Pochette de lalbum The Marshall Mathers LP

The Marshall Mathers LP d'Eminem est majeur : retour sur 18 textes interdits aux mineurs

Le 22 mai 2018, The Marshall Mathers LP, le second album d’Eminem, soufflait sa dix-huitième bougie. Levez le majeur avec nous en hommage à cet éternel classique du rap US.

Pochette de l’album The Marshall Mathers LP.

En 1999, Eminem mettait sous le feu des projecteurs son alter ego démoniaque Slim Shady avec un album du même nom, symbole de la frustration de l’échec d’Infinite, un premier disque autoproduit. Pour son projet suivant, The Marshall Mathers LP (inspiré de son vrai nom), le rappeur blond peroxydé décide de montrer sa vraie personnalité, sans artifice.

Publicité

Avec des titres comme "Stan", "The Way I Am" et "The Real Slim Shady", le rappeur de Détroit aura avec cet album, en plus d'avoir signé probablement son plus gros classique, incontestablement participé à la démocratisation du hip-hop dans le monde. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour autant qu’il s’est assagi, loin de là.

Vous l’avez trouvé infect sur The Slim Shady LP ? Ce sera pire sur Marshall Mathers LP. La preuve avec une sélection de 18 punchlines (18 ans, 18 titres, forcément…) pour le moins hardcore. Soyez sûrs qu’avec cet album, la mention "Parental Advisory Explicit Content" n’avait sans doute jamais été aussi appropriée. Levez le majeur avec nous et replongez-vous dans cet éternel classique du rap US.

01 : "Public Service Announcement 2000"

D’entrée de jeu, Shady reprend la formule d’introduction de son premier disque. Tout en provocation, il annonce la couleur.

Publicité

"Slim Shady n’en a rien à foutre de ce que tu penses, si tu n’aimes pas tu peux toujours sucer sa putain de bite. Slim Shady en a marre de vos conneries et il va vous tuer. Quelque chose à ajouter, Em' ? Ouais, attaquez-moi en justice !"

Dans "My Name Is" l’année précédente, le sulfureux rappeur déclarait être venu pour faire chier le monde. Avec ce nouvel avertissement énoncé par son producteur Jeff Bass, il affirme être un maître en la matière. Vous êtes prévenu, The Marshall Mathers LP risque de piquer un peu.

Publicité

02 : "Kill You"

Lors de son arrivée dans le game, Eminem provoque un véritable séisme. Pas seulement à cause de son talent incontestable et de sa rage au micro, mais aussi parce qu’il est l’un des premiers rappeurs à s’attaquer ouvertement à sa mère. Dans le rap, les piques envers ses rivaux sont légion mais il est moins courant de s’en prendre à la figure maternelle, normalement intouchable.

Toujours plus dans la provocation, le rappeur continue de casser les codes et n’a pas fini de régler ses comptes avec sa génitrice. Bien sûr, son venin ne se déverse pas seulement sur Debbie Mathers, mais aussi sur sa conjointe, Kim, et même sur les femmes en général.

"Penche-toi et reçois comme une salope, ok maman ? Oh il rappe sur sa propre mère et sniffe de la coke et on le met en couverture de Rolling Stone ?"

03 : "Stan"

On ne présente plus ce monument de la musique. Stan raconte l'histoire d'un fan fou d'Eminem qui pète un câble car celui-ci ne répond pas à ses nombreuses lettres. Son destin est bien connu : il finit par se suicider en jetant sa voiture dans le fleuve avec sa femme enceinte enfermée dans le coffre.

Ce storytelling est d'ailleurs devenu tellement culte que le terme "Stan" est entré officiellement dans l'Oxford English Dictionary, où il désigne "un fan excessivement zélé ou obsédé par une célébrité en particulier". On se souvient également du clip poignant et du live légendaire de cette chanson avec Elton John lors des Grammy Awards en 2001.

"Ta gueule salope, j'essaye de parler. Hé Slim, c'est ma petite amie qui crie dans le coffre. Mais je ne lui ai pas fendu la gorge je l'ai simplement attachée, je ne suis pas comme toi. Car si elle suffoque elle souffrira encore plus, et elle mourra aussi."

04 : Paul (Skit)

Dans ce court interlude, Paul Rosenberg, le fidèle manager d'Eminem, appelle son artiste pour lui faire part de son désarroi à l'écoute de son nouvel album. Quand on sait à quel point le sulfureux rappeur se veut acide, on imagine que l'agent artistique n'était pas prêt à la première écoute.

05 - Who Knew

Dans ce morceau, le bad boy de Détroit ridiculise purement et simplement ceux qui croient que sa musique pousse les fans à commettre les actes absurdes qu'il met en scène. Pour lui, son public sait faire la différence entre premier et second degré. D'une manière satirique et toujours dans la provoc, il attise la haine de ceux qui pensent qu'il corrompt la jeunesse avec sa musique. En une phrase, il a tout dit.

"Rien à foutre, drogue-toi, viole des salopes, délire sur les clubs gays, aie un peu le sens de l'humour."

https://open.spotify.com/track/1Qjb0HIBykhiEGfrHhQ0HX?si=R6DZVrBzSIGikeY-O1_1nA

06 - Steve Berman

Après Paul, c'est Steve Berman, le directeur marketing (fictif) d'Interscope qui blâme Eminem pour la violence lyricale de son album, car il a peur que le projet ne se vende pas. Ironie du sort, durant sa première semaine d’exploitation aux États-Unis, il s'écoule à 1,76 million d'exemplaires, devenant le quatrième album le plus vendu de la décennie 2000-2010 et l’album rap le plus vendu de l’histoire aux États-Unis.

"Cet album ne vaut rien. Tu rappes sur les homosexuels et le Vicodin, je ne peux pas vendre cette merde !" (Steve Berman)

07 - The Way I Am

Dans ce titre culte, Eminem rappe avec colère sur son ras-le-bol des controverses et de la célébrité. Fatigué, il n'en demeure pas moins déterminé à rester dans son credo de provocation. Qu'importe ce que les gens disent, il gardera son second degré et continuera à être misogyne, acerbe et fou. Marilyn Manson, en plus de figurer sur le remix du titre, a aussi joué le morceau sur scène avec le rappeur de Détroit.

"Va appeler ton avocat, prévois un procès. Je sourirai au tribunal et je t’achèterai une nouvelle garde-robe. J'en ai marre de tout le monde, je n'ai pas l'intention de faire du mal mais tout ce que je peux être c'est juste moi."

08 - The Real Slim Shady

C'est le premier single de l'album. Une nouvelle fois, l'artiste adopte la formule du premier single rigolo et brutal. Avec "The Real Slim Shady", il se place en anti-héros de l'Amérique moyenne pour en dénoncer tous les mauvais côtés (sexualité, homophobie, misogynie...).

Au passage, il en profite pour dégommer toutes les popstars qu'il ne supporte pas (Pamela Anderson, Tommy Lee, NSYNC, Britney Spears, Christina Aguilera, Fred Dust ou encore Will Smith). On se souvient aussi du clip qui, avec celui de "Without Me", reste sans doute le plus drôle de la discographie de l'artiste.

"Si nous pouvons sauter des animaux morts alors un homme peut se faire prendre par derrière."

09 - Remember Me ?

Sur ce morceau, Slim Shady, Sticky Fingaz et RBX se livrent à une splendide démonstration d'horrorcore. Chacun d'eux, à sa manière, livre un couplet mémorable. Eminem en tête de liste, bien sûr.

"La mère de ma fille, cette salope, a fait de moi un blond énervé. Donc j'ai fait une chanson dans laquelle je l'ai tuée et j'ai inclus Haley [sa fille] dedans. J'ai peut-être tort de l'avoir fait, et je continue d'avoir ces pensées folles dans ma tête, mais je suis prisonnier d'une mère cinglée."

https://open.spotify.com/track/2Y7sWu9JBVxE5z20MpHd4J?si=tdZsNVaZQB6Gfb_lWH39gQ

10 - I'm Back

Rebelote avec cette dixième track dans laquelle l'alter ego cinglé du rappeur nous montre toute l'étendue de sa folie.

"Tu n'as jamais entendu un esprit aussi perverti que le mien. Tu ferais mieux de te débarrasser de ce flingue neuf millimètres, ça ne te sera d'aucune aide. Qu'est-ce que tu peux faire contre un homme qui s'étrangle tout seul ?"

11 - Marshall Mathers

Ne vous fiez pas aux douces notes de piano et au refrain chanté du morceau "Marshall Mathers". Ici, Eminem règle ses comptes avec tous ceux qui le critiquent en rappelant qu'il n'est qu'un homme ordinaire, toujours avec une certaine dérision. À noter aussi qu'il s'en prend au groupe de Détroit, Insane Clown Posse, composé de Shaggy 2 Dope et Violent J, deux MC aux apparences clownesques avec lesquels il est en beef à l'époque.

"Je pense que je suis là pour faire chier le monde et détruire ton petit garçon ou ta petite fille de 4 ans. Mais j'ai aussi été mis là pour faire trembler les pd qui se saoulent au Faygo Root Beer."

12 - Ken Kaniff (Skit)

Ken Kaniff est un personnage homosexuel qui apparaît régulièrement sur les albums d'Eminem (interprété ici par le rappeur lui-même). Son apparition sur ce Marshall Mathers LP se veut plus que borderline et, une fois encore, les Insane Clown Posse en prennent pour leur grade.

Dans le plus grand des calmes, Shaggy est mis en scène en train de faire une fellation à Kaniff, avant de faire de même avec son acolyte Violent J. Pas de paroles particulièrement marquantes, mais des bruits de déglutition plutôt répugnants.

13 - Drug Ballad

Avec "Drug Ballad", Eminem a voulu prouver qu'il pouvait aussi s'illustrer avec des chansons d’amour. Des mots doux non pas adressés aux femmes qu'il se plaît tant à dénigrer, mais plutôt à ses véritables amours que sont la drogue et l’alcool. Bref, que de bons conseils pour notre belle jeunesse.

"Tu es encore jeune, t'as encore plein de drogues à tester, de filles à te faire, de soirées à gâcher. Si je pouvais revenir en arrière, je ne le ferais pas, j'aurais fait plus de conneries qu'on m'aurait dit de faire."

14 - Amityville

Un des morceaux les plus trash de l'album. Ici, Em dresse un tableau noir de sa ville de Détroit en compagnie de son pote Bizarre de D12. À les entendre, la ville de la Motown n'est plus qu'un lieu de désolation où traînent des gens complètement cinglés et des malades mentaux prêts à tuer tout le monde. Devinez quoi ? Les deux MC en sont justement de parfaits exemples.

"Quand je suis possédé, je ne suis plus responsable de mes actes et c'est là que les accidents arrivent et qu'un millier de balles traversent ta maison et la démolisse alors que tu y étais avec toute ta famille."

https://open.spotify.com/track/7KEcYE1pe7SRLLO3NHUVq6?si=LMan3sTVS9y2uI4ogLoF8w

15 - Bitch Please II

Un son West Coast en bonne et due forme concocté avec les plus grands représentants du gangsta rap de l'époque : Dr. Dre, Snoop Dogg, Xzibit et, bien sûr, le géant Nate Dogg au refrain. Ici, Eminem se vante notamment de ses attributs génitaux, lui qui, a priori, a été gâté par la nature (et ce en plus d'être l'un des meilleurs artistes de tous les temps).

"Oh non Big Slim Dogg. Couilles de 40 kilos et bite de trois mètres. De retour dans la place bébé, c'est Shady."

Publicité

16 - Kim

"Kim" est sans aucun doute la chanson la plus violente du répertoire d'Eminem. C’est dire ! Le morceau exprime la haine maladive du rappeur après que sa femme Kim l’a trompé. Après une dispute ardente, l’amoureux blessé et aveuglé par la colère finit par tuer sa dulcinée. Pour l’anecdote, ce morceau est en fait un préquel à un autre titre bien gore de son album précédent, "97' Bonnie & Clyde".

"Tu ne peux pas me fuir Kim, il n’y a que nous et personne d’autre ! Tu es seulement en train de rendre ça plus difficile pour toi. Je t’ai eue ! Vas-y crie ! Vas-y je crierai avec toi !

QUELQU’UN À L’AIDE !"

Le titre a d’ailleurs été jugé si violent à sa sortie que sur la version "tout public" de l’album, il a été remplacé par "The Kids". Plutôt cocasse quand on sait que ce titre de substitution prend la forme d’une intervention du rappeur devant une classe d’école primaire. Il ne va pas leur enseigner les tables de multiplication, mais leur livrer une conférence antidrogue… À sa manière.

17 - Under the Influence

Sans doute l’une des chansons les plus dérangeantes (avec "FACK") du répertoire du rappeur blond. D’ailleurs, il le dit lui-même dans le texte, il était "défoncé quand il a écrit cette merde." Accompagné de son groupe de l’époque, D12, le rappeur livre un son pour le moins léger dans le propos. Encore une fois, il est question d’extérioriser sa folie et son amour pour toutes sortes de drogues.

"J’ai avalé deux pilules jusqu’à ce que mes pupilles enflent comme 2 pennies. Je suis Clint Eastwood dans ses 20 ans. Un jeune merdeux avec de la merde qui lui pend au cul."

18 - Criminal

Histoire de conclure cette masterpiece en beauté, Eminem va une nouvelle fois se payer la tête de ses détracteurs, ceux qui aimeraient le voir en prison à chacune de ses lignes. Désireux de leur donner une ultime bonne raison de s’enflammer, il va une nouvelle fois jouer la carte de la provocation à outrance en signant l’un de ses titres les plus homophobes, trash et acide de sa discographie.

Bien entendu, il va surtout rester ferme sur ses positions et réaffirmer une dernière fois que, quoi qu’il advienne, sa folie ne s’éteindra pas.

"À chaque fois que j’écris une rime, ces gens pensent que c’est un crime. Je suppose que je suis un criminel, mais je ne compte pas me justifier et je leur fais un fuck."

Grâce cet album et au lot de controverses qui l'ont accompagné, Eminem est devenu incontestablement l’ennemi public numéro 1. À l’aube du nouveau millénaire, tout le monde lui est tombé dessus : sa famille, les parents désabusés face à l’effet néfaste qu’il avait sur leurs enfants, les politiques et, évidemment, les associations LGBT.

Là où c’est fort, c’est qu’en plus d’avoir surmonté la tempête médiatique dont il a fait l’objet, Marshall Mathers est aussi devenu l'une des plus grandes superstars du rap, voire de la pop music. Comme un ultime pied de nez à tous ceux qui rêvaient et qui rêvent sans doute encore de le voir derrière les barreaux.

Par Jérémie Léger, publié le 25/05/2018