AccueilMusique

Tame Impala : Currents, chronique d'un chef-d'oeuvre annoncé

Publié le

par Olive Cougot

Trois ans après la sortie de Lonerism qui les a fait exploser sur la scène indépendante, les Australiens de Tame Impala reviennent avec Currents, chef-d’œuvre pop orchestré par un Kevin Parker au sommet de son art.

Il y a quelque mois, Jay Watson (clavier/guitare) annonçait un album "moins rock, plus electro". Il disait vrai. Leader indéboulonnable et responsable de 95% des travaux du groupe en studio, Kevin Parker a concocté ce bijou à Fremantle (dans l'ouest australien) avec l’idée de faire bouger les fesses des clubbers. Pari réussi.

Considérés comme les nouveaux héros psyché-rock depuis l’excellent Innerspeaker (2010), les Tame Impala auraient pu rester dans une case dont ils sont les leaders. Après tout, pourquoi prendre le risque de bousculer ses habitudes au risque de déplaire aux aficionados de la première heure ?

Un virage casse-gueule pourtant négocié tout en maîtrise par un Parker flamboyant, capable de préserver l’identité de son groupe malgré des changements radicaux. A comprendre, être identifiable aux premières mesures de synthé en laissant les guitares de côté.

Construit sur d’autres théories donc, Currents est un mélange de pop-R&B-psyché-electro à la production impeccable, fait de sonorités majoritairement eighties. Un disque grand public qui s’apparente au final à un voyage initiatique vers la quintessence.

Like an avalanche

Du disco-rock "Let it Happen" au final "New Person, Same Old Mistakes", rien n’est à mettre de côté. Compositeur doué, arrangeur hors-norme, Parker nous livre ici une ballade absolue qui glace le sang ("I’m Changing"). Un mea culpa romantique qui colle à la peau, comme le tenace "Eventually" ou l’entêtant "The Moment".

Si "Nangs" et "Reality in Motion" sont  les chansons qui se rapprochent le plus de l’ADN originel de Tame Impala, la funky "The Less I Know the Better" porte la marque génétique de Mark Ronson – avec qui Parker a récemment collaboré (sur "Daffodils" notamment).


Parfois épique ("I’m A Man"), souvent lunaire ("Gossip", "Past Life") Currents sonne plus psyché que Lonerism tout au long des treize titres qu’il renferme. Avant-dernière piste de ce mastodonte pop, "Love/Paranoia" est une douce descente euphorisante qui sonne plus vraie que nature ("When the walls go up, I said it didn’t worry me… but it hit me like an avalanche"). Nous, c'est déjà fait. On prend l’avalanche de plein fouet grâce à ce grand disque, culotté et révolutionnaire.

Fort avec son line-up habituel (Watson, Simper, Barbagallo, Avery), Tame Impala a en Kevin Parker un leader qui est à la musique ce que Roger Federer est au tennis. Un prodige.

Currents de Tame Impala sort le 17 juillet.

À voir aussi sur konbini :