AccueilMusique

Racisme anti-asiatique : pourquoi l’album de YG a été viré des plateformes de streaming ?

Publié le

par Aurélien Chapuis

L’album My Krazy Life du rappeur YG a été retiré de YouTube, Spotify et Apple Music. On vous explique pourquoi cette censure.

Après une semaine de controverses en interne, YouTube a retiré un morceau de YG de sa plateforme. "Meet the Flockers" est extrait de son album My Krazy Life sorti en 2014, il y a sept ans. Dans ce titre, YG donne toute une série de conseils et de mesures pour faire un cambriolage. Gros problème, dès la première rime, il vise une communauté :

“First : you find a house and scope it out/Find a Chinese neighborhood, ’cause they don’t believe in bank accounts.”

Pour schématiser : si tu veux faire un bon cambriolage, il faut choisir une maison dans un quartier de la communauté chinoise car ils gardent beaucoup d’argent liquide chez eux, ils ne croient pas aux banques.

Le morceau "Meet the Flockers" a toujours été largement critiqué par la communauté asiatique aux États-Unis. De nombreux activistes se sont battus contre son contenu qui, de leur point de vue, faisait la promotion de crimes violents envers la communauté asiatique.

Bien que ce n'ait sûrement pas été l’intention de YG, cette chanson a servi d’inspiration à une série de cambriolages dans la région de Los Angeles en 2017, d’après les cambrioleurs eux-mêmes. Avec l’horrible explosion actuelle des violences extrêmes contre les personnes d’origine asiatique aux États-Unis, "Meet the Flockers" est revenu fortement dans les débats alors que la popularité de YG ne cesse d’augmenter.

Un morceau de YG qui attise les controverses depuis sa sortie

Certains employés de YouTube ont demandé directement à ce que le morceau "Meet the Flockers" soit enlevé de la plateforme. Ils signalisent ce morceau comme un appel à la haine et à la violence contre une communauté ciblée. Mais l’entreprise avait débouté leur plainte le 22 mars 2021, en mettant en avant que ces propos étaient intégrés à une œuvre artistique et que la liberté d’expression restait de vigueur dans ce cas.

"Nous trouvons en effet que cette vidéo est très offensante et nous comprenons qu’elle soit très dure à regarder pour beaucoup, y compris dans nos propres services, notamment au vu des violences grandissantes contre la communauté asiatique actuellement, déclare YouTube dans un communiqué d’après Bloomberg.

Bien que nous ayons extrêmement débattu sur le sujet, nous avons pris la décision très difficile de laisser la vidéo en ligne pour garder notre politique intacte et éviter un précédent qui nous aurait menés vers la suppression de très nombreuses autres vidéos musicales sur YouTube."

Après une semaine entière de débats controversés au sein de l’entreprise, YouTube a finalement décidé de retirer cette vidéo de sa plateforme. Le morceau n’avait pas réellement de clip à proprement parler mais était présent dans le film Blame It on the Streets, sorti quelque temps après l’album. On n’y entend juste l’instrumental pendant une séquence où YG et son équipe font un repérage dans une maison dont une femme d’origine asiatique avait ouvert la porte. C’est donc la version visuelle et équivoque du morceau, il se passe exactement ce que YG dit dans "Meet The Flockers".

Une version censurée sur les plateformes de streaming

Sans faire d’annonce, les plateformes de streaming audio ont elles aussi suivi le pas en retirant l’album entier, My Krazy Life, pendant plus d’une journée. Il vient de réapparaître ce matin, tout comme sur YouTube, mais dans une version censurée où le terme "Chinese" a été enlevé, même sur l’édition explicite de l’album. Ainsi ce début de morceau ne semble plus viser une communauté mais tous les quartiers possibles qui auraient des billets sous le matelas.

Depuis la pandémie du Covid-19, les crimes haineux anti-asiatiques ont connu une énorme augmentation. YouTube a ainsi annoncé avoir supprimé plus de 97 000 vidéos et 46 millions de commentaires pendant le dernier trimestre 2020. Depuis plusieurs semaines de nombreuses manifestations sous le slogan "Stop Asian Hate". Ce dimanche de Pâques, un énorme rassemblement a eu lieu à New York et la chanteuse Rihanna était parmi les manifestants.

À voir aussi sur konbini :