AccueilMusique

Elton John, Shakira, Ringo Starr… des artistes impliqués dans les Pandora Papers

Publié le

par Arthur Cios

( © Creative Commons / Ernst Vikn)

L’énorme enquête sur l’évasion fiscale dévoile quelques noms… Julio Iglesias ou Claudia Schiffer sont également de la partie.

On se souvient encore des Panama Papers, ce scandale financier d’ailleurs adapté librement par Steven Soderbergh pour Netflix dans The Laundromat. À peine cinq années plus tard, un scandale similaire (si ce n’est plus conséquent) vient d’être dévoilé par un consortium de journalistes du monde entier. L’ICIJ a sorti ce dimanche 3 octobre 2021 les Pandora Papers.

Pour faire bref, il s’agit de révélations concernant des fortunes de personnalités placées derrière des sociétés-écrans dans des paradis fiscaux. Grâce à une fuite de 12 millions de documents secrets issus des archives de 14 cabinets, les 600 journalistes ont pu démontrer comment près de 500 personnalités publiques ont profité de placements fiscaux dans des pays où les impôts sont bien moins élevés, pour perdre le moins d’argent possible (en gros) — on parle ici de 11 300 milliards de dollars qui ont échappé à tout contrôle fiscal.

Et si beaucoup de médias ont parlé de Tony Blair et autres personnalités politiques, on y trouve également des artistes et mannequins. Comme Elton John, Shakira, Ringo Starr, ou Claudia Schiffer, qui auraient, comme le prouvent les documents, créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux, que ce soit au Panama, aux Bahamas ou aux îles Vierges britanniques. À noter que Shakira avait déjà été mouillée à l’époque dans l’affaire des Panama Papers, et aurait cette fois-ci, selon El Pais, fraudé l’équivalent de 14,5 millions d’euros.

Est aussi cité Julio Iglesias, ou même les trois Swedish House Mafia (Axwell, Sebastian Ingrosso et Steve Angello). Tsugi a repéré cet article du média suédois SVT Nyheter, qui explique que le groupe aurait créé une société offshore où sont détenus les droits de tout ce qui touche aux artistes, dont les droits de certains de leurs plus gros tubes, comme "Save the World" ou "Don’t you Worry Child".

À voir aussi sur konbini :