agents de sécurité étaient mobilisés. Vers 21 heures, heure locale, la foule a commencé à se presser vers le devant de la scène, provoquant un début de panique et de premiers blessés. Puis des gens se sont mis à tomber et à perdre connaissance, ce qui a généré un mouvement de panique supplémentaire, selon les autorités.

Au milieu de cette émeute, il semblerait qu’un agent de sécurité du festival ait subi une injection de drogue à son insu, qui l’aurait rendu inconscient durant les heures qui suivirent : "Le rapport de l’équipe médicale mentionne qu’un gardien de sécurité qui était inconscient à son arrivée aurait été soigné. Il tentait de restreindre un citoyen lorsqu’il a senti une piqûre au cou", relate Troy Finner, chef du service de police de la ville de Houston en conférence de presse.

Les artistes réagissent, Drake mis en cause

M. Paredes, résident du Texas, poursuit également les organisateurs du concert, Live Nation, et la salle de spectacle. Il explique avoir "ressenti une poussée immédiate" à l’avant de la section des entrées générales lorsque Travis Scott est monté sur scène, selon la plainte.

"La foule est devenue chaotique et une bousculade a commencé"

"Plusieurs personnes ont supplié les agents de sécurité de Live Nation de les aider, mais ont été ignorées", poursuit la plainte.
La plainte, déposée devant le tribunal de Houston, assure que Travis Scott a déjà "incité au chaos et à la pagaille" lors de précédents concerts. Elle accuse également le rappeur Drake d’avoir contribué à ce mouvement de foule en montant sur scène. Ce dernier a continué son concert, malgré le fait que la "foule devenait hors de contrôle".

Le maire de Houston, Sylvester Turner, a déclaré que les autorités examinaient les séquences vidéo et parlaient aux témoins, organisateurs du concert et personnes hospitalisées. Selon d’autres témoignages, Travis Scott, qui a lancé le festival Astroworld en 2018, a arrêté de jouer au vu de ses fans en détresse près de la scène.

Chargement du twitt...

Alors que Drake est resté muet depuis la tenue des évènements le week-end dernier, Travis Scott s’est exprimé en story sur Instagram. Ce dernier se dit "terriblement dévasté" et "travaille avec les autorités pour identifier les familles des victimes et faire de son mieux pour leur apporter toute l’aide dont ils auront besoin".

Chargement du twitt...

Pour sa part, Roddy Ricch a, à l’issue du festival, déjà annoncé qu’il reverserait la totalité de la somme qu’il a gagnée avec sa performance pour venir en aide aux familles des victimes de cette édition 2021 de l’Astroworld Festival. Kanye West a dédié l’office religieux du dimanche 7 novembre "aux aimés d’Astroworld".

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :