On a donné rendez-vous au groupe Rendez Vous pour parler de rdv

Une interview bien WTF, durant laquelle on a parlé d'application de rencontre, de Steven Seagal et de trip perché sous acide.

On a pris quelques nouvelles du collectif Rendez Vous, croisé du côté de Reims lors de la dernière édition du festival La Magnifique Society. Après deux premiers EP salués par la critique, le groupe de post punk français a confirmé tous les espoirs placés en eux avec un album abouti, Superior State, paru l’année dernière. L’occasion rêvée de s’entretenir avec Francis, Simon, Maxime et Elliot durant quelques minutes pour parler de R. Kelly, Vladimir Poutine, la police italienne ou encore Ted Bundy (entre autres).

Publicité

Konbini | Hello Rendez Vous ! Pourquoi il n’y a plus de trait d’union dans votre nom de scène ?

Maxime | Il y a eu. Il n’y a plus.

Où est-ce que Rendez Vous se donne rendez-vous ?

Publicité

Maxime | Au Bottle Shop. C’est un bar à Paris.

Francis | Il y a des bons Bloody Mary.

Maxime | Sinon à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen. On est en résidence là-bas. Donc quand on doit bosser, répéter, on se voit là-bas. Enfin parfois parce qu’on ne se sert pas tant que ça de cet endroit.

Publicité

Quel a été le rendez-vous le plus important de votre carrière ?

Maxime | Un moment fort, c’était à Beaubourg il y a deux ans environ. On avait fait une résidence assez courte et un show spécialement préparé pour ce moment, avec des visuels et tout. C’était un concert assis, un peu particulier, et on avait vraiment bossé le truc pour offrir quelque chose de différent et d’inédit. On était vraiment content.

Simon| C’était cool de faire un truc en "one-shot", qu’on ne reproduirait plus par la suite.

Publicité

Elliot | Et puis la sortie de cet album aussi.

Ça faisait quelque temps qu’on l’attendait !

Elliot | Ouais c’est sûr. On tournait pas mal et on ne compose pas très vite. On avait envie d’aller jusqu’au bout des choses pour ce premier album et d’avoir un résultat qui nous plaît jusqu’au bout, dans les détails. Donc ça a pris du temps.

Maxime | On a pris le temps d’essayer plein de trucs différents. On est reparti de zéro par rapport aux deux EP. On ne voulait pas sortir un album pour sortir un album, ni reproduire ce qu’on avait déjà fait. Même s’il y a forcément des morceaux qui rappellent les anciens titres, on s’est permis d’aller explorer plein de choses auxquelles on n’avait pas forcément pensé à la base. Ensuite, ça s’est affiné petit à petit, mais ça a été un processus qui prenait pas mal de temps.

C’est quoi le pire rendez-vous de votre vie ?

Francis | Ah moi perso, c’était mon permis.

Tu l’as raté ?

Francis | Non je l’ai eu, mais j’étais stressé de ouf. Mais il y en a un autre aussi…

Elliot | Adopte un mec ?

Francis | Ouais, il y a un pote qui m’a dit de me mettre dessus, et j’ai trouvé une meuf en deux secondes. Le soir même, elle me dit : "j’habite à côté, si tu veux on va boire un verre". Du coup, je l’attends dans un bar et je la vois arriver. Je me dis : "j’espère que c’est pas elle". Et évidemment c’était elle. Elle propose qu’on aille chez elle et je me dis "bon, tant qu’on est là". On arrive et elle se roule un gros spliff puis commence à fumer sur son lit. Je commence à fumer avec elle tranquille. Et là elle est sur le lit et elle me dit : "tu viens pas ?" [rires] Sauf que moi je fume jamais et je commence à me sentir trop mal. Du coup, je lui ai dit que j’avais envie de vomir et je suis parti. Je suis arrivé chez moi et j’ai supprimé l’appli.

Simon | Aucun de nous n’est vraiment à l’aise avec ce genre d’appli. Même s’il y a plein de gens qui trouvent ce qu’ils veulent avec. Perso ça me fait chier un peu, il y a zéro spontanéité. 

Francis | C’est triste en vrai.

Elliot | Il faut se vendre. Et puis ce moment gênant où t’arrives face à la personne, en mode tu sais que tu me plais et je sais que je te plais…

Maxime | Les trois quarts des gens font ça pour niquer. Sinon moi aussi j’ai un pire rendez-vous, parce que je suis quand même parti avec une meuf pendant deux jours en Auvergne.

Simon | What ?!

Maxime | Ouais petit Airbnb et tout, et au final ça a été un énorme fail parce qu’il y avait zéro alchimie. Sauf que j’étais coincée deux jours entiers avec la personne en question, et deux jours, ça peut vite devenir très long – surtout en Auvergne. Plus les trois/quatre heures de bagnole. On avait vu les choses en grand. [rires]

Francis | Il faut boire dans ces cas-là.

Maxime | Ah mais on a bu tous les deux, on était bien bourrés.

Simon | Au PMU du coin, avec le barman qui te tape dans le dos [rires].

Si vous pouviez avoir rendez-vous avec une personnalité morte ou vivante, ce serait qui ?

Simon | Indiana Jones, il y a moyen de bien se marrer.

Elliot | Hitler. Je pense qu’en vrai, ce serait super intéressant. 

Maxime | Je kifferais rencontrer des gens que j’aime pas. Tu sais des personnes qu’on ne comprend pas, qui sont des énigmes. Genre les serial killers par exemple. Ted Bundy ça doit être trop intéressant.

Elliot | La série sur Netflix est incroyable. Mais effectivement ce serait plus avec des gens qui me dérangent. 

Francis | Genre regarder les interviews de Charles Manson par exemple, c’est super intéressant.

On vous a déjà posé un lapin lors d’un rendez-vous ?

Maxime | C’est très "nineties" les lapins. 

Francis | Comme il y a Facebook maintenant, les "vus" ont remplacé les lapins. Mais du coup on a dû s’en prendre quelques-uns [rires].

On arrive à l’heure à un rendez-vous ?

Francis | Ça dépend pour qui [rires]. Elliot en retard, Maxime et moi plutôt ok…

Simon | Et moi je tends à progresser. 

Maxime | "Peut mieux faire".

Elliot | Mais perso, j’ai remarqué que c’était une angoisse d’être à l’heure. Je fais tout pour me mettre en retard. 

Francis | J’ai lu une étude qui disait que les personnes les plus en retard étaient celles qui profitaient le plus de la vie.

Maxime | Ça fait sens.

Vous seriez chauds de faire Rendez-vous en terre inconnue ?

Simon | C’est un peu ce qu’on fait là. On part en Chine pour dix jours, donc ça correspond plutôt bien au délire. On n’y est jamais allé encore, et je pense pas qu’on y serait allé en mode touriste. On va faire cinq/six concerts un peu partout. 

Francis | Conférence de presse nationale et tout, on sait pas trop à quoi s’attendre.

Maxime | On est déjà allé en Russie faire quelques dates aussi. C’était vraiment trop cool. C’est un peu le truc le plus exotique qu’on ait fait jusqu’à présent.

Elliot | L’Ukraine aussi c’était sympa. On était surpris du monde qu’il y avait, et de voir autant de personne qui connaissaient les paroles.

Simon | Que chez les communistes !

Un petit rendez-vous avec Poutine ?

Maxime | Ça doit être super intéressant aussi. Par contre je pense que tu fais pas le malin si ça arrive.

Simon | Il faut déjà survivre au serrage de main.

Votre pire rendez-vous avec un journaliste ?

Francis | Une interview lors de Rock en Seine avec Konbini. Mais vous l’avez jamais publiée, on était trop bourrés.

Simon | C’est très sympa de ne pas l’avoir publiée d’ailleurs.

Francis | On avait répondu "R. Kelly" à toutes les questions, donc ça passe moyen maintenant [rires]

Simon | Vous savez qu’il a même acheté un McDo pour capter des teens ? Il l’a écrit dans sa bio.

Elliot | Attends, t’as maté la bio de R. Kelly ?! [rires]

Simon | Non je l’ai pas lu, j’ai vu un raccourci, un truc… J’ai plein de "fun facts" comme ça. Mais pourquoi on avait répondu R. Kelly à toutes les questions d’ailleurs ?

Maxime | Il y a dû y avoir un premier "R. Kelly" qui devait faire sens. Et après c’est devenu le running gag. 

Francis | Précisons encore une fois qu’on était bourrés.

Vous avez déjà eu un Rendez-vous avec la peur ?

Elliot | Oui en Italie. J’étais dans un super bel hôtel avec ma meuf, et j’entends que ça sonne au téléphone de la chambre à 1 heure du mat'. Et là, le mec me dit : "Yes sir, there is the police for you". Les flics viennent me chercher, m’emmènent en bas. Je me dis : "C’est quoi ce délire ?" Ma meuf se met à hurler : "Mais qu’est-ce que t’as fait ?!" Ils m’ont fait poireauter pendant une demi-heure, ils regardent mes papiers. Ils me disent que c’est bon pour ce soir, mais que je dois revenir au commissariat le lendemain. En fait c’est parce qu’avec Simon un an plus tôt, on avait pissé sur un mur à la gare.

Francis | On se barrait de la tournée en Italie et on les attendait à la gare. On se disait : "Mais ils sont où ?" et en fait ils étaient chez les flics parce qu’ils avaient pissé sur le commissariat. [rires]

Simon | Et du coup on s’est pris une amende de 10 000 balles. 

Elliot | Yes, 5 000 euros chacun.

Simon | Somme qu’on a, j’imagine, jamais payée. [rires]

Vous craignez le Rendez-vous avec la mort ?

Maxime | Ouais, personnellement c’est un truc qui m’angoisse pas mal. J’y pense beaucoup, surtout de perdre mes proches, plus que ma propre mort en fait. C’est quelque chose que je n’accepte pas trop, de vieillir et de savoir que tout a une fin, alors que fondamentalement c’est con parce que tu sais que ça va arriver.

Elliot | Moi c’est le passage entre les deux qui me fait flipper. Ce moment où tu te dis : "Ça y est je suis en train de claquer". Je préfère une mort rapide et ne pas avoir à y penser.

Francis | J’ai eu ce passage-là sous acide, c’était horrible. T’as l’impression qu’il ne te reste plus que cinq secondes à vivre. C’est un gros classique. Et après, t’as l’impression que tu renais, tu redécouvres tes sensations, c’est complètement ouf. Il y a un moment où t’acceptes la mort et il y a rien à faire.

Elliot | Mais pourquoi tu te dis que tu meurs ?

Francis | Parce que t’es persuadé que ça va arriver. Ça vient comme ça, d’un coup. 

Elliot | Et après tu te sens changé dans ta vie ?

Francis | Ouais de ouf, parce que tu te souviens de tout. Tu repenses qu’à des trucs de ouf. T’as l’impression de voir des signes partout, tu te dis qu’il faut voir davantage ta famille. Après c’est une expérience propre à chacun, mais moi par exemple je me disais qu’il fallait que j’appelle ma mère.

Maxime | Tu règles des trucs avec toi-même, ça remet de l’ordre dans ta vie un peu.

Elliot | Il y a le DMT aussi dans ce délire-là.

Comme le début d’Enter the Void.

Simon | Ouais de ouf, mais ça dure pas longtemps et t’es déconnecté de tout repère temporel.

Francis | Genre une dizaine de minutes, il me semble.

Vous seriez plutôt Rendez-vous au Paradis avec Alain Chamfort ou Rendez-vous en enfer avec Steven Seagal ?

Simon | N’importe où avec Steven Seagal. 

Maxime | Avec Steven Seagal, tu kiffes dans tous les cas.

Simon | Il fait du blues Steven Seagal maintenant. 

Maxime | Il fait surtout son émission où il part avec les keufs sur les scènes de crime avec un fusil à pompe, et il fait des leçons de morale en mode "Steven le grand frère"

Francis | C’est un autre level.

Elliot | Après je pense que j’aurais plus peur de Poutine que de Steven Seagal.

Simon | Ah c’est sûr, c’est une trompette Steven Seagal à côté.

C’est quand votre prochain rendez-vous en studio ?

Maxime | On aimerait bien faire ça bientôt, peut-être en rentrant de Chine. Là on va avoir un peu plus de temps cet été et on a tous hâte de composer.

Et nous, on se donne rendez vous quand ?

Francis | À La Cigale en 2020, j’espère qu’on pourra tourner notre vidéo cette fois !

Par Guillaume Narduzzi, publié le 08/07/2019

Copié

Pour vous :