AccueilMusique

Vous n'échapperez pas à la beauté musicale de RY X

Publié le

par Juliette Geenens

Le musicien et chanteur australien, RY X, a sorti son premier LP Dawn, vendredi 6 mai. Rencontre avec un artiste beau parleur qui s'est converti à une musique sincère.

Après un EP et deux projets parallèles plus électro, RY X sort son premier album (© Juliette Geenens/Benjamin Marius Petit/Konbini)

À le regarder de plus près, RY X ressemble à n'importe quel hipster à barbe de 30 ans, qui mange du pain sans gluten, porte des bonnets trop larges et traîne sa nonchalance dans le XIème arrondissement de Paris. Sa dégaine de de grand brun ténébreux, il la cultive dans sa façon de parler et dans ses regards qu'il veut charmeurs et mystérieux.

Le cerner n'a rien d'aisé, d'autant plus qu'il parle de sa musique d'une façon très (trop ?) sentimentale, presque cliché. Pourtant, il est persuadé d'être authentique. Ce qui n'est sûrement pas faux, une fois qu'on a écouté son premier album, baptisé Dawn, et sorti ce vendredi 6 mai.

Réduire le style de RY X à de la simple folk serait peu fair play. Si les influences acoustiques sont bien présentes, ce nouvel LP explore des sonorités électroniques. On y retrouve, aussi, plusieurs extraits de son premier EP sorti en 2013 dont "Shortline" et "Berlin".

Intitulé Berlin, ce premier enregistrement ne semblait pas avoir bénéficié d'autant de travail de production que Dawn. Avec des titres comme "Haste, "Delivrance" ou encore"Lean", c'est un tournant électro clairement assumé qu'a pris RY X, sans pour autant abandonner la dimension très spirituelle qu'il donne habituellement à ses chansons. Et Dieu sait qu'il n'a pas toujours produit ce son clair et épuré, qu'il dit "puiser depuis son propre cœur". Oui, c'est beau. 

Révélation et conversion

RY X a commencé sa carrière dans le monde de la musique en 2010. Il assurait alors les premières parties de Maroon 5 et n'avait pas encore laissé de côté son vrai nom, Ry Cuming. Le Ry d'aujourd'hui n'aime pas trop aborder cette époque. Non pas qu'il en a honte, plutôt qu'il n'est plus le même et que ce qu'il produit, aujourd'hui, sonne très différemment.

En trois ans, Ry est passé d'une soupe pop dégoulinante, à une folk plus épurée mais plus aboutie. Pourtant, plus jeune, il avait de bonnes références :

"J'ai découvert la soul, avec Michael Jackson, plus tard le grunge avec Nirvana. Ensuite, j'ai joué dans des groupes de punk quand j'étais ado."

Revenons en arrière si vous le voulez bien. RY Xa grandi sur une petite île au large de l'Australie, loin de la vie urbaine. Il n'avait pas beaucoup d'activités pour s'occuper, excepté le surf (sa première passion) et la musique.

Grand fan de Jeff Buckley, il raconte comment  l'album, Grace, sorti en 1997, l'a influencé jusqu'à la composition de son EP Berlin :

"Grace est un album magnifique et tellement intime. Quand je l'ai écouté la première fois, je l'ai trouvé incroyablement intense. Jeff Buckley m'a prouvé que l'on pas besoin de grosse production pour être puissant. À cet instant, j'ai compris que c'était ce chemin artistique que je voulais prendre".

RY X parle souvent de trajectoire, de route, de chemin. À chaque fois, elles mènent droit "à son cœur" là où ont lieu des "connections" mystiques entre sa musique et les personnes qui l'écoutent :

"Je me plais à m'imaginer comme une sorte de chaman qui peut toucher l'esprit des gens avec mes chansons. Je ne crois pas en Dieu, mais je suis très spirituel".

Quand il décrit sa perception de l'art, il regarde au loin et se gratte la barbe :

"Je pense que le plus important dans la création, c'est d'être le plus sincère et le plus pur possible. Comprendre ce qu'il se passe à l'intérieur de soi et savoir suivre son cœur".

Beau parleur, mais pas menteur

Si on peut reprocher à ses idées d'être - un poil - bateau, difficile de nier l'honnêteté de l'artiste australien. Car derrière ces paroles qui se veulent universelles et poétiques, se cache un artiste qui s'insurge contre un système qu'il a connu, et qu'il évite à tout prix, depuis.

"Je n'aime pas trop l'industrie musicale. Ce qui m'importe, c'est de composer la musique que je veux, pas celle que l'industrie voudrait que je produise. Sinon, ce n'est pas de l'art, c'est de l'argent".

S'il le voulait, le chanteur australien pourrait se cantonner à ce seul projet solo en grattant sa guitare dans son coin. Mais, au fond de lui, RY X se complait à l'expérimentation, via deux autres groupes, aux styles assez éloignés de son univers initial : Howling, duo d'électro à tendance techno fondé à Berlin avec le DJ Frank Wiedeman, puis The Acid, formé en 2014. "Ce sont deux autres facettes de ma personnalité," explique RY X.

Il poursuit :

"J'écoute beaucoup de house et de techno. Je voulais explorer cet univers avec Howling. Quant à The Acid, cela a été un moyen d'expérimenter la musique électronique d'un point du vue plus indé, comme a pu le faire James Blake. En fait, je ne veux pas rentrer dans une seule catégorie".

Rien de surprenant si RY X a fait confiance au label suédois Dumont Dumont, fondé en 2013, par Magnus Bohman.

Il raconte :

"Je connaissais Magnus qui voulait à tout prix me rallier à sa première maison de disque, Imperial Recordings (ndlr : dont fait partie le chanteur José Gonzalez)."

Mais c'est encore trop proche du système pour le musicien. Tous les deux finissent par trouver un compromis. Ry convainc Magnus de lancer un tout nouveau label, et en échange, il promet d'être le premier à figurer dans son catalogue. Berlin sort la même année, et c'est le début d'une nouvelle vie pour Ry, qui laisse derrière lui Adam Levine et sa bande.

"J'ai toujours refusé de rejoindre Imperial Recordings car je ne voulais pas qu'on puisse me comparer à d'autres groupes ou d'autres majors qui ont déjà des étiquettes".

S'ajoute à cela un besoin fondamental d'indépendance. La dépendance des artistes à leurs maisons de disques serait, pour lui, la raison du manque de nouveauté et d'inspiration au sein de l'industrie actuelle. Qu'ils soient acoustiques ou électroniques, RY X trouve que certains artistes n'ont plus rien d'original :

"The Lumineers ou encore The Strumbellas sont des formations qui s'imitent et qui sont toutes plus ennuyeuses les unes que les autres."

Il se rappelle d'artistes qu'il admire et avec qui il rêve de collaborer, comme Björk par exemple. Il cite également Nick Cave et Radiohead. "Il y a des gens qui sont capables d'écrire de bons albums depuis 20 ans," s'extasie-t-il. "Par contre, un groupe comme The Strumbellas, je pense qu'il est voué à disparaître dans une vingtaine d'année. Ce ne sera peut-être pas le cas. On verra bien."

En attendant, RY X ira là où il veut, et fera ce qu'il veut. Qu'il se prenne pour un chaman ou non, il a, au moins, le mérite de produire le son qu'il aime, sans se soucier du reste du monde.

À voir aussi sur konbini :