The Internet via Facebook officiel

The Internet revient avec Hive Mind, un quatrième album plus funk que jamais

Les carrières en solo des différents membres de The Internet n’ont en rien entaché l’alchimie qui règne au sein du groupe américain et c’est ce que Hive Mind s’attache aussi à prouver.

(The Internet via Facebook officiel)

Le grand jour est arrivé. Le groupe de néo soul américain The Internet a fait son retour avec Hive Mind, son quatrième album studio, le premier depuis 2015 et le très réussi Ego Death qui lui avait valu une nomination aux Grammy Awards. Pendant ces trois années, les membres du groupe ne se sont pourtant pas perdus de vue mais ont préféré se consacrer à leurs carrières solo ascendantes avant de se retrouver pour la confection d’un projet commun.

Publicité

Il faut dire que 2017 fut une année riche en émotions pour les anciens de Odd Future. En effet, Syd a dévoilé Fin, son projet solo de 12 titres, Matt Martians a concrétisé son envie de premier album avec The Drum Chord Theory quand le jeune prodige Steve Lacy s’est fait entendre sur Steve Lacy’s Demo tout en collaborant au monstrueux DAMN. de Kendrick Lamar. Mais ce n’est pas tout, Christopher Smith a sorti l’EP Loud et Patrick Paige, son Letters of Irrelevance.

Des aventures vécues en solo dont le groupe a su tirer parti quand il a fallu composer Hive Mind. "Concrétiser des projets solo nous a offert une plus grande confiance en nous pour sortir de nos cases au sein du groupe. […] Nous sommes plus sûrs de nous-mêmes, chacun propose des idées", expliquait Matt Martians lors d’une interview accordée à MTV News peu avant la sortie de l’album. Ainsi, si la voix suave et envoûtante de Syd continue d’offrir la base vocale du projet, les autres membres s’affirment plus à la manière de Steve Lacy qui transporte le single "Roll (Burbank Funk)" ou Patrick Paige II que l'on peut entendre rapper sur "It Gets Better (With Time)".

Un projet lumineux

Une place plus grande accordée aux individualités qui ont totalement éclipsé l’éventualité des featurings. Alors que le précédent Ego Death comprenait les participations des talentueux Janelle Monáe, Vic Mensa, James Fauntleroy, Kaytranada ou encore Tyler, The Creator, les collaborations extérieures, si ce n’est sur la chorégraphie du clip "Roll (Burbank Funk)", sont inexistantes sur ce nouveau projet. Un challenge pour Matt Martians qui ajoute : "il fallait rendre notre musique si intéressante que l’on n’ait besoin d’aucune autre personne pour que les gens fassent attention à nous."

Publicité

Autre différence notable avec le précédent Ego Death, la lumière plus importante qui émane du projet. Le groupe avait depuis longtemps décidé de sortir l’album pour l’été et a donc travaillé ses sonorités dans cette perspective enregistrant une partie de ses titres sous le soleil australien. Accélérant le tempo sur certains morceaux, une vibe funk plus marquée s’en dégage, portée par le single "Roll (Burbank Funk)" et son clip à la "Blame It On The Boogie" tout en conservant des titres tendres et sensuels que la voix de Syd porte avec succès.

Derrière cette envie de produire un son plus entraînant et enjoué se cache celle d’offrir des shows plus énergiques pour le groupe qui tournera aux États-Unis tout l’été. En attendant de les voir rapidement en Europe, vous pouvez vous délecter de Hive Mind en l’écoutant ci-dessous.

Publicité

Par Sophie Laroche, publié le 20/07/2018

Pour vous :