AccueilMusique

"Thriller" de Michael Jackson, premier album à dépasser les 100 millions d'exemplaires vendus

Publié le

par Théo Chapuis

33 ans après sa sortie, le disque Thriller dépasse les 100 millions de ventes dans le monde entier. Un record loin d'être approché par d'autres albums.

Cette pose nonchalante ; l'aura de lumière qui enveloppe ce costume blanc ; cette typo simple et directe ; et ce regard sibyllin, à la fois explicite et mystérieux... Vous le reconnaissez, n'est-ce pas ? Car si sa pochette est aujourd'hui si datée, Thriller reste un album à l'intuition brillante et à l'exécution irréprochable – bah oui, on ne devient pas le King of Pop pour rien.

Preuve que ses titres n'ont pas pris une ride, Thriller bat en 2015 un record du monde : depuis mercredi 16 décembre, il est le premier album à dépasser les 100 millions d'exemplaires vendus selon la RIAA.

Aux seuls Etats-Unis, le successeur de Off The Wall est aujourd'hui déclaré 30 fois disque de platine – soit 30 millions de disques vendus sur le seul sol américain. Armé de titres indémodables comme "Billie Jean" et son riff de basse imparable, "Beat It" et la virtuosité de guitariste d'Eddie Van Halen ou encore "Thriller" et son clip romeresque, le cadet de la fratrie Jackson façonnait sans le savoir le disque le plus populaire de la planète Terre.

Le plus amusant dans tout ça, c'est que dès sa sortie, le succès de Thriller s'annonçait hyper-massif. Sorti le 30 novembre 1982, le 33 tours s'imposait déjà 37 semaines à la place de numéro 1. C'est aussi le premier album à avoir squatté le top 10 pendant 80 semaines. A la mort du chanteur en 2009, Thriller regagnait en popularité. Dans le classement mondial des ventes, il est aujourd'hui loin en tête devant Back In Black d'AC/DC et The Dark Side of the Moon de Pink Floyd, qui culminent à 50 et 45 millions de ventes dans le monde respectivement.

Si la marque des grands monarques est de marquer l'Histoire de son vivant ainsi qu'à la postérité, Michael Jackson n'est pas prêt de lâcher sa couronne.

À voir aussi sur konbini :