Crédit photo : Samito.

Grâce à Scylla & Sofiane Pamart, la Pleine Lune n’a jamais été aussi étincelante

Le 12 octobre est sorti l’album Pleine Lune. Un véritable bijou piano-voix signé Scylla & Sofiane Pamart.

Crédit photo : Samito.

J’ai la pression en écrivant ces lignes. La pression, car mon but ici n’est pas seulement de vous parler d’un album magnifique, mais de vous faire vivre l’intense émotion que j’ai ressentie une fois le casque sur les oreilles…

Publicité

Dans cet océan tumultueux qu’est le rap game, il existe en marge de toutes les tendances, un monstre marin nommé Scylla. Connu pour sa voix rauque incisive et sa fine plume affûtée, le Bruxellois s’est toujours inscrit dans cette école d’artistes souhaitant redonner aux textes une place centrale dans le rap. Entre noirceur et poésie, il a dès ses débuts renoué avec cette tradition de la chanson à texte francophone.

Si les références aquatiques pleuvent dans sa discographie, l’ogre marin a cette fois choisi avec son nouveau disque, de prendre de la hauteur. Quitter les Abysses pour aller voir la Pleine Lune de ses propres yeux. Bien sûr, dans cette audacieuse odyssée, il n’est pas seul : son compagnon de voyage s’appelle Sofiane Pamart, le pianiste rebelle du rap français.

Publicité

Le coup de foudre

Chaque artiste croise durant son périple musical un nombre incalculable de ses homologues. Pourtant parfois, il arrive d’avoir une "vraie" rencontre. Celle qui bouleversera la vie d’un artiste à tout jamais. Scylla et Sofiane Pamart, c’est justement l’histoire de deux artistes issus d’univers musicaux à première vue antinomiques, mais pourtant faits pour se rencontrer et s’entendre.

Comme le pianiste nous le confiait lors d’une interview il y a quelques mois, son association avec l’artiste belge est tout de suite apparue comme une évidence. "Nous devions enregistrer une session acoustique ensemble. On s’est rencontrés en amont et le feeling est tellement bien passé qu’on a annulé ce projet pour travailler vraiment ensemble."

Tous deux compétiteurs dans l’âme, ils se sont alors fixé un défi de taille : celui de proposer un album rap piano-voix, quelque chose disons-le, d’assez inédit et atypique dans le rap français. Alors bien sûr les morceaux de rap samplant du piano, il y en a, des titres en acoustique aussi, mais force est de constater que jamais jusqu’alors, cette alchimie n’avait été autant assumée et poussée à un tel niveau de virtuosité.

Publicité

Si les deux hommes ne peuvent s’empêcher de s’envoyer des piques toutes les cinq minutes, (en témoigne d’ailleurs leur clash dans les règles de l’art), il se dégage de leur tandem, une complicité, une amitié, et une complémentarité artistique. Scylla ajoute même : "Lorsque l’on est ensemble dans une même pièce pour faire de la musique, c’est dingue de constater à quel point nos idées se rejoignent et s’imposent d’elles-mêmes."

Le pari d’un album commun est osé, mais le duo y croit dur comme fer depuis leur première collaboration il y a maintenant plusieurs années. "Immédiatement après, nous avons eu conscience de nos affinités. C’est grâce à elles que nous arrivons à tirer le meilleur l’un de l’autre pour se servir et se sublimer mutuellement. On est ravis d’avoir concrétisé tout ça et on est vraiment fiers du résultat", affirme Scylla.

Publicité

Entre ciel et terre

Et comment leur donner tort ? À l’écoute de ce diamant poli et en visionnant les clips qui vont avec, l’émotion nous submerge et un profond sentiment d’évasion nous gagne. Que l’on jette la première pierre à celui qui dira que le rap et la musique classique ne font pas bon ménage. Si la lune est rose sur la pochette, c’est assurément parce que s’y reflète, grâce à ce disque, une merveilleuse mélancolie.

En effet, l’ogre qui nous a habitués à fissurer la terre avec un seul cri montre ici une facette bien plus apaisée. Porté uniquement par les compositions aussi poignantes qu’envoûtantes de Sofiane Pamart, Scylla réussit là une prouesse vocale. Pas d’autotune, juste l’instrumentation dépouillée du piano couplée à sa palette vocale si riche, entre chants mélodiques et couplets rageurs. Avec toujours cette finesse d’écriture qu’on lui connaît. En définitive, les deux artistes jouissent d’une complémentarité parfaite et parviennent à trouver un équilibre, sans jamais que l’un ne prenne le dessus sur l’autre.

Le rappeur confie d’ailleurs : "je me suis découvert de nouveaux talents en travaillant sur cet album. Rapper avec seulement un piano qui m’accompagne m’a vraiment permis de développer plus que jamais mes émotions et mon interprétation, particulièrement sur scène." Le musicien ajoute : "nous avons enregistré en Bretagne, souvent la nuit dans un lieu calme et éloigné de tout. C’est ce cadre propice à l’apaisement qui a donné sa couleur à l’album."

Véritable invitation à l’évasion donc, ce disque ne s’entend pas, mais s’écoute. Un ensemble beau et harmonieux dans lequel chaque morceau est à sa place. Qu’il s’agisse de prendre la mer en "Voilier", de visiter un "Château dans le ciel" par-delà les nuages ou de scruter les "Constellations" aux confins du ciel étoilé en fumant une "Clope Sur La Lune", les douze titres de l’opus (dont deux compositions uniquement au piano) nous donnent des ailes et nous transportent sans jamais nous perdre.

À vrai dire, ce n’est qu’en clôture de l’album, avec le morceau "Écoutez-moi" que nous nous redescendons sur Terre. Un titre magistral dans lequel Scylla livre un coup de gueule poignant. Celui d’un homme exaspéré par ce monde qui va trop vite, mais optimiste quant à son avenir. Comme quoi, même dans un environnement musical apaisé, il est possible d’exprimer des sentiments forts, même violents.

L’apothéose sur scène

Le meilleur moyen de faire vivre une œuvre piano/voix, c’est incontestablement de la retranscrire en live. Habitué à l’exercice, le duo est en route pour défendre son projet sur les scènes française, belge, suisse et canadienne (la date au Trianon le 28 novembre prochain est d’ores et déjà complète). "Jouer sur scène et voir un public submergé par toutes sortes d’émotions en nous écoutant est la plus belle des récompenses. Pour nous, c’est une preuve qu’on ne s’est pas trompés", s’accordent les deux artistes.

Vous voilà prévenus : du talent, un piano et un micro, il n’en faudra pas plus pour bouleverser vos cœurs et vos âmes. Que vous soyez convaincus ou emplis de préjugés, soyez sûrs que ce voyage musical entre rap et musique classique ne vous laissera pas indifférent. En attendant, écoutez-les et guettez bien la prochaine pleine lune. Il ne serait pas surprenant de voir les visages de Scylla & Sofiane Pamart, côte à côte, briller sur sa face visible.

Par Jérémie Léger, publié le 18/10/2018

Pour vous :