Sur Twitter, des internautes ont confondu Marilyn Manson et Charles Manson…

Comme quoi, c’est toujours mieux de réfléchir avant de tweeter.

À l’image des flots de "condoléances" qui inondent les réseaux sociaux à chaque décès de célébrité, l’acronyme "RIP" est devenu une autre manière superficielle (et usée jusqu’à la corde) de faire part de sa peine sans vraiment trop réfléchir. Ces tweets sur Charles Manson l’illustrent d’ailleurs à merveille.

Publicité

Traduction : "LOL, tous ces gens qui tweetent 'RIP Charles Manson' avec une photo de Marilyn Manson. J’en peux plus de cette génération. Repose en enfer, Charles."

Le dimanche 19 novembre s’éteignait Charles Manson, criminel et gourou américain, à l’âge de 83 ans. Il avait passé près de 40 ans en prison pour avoir orchestré sept meurtres, dont celui de Sharon Tate, la femme de Roman Polanski, alors enceinte. Au même moment, un autre Manson, le chanteur Marilyn Manson, se portait comme un charme et était en plein concert à Prague, en République tchèque.

Publicité

Ces deux hommes qui n’ont aucun lien de parenté – Marilyn ayant repris le nom de Charles pour susciter l’effroi – ont fini par être confondus par des internautes, qui n’avaient probablement pas d’autre but que de faire croire qu’ils avaient de l’empathie. Il fallait donc que le monde sache qu’ils étaient tristes du décès de Manson… mais lequel?

Des tweets plus que confus ont donc commencé à se répandre, avec le message "RIP Charles Manson" accompagné par une image de Marilyn Manson. Si l’on est à peu près sûr que certains de ces tweets étaient ouvertement ironiques, d’autres semblaient sincères.

Qu’on trouve ça drôle ou non, cela doit nous rappeler qu’il ne faut pas sauter sur le buzz sans s’assurer au préalable de savoir de quoi il s’agit. Sinon, vous aurez l’air un peu bêtes.

Publicité

Traduction : "Chers millennials. S’il vous plaît, faites une recherche Google sur Charles Manson avant d’écrire 'RIP', quand vous voyez que sa mort est dans les top trends. On dirait que vous avez mis vos propres vies en pilote automatique, les gars. Merci, le monde entier."

Publicité

Par Justina Bakutyte, publié le 21/11/2017

Pour vous :