AccueilMusique

"T'es dans le bail de Voldemort" : Julien Beats en 20 punchlines légendaires

Publié le

par Joséphine de Rubercy

Capture d’écran Youtube

À seulement 12 ans, la star montante de YouTube commente le rap et nous calme à coup de punchlines dignes des plus grands !

Ça c’est sûr, personne n’est épargné par Julien Beats. Animateur·ice·s, rappeur·se·s, chanteur·se·s, tout le monde en a pris pour son grade depuis que ce jeune garçon s’est lancé dans la critique de rap sur YouTube. Plus à l’aise pour prendre la parole qu’un politique après trente ans de carrière, il n’a pas peur de dire ce qu’il pense mais, surtout, de balancer des punchlines dont lui seul a le secret. Ce sont elles qui l’ont rendu célèbre et qui nous font hurler de rire, entre deux critiques musicales savoureuses. Voici 20 des meilleures phrases choc de Julien Beats (même si on voulait toutes les choisir).

"Tu te prends pour Vanessa Paradis ou quoi ?"

Ça, c’est Julien Beats à l’écoute de "911" de Damso, trop gentillet pour lui apparemment.

"Niveau poids vous mangez pas que des olives à mon avis"

Dit-il en regardant le clip de "Faut pardonner" de Naza. Pas très sympa ça, Julien.

"T’es dans le bail de Voldemort, tu me conviens"

Alors là, il parle de Rim’K. Une carrière d’acteur à tenter ?

"Il faut laisser la star tranquille"

Le melon ne semble pas très loin pour Julien – avec pas mal d’autodérision qu’on apprécie.

"Tu te prends pour Garou, tu te prends pour The Voice ?"

Dès les premières secondes d’écoute de l’album Le Fléau de Gims, il n’y va pas mollo sur les tacles.

"T’as pas fini tes bêtises toi"

Bah oui Gims, ce n’est pas très sage d’énerver Julien Beats quand même.

"Tu me mets un titre en français et tu parles thaïlandais"

Le morceau "Houhou" d'Arouf Gangsta prend cher avec le vidéaste. "Articule", ajoute-t-il.

"C’que je ressens c’est comme un ouragan, moi c’que je ressens ça pue la merde"

Ça aussi, c’est fait. Le titre "Sentiments grandissants" d’Aya Nakamura n’a pas vraiment l’air de plaire au jeune homme.

"Pourquoi je ferme mes oreilles ? Vous savez mon avis : c’est 0/20"

Pourquoi cette si mauvaise note attribuée au morceau "Ne reviens pas" de Gradur et Heuss l’Enfoiré ? "Aucune originalité", s’agace mister Beats.

"Là le clip il tue sa daronne, oui c’est validé"

Le titre "Problèmes du matin" de Ninho est donc apprécié de notre critique en herbe.

"La chatte à Valérie, et après ils s’étonnent qu’ils ont pas de filles ces rappeurs de 2020"

Balance-t-il devant le morceau "Rends-moi mes lovés" de Gradur. Bravo Julien, faut avoir le cran de le dire en 2020.

"L’instru elle est calme, et tu me fais l’énervé"

Décidément, Gradur n’est pas la came de notre star de YouTube.

"Moi j’aime trop toucher mes cheveux. Mais aussi ils sont incroyables les gars"

La modestie, ce n’est visiblement pas vraiment le truc de Julien Beats.

Il y a quelques jours, le jeune youtubeur était l’invité de Cyril Hanouna sur le plateau de TPMP. Et, en quelques minutes, il pulvérise tout le monde :

"Je connais Élisabeth"

Julien Beats évoque la chroniqueuse… Isabelle Morini-Bosc (qui a donc cinq fois son âge).

"Lui je le connais mais… désolé, je connais pas ton prénom"

Dit-il, en s’adressant à Benjamin Castaldi. On lui pardonne, il est trop jeune pour avoir regardé Secret Story.

"Ça c’est éclaté par exemple"

S’empresse de dire le jeune garçon à l’écoute du titre "Coco" de Wejdene. Ça, c’est fait. Désolée Wejdene, il t’a "hors de sa vue".

"On comprend pas ce qu’il dit, il a rejoint la team des fatigués en une minute celui-là"

Julien parle du chanteur Naza. "La team des fatigués" est une expression souvent reprise par le youtubeur pour caractériser les artistes… qui n’articulent pas assez.

"Doudou, doudou… Haribo pendant que t’y es"

Là, il termine la chanson "Doudou" d’Aya Nakamura en une fraction de seconde. Autant vous dire que Julien Beats, il a du comportement.

La semaine dernière, Julien Beats est passé sur l’antenne de Skyrock dans le Planète Rap de Fred Musa. De loin les meilleures punchlines du jeune prodige :

"Mais c’est pas grave, t’embêtes pas avec les études toi"

Le collégien calme Fred Musa d’un revers de main.

"Je prends ta place, dans deux ans t’es au chômage"

Julien Beats, la nouvelle étoile du rap ?