AccueilMusique

Rockin’Squat rend hommage au hip-hop avec le clip ultra-référencé de "NY Network"

Publié le

par Valentin Després

L’ancien leader d’Assassin multiplie les clins d’œil aux albums classiques de Public Enemy, Nas, Wu-Tang, Run-DMC…

"It was all a dream", rappait Biggie Smalls, à propos de son espoir de voir le hip-hop grossir, en ouverture de l’iconique morceau "Juicy". Le rêve est devenu réalité aujourd’hui et cette musique a infiltré toutes les couches de la culture populaire. Le rap est devenu si omniprésent que certains auditeurs, parmi les plus jeunes, ont parfois tendance à oublier qu’il n’a pas toujours été là et qu’il résulte des expérimentations d’une poignée de musiciens afro-américains réunis en bas des blocs du Bronx, dans les années 1970.

Heureusement, certains MC’s ont à cœur de rappeler cet héritage. Rockin’Squat, l’ancien leader du groupe Assassin (pionniers du rap français, au même titre que IAM ou NTM), a sorti cette semaine le clip du morceau "NY Network", extrait de son quatrième album solo intitulé 432 Hz. La vidéo est réalisée par le jeune Sacha Arethura et dédiée à DJ Duke, ancien membre d’Assassin décédé en novembre dernier. L’artiste y rend un hommage vibrant au New-York de la fin des années 1980 et du début années 1990 et à sa culture hip-hop foisonnante, en plein essor.

Agrémentées de nombreux clins d’œil au graffiti et au breakdance, les images nous transportent en plein cœur de la frénésie musicale de l’époque. Le clip est notamment parsemé de références aux grands classiques de cette période : It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back de Public Enemy, King of Rock de Run-DMC, Enter the Wu-Tang (36 chambers) du Wu-Tang Clan ou encore Illmatic de Nas. Mention spéciale pour l’adaptation de la pochette de Midnight Marauders de A Tribe Called Quest, redessinée avec les visages d’une flopée d’artistes français : IAM, Seth Gueko, Vincent Cassel, Arsenik, Black M, JR, Ladj Ly, Sydney, M'dine, Despo Rutti, Driver ou encore Bigflo & Oli…

Avec le morceau et le clip de "NY Network", Rockin’Squat (devenu RCKNSQT en 2020) prête une nouvelle et énième fois allégeance aux codes originels du hip-hop. Tout en se montrant fidèle aux valeurs et au message qu’il partageait avec Assassin, il rappelle aussi aux plus jeunes que le hip-hop n’a pas commencé avec Ninho en France ou Travis Scott aux États-Unis, mais qu’il est le fruit d’une culture en perpétuelle évolution, née il y a déjà cinq décennies.

Les avez-vous toutes ? Voici la liste des références présentes dans le clip :

<em>By All Means Necessary</em> - Boogie Down Productions et KRS-One - 1988

<em>It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back</em> - Public Enemy - 1988

<em>King of Rock</em> - Run-DMC - 1985

<em>Do the Right Thing</em> - Spike Lee - 1989

<em>Enter the Wu-Tang (36 Chambers)</em> - Wu-Tang Clan - 1993

<em>Note mon nom sur ta liste</em> - Assassin - 1991

<em>Illmatic</em> - Nas - 1994

<em>Midnight Marauders</em> - A Tribe Called Quest - 1993

<em>Reflection</em> - Gil Scott-Heron - 1981

<em>Ready to Die</em> - Notorious B.I.G. - 1994

À lire aussi : Quand le rap était au sommet de son engagement politique il y a trente ans

À voir aussi sur konbini :