AccueilMusique

"Quand je chante l’amour, je suis du bon côté" : l’interview love de Lee Fields

Publié le

par Chayma Mehenna

Le coup de foudre, l’amour éternel, les tentations… Après le concert plein d’amour de Lee Fields à Rock en Seine, on s’est posé avec lui pour une interview love, of course.

Déjà plus de quarante ans de carrière pour celui qu’on appelle aussi le "Little James Brown". L’équivalent de treize labels différents et d’innombrables chansons… Elmer "Lee" Fields, est un vieux de la vieille. L’industrie musicale, ça lui connaît mieux que quiconque. Sur scène, le temps a beau passer, il est toujours aussi généreux, heureux et communicatif. À Rock en Seine, il arborait une veste dorée à paillettes et a électrisé la foule grâce à son coffre puissant, nous offrant un merveilleux voyage dans le temps. Avec son groupe The Expressions, il ne cesse de véhiculer l’amour et le bonheur, de scène en scène. Pour percer le mystère de tout cet amour, nous avons discuté avec lui de son mariage, de ses croyances et de l’âme sœur.

(© Mike Germain/Konbini)

Konbini | Tu peux me parler un peu d’amour ? Pourquoi est-ce le thème récurrent dans ta musique ?

Lee Fields | La raison principale, c’est que l’on vit dans une période qui ne ressemble à aucune autre. Le monde pourrait être détruit demain en un clin d’œil, nous en avons les capacités techniques au vu de toutes les armes que l’on a accumulées. En ce moment, il semblerait que l’on a affaire à deux personnes assez folles pour être prêtes à les utiliser. En ces temps on a besoin plus que jamais de s’aimer les uns les autres, pour le futur. C’est comme ça que l’inévitable peut être évité. Donc je chante l’amour et je parle d’amour tout le temps. C’est aussi que je crois dans les principes de la Bible. Quand Jésus-Christ a dit à ses disciples qu’ils vivaient les derniers jours, c’était vrai. Cela fait 2 000 ans qu’il est mort et que l’on vit les derniers jours. Ces derniers jours peuvent encore durer 3 000 ans comme 10 000 ans, la seule manière de repousser l’échéance, c’est de véhiculer l’amour. C’est le seul atout que l’on a, l’amour. L’amour viendra toujours à bout de la haine.

J’ai écrit "We can make the world better if we come together" dans la chanson "Make The World" l’année dernière à la suite d’une vision. J’ai fait un cauchemar. Je suis allé dans le futur et j’ai vu les arbres sans feuilles, les rivières contaminées, les gens endeuillés et souffrants. Tout ce qu’il restait, c’était un endroit où tu ne voulais pas être. Je me suis réveillé, haletant, puis je me suis rendormi. Cette fois j’ai fait un rêve, au même endroit, les feuilles étaient vertes, les gens s’aimaient, les océans étaient propres. C’était tellement beau que je ne voulais pas quitter ce monde. Je pense que ce rêve était une représentation des deux possibilités qui se présentent à nous. Nous sommes à un tournant. Quand je chante l’amour, je suis du bon côté. Je me dis que peut-être que les gens entendront et se rendront compte qu’ils peuvent changer les choses. L’amour est nécessaire. Voilà la raison pour laquelle je chante à propos d’amour.

C’est quoi ta chanson d’amour préférée ?

C’est évidemment de la soul. Sans hésitation du Al Green, "Tired of Being Alone" par exemple. Et puis du Sam Cooke comme "Bring it on Home to me". Enfin, il y en a tellement. Comment ne pas citer aussi "Free Fallin'" de Tom Petty ? Ah, mais est-ce vraiment une chanson d’amour ? J’imagine que tout est une chanson d’amour…

Laquelle te rend le plus heureux quand tu l’écoutes ?

J’adore "Who’s Loving You" lorsqu’elle est chantée par Michael Jackson. Michael Jackson chantait comme s’il était sur Terre depuis très longtemps. C’est la meilleure de toutes. Mais j’aime n’importe quelle chanson qui touche la partie sensible de mon esprit. J’écoute principalement des chansons d’amour mais celles que j’ai citées sont celles qui restent dans ma tête.

Tu crois au coup de foudre ?

Je ne pense pas que les gens puissent tomber amoureux en un regard. L’amour, c’est une chose qu’il faut travailler. Évidemment qu’en regardant quelqu’un tu peux te dire qu’une personne est attirante et que tu aimerais apprendre à la connaître. Mais tomber amoureux sans même une conversation ? Non. Comment tu fais ça sans jamais avoir parlé avec la personne ? C’est un non, non. Tu regardes une personne et tu te dis "je l’aime" ? (rires) Non. Non. Je n’y crois pas. C’est joli à dire évidemment. Je ne peux pas penser à quelque chose de plus romantique. Tu peux avoir des papillons en regardant quelqu’un dans les yeux et avoir l’effet "Oh wow !" Mais tomber amoureux ? Non. Il faut être avec la personne pendant un moment et voir s’il se passe quelque chose. Tu peux être avec quelqu’un d’adorable mais qui s’avérera être ton pire cauchemar. (rires)

Comment as-tu rencontré ta femme ?

J’ai rencontré ma femme alors que je venais d’arriver à New York pour m’y produire. C’était en 1967. Quand j’étais là-bas, j’ai commencé à travailler dans un club. Elle travaillait à mi-temps chez Tiffany’s et dans un restaurant. Quand je l’ai vu, il y a eu une certaine alchimie. Je n’étais pas amoureux direct mais je voulais être avec elle et voir si je pouvais tomber amoureux d’elle. Je suis allé à son restaurant, c’est là que je l’ai rencontrée. Puis je l’ai invitée à venir à mon concert. Elle est venue le soir d’après. On est restés en contact et l’instant d’après, nous étions amoureux.

Quelle est ta définition de l’amour ?

L’âme sœur. L’amour, c’est plus que le physique. C’est vouloir que la personne expérimente ce voyage avec toi. C’est vouloir que la personne soit avec moi après la mort. Je ne doute pas de ce qui m’attend. Je continuerai d’exister. Pour ceux qui pensent qu’il n’y a pas de vie après la mort, ils resteront morts et ne sauront jamais qu’il y a autre chose. Ceux qui croient qu’il y a autre chose, il va falloir nager vite. Il faut nager pour y entrer et nager pour en sortir. Moi, je te dis, je serai sur le dos et j’aurai la meilleure technique de dos crawlé (rires). Amen, je vais vraiment nager. (rires)

Quelle est la chose la plus désintéressée que tu aies faite par amour ?

Tout ce qu’il est possible de faire pour ma femme. Il n’y a pas de limites. Je l’aime tellement que je veux juste qu’elle soit heureuse. Le bonheur qu’elle m’a offert jusqu’à présent va durer pour toujours. Ce qu’elle veut faire, peu importe ce que c’est. Et je le dis de manière altruiste. Je vais même faire du shopping. (rires) J’ai appris les bases d’une relation en quarante ans de mariage. Et la première des bases, c’est de dire oui à tout. Si tu dis "Oui, OK, mon amour, on fait ça", tu n’auras aucun problème. Ces mots sont magiques, ça marche à tous les coups. (rires) Je veux qu’elle soit heureuse, je suis sincère parce que je suis heureux simplement en étant avec elle. Lorsqu’elle est triste, mon vieux, je n’ai même pas envie d’y penser. Je déteste la voir comme ça.

C’est quoi le rendez-vous idéal ?

C’est lorsque j’ai rencontré ma femme pour la première fois. Enfin, toutes les soirées avec elle depuis aussi. Toutes les soirées que je passe avec elle sont spéciales. On n’a pas fait grand-chose la première fois, j’aimais juste sa présence. Être près d’elle… Elle pourrait être assise à rien faire dans le salon, ça resterait quand même le meilleur rendez-vous du monde. Peu importe, tant qu’elle est là et qu’elle se sent bien. Lorsque deux personnes s’aiment vraiment, elles veulent être ensemble, se voir et passer du temps à deux. Si tu as un souci avec le fait d’être près de ton partenaire, il y a quelque chose qui ne va pas, quelque chose qui n’est pas net. Ça fait quarante ans qu’on est ensemble et je pense toujours à elle tout le temps. Une minute ne passe pas sans que je me demande ce qu’elle fait. Le triste constat, c’est de savoir que cette histoire doit s’arrêter un jour. J’espère juste que je serais le premier à partir. Je ne pourrais pas supporter d’être sans elle. Mais je sais que ça va arriver, tu ne peux pas éviter ça. Si elle garde la foi, on sera réunis.

Comment faire pour rester fidèle ?

Beaucoup de gens ont du mal avec ça. Mais si tu crois en tes principes et tes croyances, tu réussiras à rester fidèle. Si ta religion, peu importe laquelle, est dans ton esprit, tu sauras vaincre les tentations qui sont très nombreuses. Tu ne peux pas éviter les tentations, elles sont partout. C’est là que la spiritualité entre en jeu. Toute personne est constituée de deux entités : la chair qui aime la chair, qui est attirée par la chair et d’un autre côté, l’aspect spirituel. Quand tu as ce moment de faiblesse, il suffit de remettre ça dans les mains de l’au-delà et tu resteras fidèle. C’est le plus difficile pour tout le monde.

C’est quoi le meilleur conseil pour préserver l’amour ?

Peu importe ta religion ou tes croyances, tu dois nouer des liens spirituels avec la personne avec qui tu décides de vivre ta vie. Il y a certaines douleurs qui nécessitent de croire en quelque chose de plus grand. Quelques personnes pensent qu’elles sont plus fortes que les autres mais elles ont tort. Le spirituel est supérieur à la chair. Toujours. Si l’on suit la chair, c’est la misère. Personne n’est parfait mais nous avons besoin de spiritualité.

Lee Fields sera en tournée en province tout au long du mois de novembre. Il sera aussi en concert le 27 janvier 2018 à l’Olympia de Paris.

À voir aussi sur konbini :