AccueilMusique

Stormzy a illustré son Gang Signs & Prayer avec un court-métrage sur la jeunesse noire londonienne

Publié le

par Matthew Kirby

Le nouveau maître de la grime nous donne un aperçu de ce qu’il a pu vivre dans sa jeunesse.

Stormzy, le champion de la grime, vient de révéler son dernier chef-d’œuvre : un court-métrage qui porte notamment sur les difficultés que rencontrent les jeunes Noirs des banlieues de Londres. Ce film de 15 minutes vient illustrer l’album Gang Signs & Prayer du rappeur britannique.

Écrit et réalisé par Rollo Jackson, le film intercale des pistes de l’album avec deux fils narratifs suivant l’histoire d’un jeune garçon élevé dans le sud de Londres par une mère célibataire (comme Stormzy). Le garçon nommé Thomas trouve une figure paternelle chez un coiffeur de sa communauté, qui lui conseille de ne pas toujours compter sur l’Église. "Dieu ne t’a pas donné deux mains pour que tu restes assis à prier", lui dit-il.

Le rappeur de 24 ans a expliqué que "le choix le plus dur, mais le plus important dans la vie, c’est le chemin que l’on décide de prendre", avant d’ajouter :

"Les jeunes comme moi, qui ont grandi au quartier, on ignore souvent qu’on a en main les rênes de notre destin. On est tirés vers la mauvaise direction par de nombreuses choses. Mais on décide quand même de ce qu’il se passe dans nos vies. Gang Signs & Prayer est une manière d’équilibrer les conflits auxquels je fais face, au quotidien."

Rollo Jackson explique que le film, qui a mis un an à se faire, souhaite évoquer ces thématiques "sans pour autant essayer d’être un biopic de Stormzy". "C’est plus ouvert et universel qu’un simple biopic, a-t-il ainsi précisé à la BBC. Ça parle simplement des choix et des influences auxquels font face les ados, du monde dans lequel ils doivent évoluer." Le court-métrage a été produit par Somesuch, le magazine Fader, et a été soutenu par YouTube. Stormzy y est joué par le jeune acteur britannique Abdul Basit Ayanwusi, âgé de 14 ans.

À lire -> Radiohead s’associe à Hans Zimmer pour l’épique "Bloom"

À voir aussi sur konbini :