AccueilMusique

Vidéo : voici tous les samples utilisés par Drake dans Certified Lover Boy

Publié le

par Hong-Kyung Kang

Le nouvel album de Drake puise ses inspirations aussi bien dans le hip-hop de Biggie que dans la pop anglaise des années 90.

Certified Lover Boy, le nouvel album de Drake sorti la semaine dernière, se révèle être un projet musical dense, présentant 21 titres qui s’étendent sur près d’une heure et demie d’écoute. Le public est poussé à prendre le temps de digérer correctement le disque, en décortiquant toutes les références qu’il recèle. 

Pour aider les auditeurs à mieux saisir les inspirations de Drizzy, la chaîne YouTube Bandstand a réalisé une vidéo qui répertorie tous les morceaux qui ont été samplés dans CLB :

De Biggie à la Three 6 Mafia 

Ainsi, la vidéo nous apprend que le fameux loop "I love you" de "Champagne Poetry", le morceau qui ouvre Certified Lover Boy, est directement issu de la chanson "Navajo" de l’artiste Masego. 

Dans son sixième album studio, Drizzy a repris des morceaux d’artistes cultes de l’histoire du hip-hop. "Love All", le featuring avec Jay-Z de CLB, contient un sample de l’intro de l’album Life After Death de Biggie. De même, l’instru de "N 2 Deep", le morceau en collaboration avec Future, utilise un motif du titre "Get Throwed" de Bun B. Enfin, la prod agressive de "No Friends In The Industry" est reprise de celle de "N*ggaz Ain’t Barin' Dat" de la Three 6 Mafia. 

Le hip-hop n’est pas le seul genre qui a inspiré Drake dans la réalisation de son album. L’instru du morceau "Fair Trade", en collaboration avec Travis Scott, reprend un sample de la chanson "Mountains" de Charlotte Day Wilson. De la même manière, le titre "Way 2 Sexy", qui rassemble Future et Young Thug, reprend un motif de "I’m Too Sexy" du groupe Right Said Fred.

Beaucoup d’auditeurs n’ont pas encore eu le temps de se faire un avis définitif sur le nouveau projet de Champagne Papi. Cette vidéo permet donc d’avoir plus de clés en main pour pleinement apprécier cet album important de la rentrée. 

À voir aussi sur konbini :