Pochette de l’album Everybody Looking de Gucci Mane. (© Atlantic Records)

Sample Story #26 : quand un son de Gucci Mane renvoie à l’histoire la plus gore du rock

En samplant l’album Burzum de Varg Vikernes, le morceau "Pussy Print" fait écho au passé sordide du groupe de metal norvégien Mayhem.

Pochette de l’album Everybody Looking de Gucci Mane. (© Atlantic Records)

Publicité

L’histoire du rock, au sens large, est parsemée d’anecdotes barrées et trash, ainsi que de destins complètement hors normes. Mais celles qui surpassent, dans leur folie, le parcours de Varg Vikernes et du groupe Mayhem ne sont pas nombreuses.

Sur fond de néonazisme, d’incendies d’églises, de suicide, de meurtres et de rumeurs de cannibalisme, ce monument de la scène black metal et dark ambient norvégienne est entré tragiquement dans l’histoire un soir de 1991. Accrochez-vous, c’est gore…

Petit retour en arrière : le groupe Mayhem est fondé en 1984 à Oslo et oriente rapidement son son entre le trash metal et le death metal, connaissant alors un succès local. Dès 1988, le chanteur Maniac est remplacé par Dead, qui amène avec lui un culte du gore, pouvant aller jusqu’à se mutiler au couteau et arborer des carcasses d’animaux sur scène.

Publicité

Alors que le groupe gagne en notoriété, ses membres emménagent en 1990 dans une maison perdue dans les bois, afin de se concentrer sur l’écriture de leur premier album De Mysteriis Dom Sathanas. Rapidement, les relations entre les quatre gaillards se dégradent, notamment entre Euronymous, le guitariste, plus cérébral, et Dead, le chanteur incandescent et on ne peut plus dark. Mais avant que l’enregistrement ne soit achevé, ce dernier se suicide, le 8 avril 1991.

Le jeune homme de 22 ans, Per Yngve Ohlin dans le civil, s’ouvre les veines des poignets ainsi que la gorge et se tire une cartouche de fusil dans la tête, alors qu’il est seul dans la maison. À côté de lui, il laisse un mot : "Excusez pour le sang." Ironique, mais pas autant que la suite de l’histoire.

Publicité

La pochette d’album la plus trash de l’histoire

Lorsqu’il découvre le corps de son pote en rentrant, Euronymous a le réflexe, franchement malsain, de prendre une photo de la scène. Plus tard, celle-ci fuitera et sera utilisée par des fans pour la pochette de l’album bootleg (non autorisé par le groupe) Dawn of the Black Hearts, ce qui en fait l’une des covers les plus difficilement regardables, toutes musiques confondues (vous êtes libres de la retrouver par vous-mêmes, mais elle est vraiment trash).

Selon la légende, les autres membres du groupe se seraient adonnés à des rites vikings, comprenant notamment l’ingurgitation de bouts de la cervelle de Dead. Nous sommes ici face à une rumeur, mais celle-ci est tenace.

Publicité

L’enregistrement de l’album passe alors en stand-by. Parallèlement, Euronymous a monté un magasin de disques orienté black metal à Oslo, dans lequel se retrouvent toute la florissante scène locale et bon nombre de partisans de l’Inner Circle, ce groupe semi-terroriste qui se fait alors une spécialité d’aller incendier de vieilles églises en bois aux abords de la capitale, plus d’ailleurs dans un militantisme antireligieux que foncièrement satanique.

Au sein de ce groupe, il y a Varg Vikernes, aussi connu sous le nom de son projet solo : Burzum (qui signifie "ténèbres" dans le noir parler de Sauron, langue inventée par J. R. R. Tolkien dans Le Seigneur des anneaux). Il publie son premier album éponyme en 1992, marqué par une esthétique black metal, et se lie d’amitié avec les membres endeuillés de Mayhem, jusqu’à intégrer la formation en remplacement du bassiste Necrobutcher. Mais les choses n’iront pas mieux pour autant.

23 coups de couteau et 21 ans de prison

Le groupe achève l’enregistrement de De Mysteriis Dom Sathanas, sur lequel joue donc Varg Vikernes. Mais ce dernier continue, en parallèle, à enregistrer des albums sous le nom de Burzum, tirant de plus en plus sur le dark ambient. Malheureusement, le 10 août 1993, il tue Euronymous, Øystein Aarseth de son vrai nom, de 23 coups de couteau : 16 dans le dos, 5 dans la nuque, et 2 dans la tête.

Les raisons exactes de ce meurtre sont encore assez floues. Mais Varg Vikernes, qui s’apprête à publier l’album Filosofem de son projet Burzum, est incarcéré, et entame une peine de 21 ans de prison. Il sera libéré sur parole en mars 2009. À la suite de cet énième épisode macabre, les ventes De Mysteriis Dom Sathanas explosent, tout comme celles de Filosofem, qui sortira en 1996, avec un titre phare de 25 minutes : "Rundgang Um Die Transzendentale Säule Der Singularität".

Varg Vikernes n’a jamais réellement parlé de politique dans sa musique, même dans les deux albums qu’il a composés et enregistrés en prison. Cependant, il s’est un temps revendiqué du néonazisme, avant de s’en détacher, sans cacher ses forts penchants racistes et nationalistes.

À sa sortie de prison, il fait parler de lui en continuant à produire des albums de Burzum, mais en donnant aussi son avis sur les politiques de différents pays, notamment lors de l’élection présidentielle française, dans laquelle il soutient Marine Le Pen, tout en déplorant son incapacité à stopper l’immigration et la montée du chômage.

La noirceur de la trap

Et le sample dans tout ça ? Eh bien ça arrive. Lorsque le rappeur américain Gucci Mane sort de son énième passage en prison le 26 mai 2016, il se rue en studio et enregistre en six jours son neuvième album studio, Everybody Looking, qui sera l’un des plus gros cartons de sa carrière.

Sur le morceau "Pussy Print", produit par son beatmaker fétiche, Mike Will Made It, il invite Kanye West à poser sur une instru trap bien dark et lourde. Le motif mélodique principal est composé de notes de synthé mystiques, inquiétantes. Et pour cause : elles proviennent du titre "Rundgang Um Die Transzendentale Säule Der Singularität", sorti en 1996 sur l’album Filosofem de Burzum, et hantent tout ce morceau instrumental.

On entend parfois beaucoup de raccourcis sur le sampling. L’un d’eux serait que sampler un artiste reviendrait forcément à lui rendre hommage. C’est faux. Dans le cas du sample de Burzum, il est difficile d’affirmer cela, tant les positionnements et les activités politiques de Varg Vikernes sont connus de tous, et contraires à ceux de Gucci Mane.

Mais au-delà de ces considérations, l’album Filosofem jouit encore aujourd’hui d’une véritable notoriété auprès des amateurs de dark ambient, comme pièce maîtresse du genre, mais aussi des mélomanes en général, intrigués par la noirceur et l’histoire mouvementée de cet album (et de sa qualité). Il n’y a qu’une chose qui rapproche le Norvégien de Gucci Mane : la prison. Et quand on y pense, ça n’est pas rien.

Par Brice Miclet, publié le 26/10/2018

Pour vous :