AccueilMusique

Accusé de diffuser du revenge porn, le DJ Diplo reçoit une injonction d'éloignement

Publié le

par Hong-Kyung Kang

Diplo

La défense du DJ nie en bloc et affirme son innocence. L'intéressé ne s'est pas encore exprimé.

Une injonction d’éloignement a été imposée à Diplo par une avocate prénommée Lisa Bloom. Cette dernière a affirmé au Daily Beast, le 16 novembre, que sa cliente redoutait que le DJ diffuse des images de revenge porn (images à caractère sexuel partagées sans le consentement des personnes concernées) afin de l’humilier et de dissuader d’autres femmes de porter des accusations contre lui.

Bloom a en outre déclaré avoir soigneusement étudié l’affaire de sa cliente et que cette histoire était "très crédible", apportant des preuves allant dans son sens.

Contacté par Pitchfork, le 17 novembre, l’avocat de la partie adverse a quant à lui affirmé l’innocence du DJ. Il a ainsi déclaré que son client n’avait "violé aucune loi", que la cliente de Bloom "harcelait [Diplo] et sa famille depuis plus d’un an et a refusé plusieurs fois d’arrêter".

Comme le relaie NME, la victime présumée s’est initialement exprimée sur Twitter, où elle a accusé le musicien d'avoir filmé sans son consentement leurs rapports sexuels. Elle a ainsi déclaré : "Non seulement, j’ai donné mon innocence à cet homme, dans tous les sens du terme, je l’ai laissé me manipuler […] je l’ai laissé avoir une totale emprise et un contrôle sur moi". 

Un internaute anonyme a alors répondu à ce message en publiant une photo dénudée de la jeune femme en question. Selon Bloom, la seule personne en possession de cette image, à l’exception de la personne concernée, était Diplo. De plus, l’avocate a déclaré avoir recueilli des accusations similaires à l’égard du DJ de la part de trois autres femmes. Alors que son injonction d’éloignement devrait entrer en vigueur le 7 décembre, Diplo ne s’est pas encore exprimé publiquement sur l’affaire. 

À voir aussi sur konbini :