AccueilMusique

Punk, rock, électro, rap... Le visionnaire Alan Vega laisse tous les musiciens orphelins

Publié le

par Théo Chapuis

Alan Vega, sur la pochette de Jukebox Babe/Collision Drive, en 1989

Réagissant à la mort d'Alan Vega, des musiciens de tous horizons ont rendu hommage au chanteur de Suicide. Il laisse une œuvre visionnaire derrière lui.

Alan Vega, détail de la pochette de <em>Jukebox Babe/Collision Drive</em>, en 1989.

Avec le décès d'Alan Vega, annoncé par le chanteur Henry Rollins ce 16 juillet, c'est un morceau du patrimoine musical occidental qui a disparu. Sans rire.

Si Suicide n'a jamais connu le succès populaire, les chansons de Martin Rev et Alan Vega ont marqué des musiciens du monde entier comme des brûlures de cigarettes pour tympans. Nappes diaphanes, boîtes à rythmes squelettiques, minimalisme radical, mélodies faussement souriantes, beats sinistres et goût prononcé pour les bruits industriels... Nul doute que Suicide a fait germer dans son sillage sombre et sale des artistes comme Nine Inch Nails, Depeche Mode, Portishead, LCD Soundsystem ou Sonic Youth, mais aussi les plus jeunes Savages, Future Islands, Mykki Blanco, Fat White Family ou encore Grimes...

Suicide a tracé une voie que des milliers de groupes ont empruntée, parfois sans s'en rendre compte, depuis qu'il en a révélé la carte avec un album aussi fondateur que sanguinolent en 1977 – davantage symbole de naissance dans la douleur que de mort violente. Le nouveau départ d'un rock qu'on disait déjà, à l'époque, agonisant. Et la prescience d'un son qui ne mourra jamais vraiment (contrairement à celui des Sex Pistols ou des Ramones).

De nombreux musiciens ont donc tenu à rendre hommage au chanteur du duo le plus pillé du punk, prouvant au passage une filiation parfois inattendue entre genres musicaux.

Win Butler

Win Butler a partagé une reprise solo du titre "Keep Your Dreams". Il l'a enregistrée sous son pseudonyme DJ Windows 98 et l'a partagée sur SoundCloud, sous le titre "K33p Ur Dr34ms". Malgré tout son talent, le chanteur du lumineux Arcade Fire n'a pas réussi à restituer la misanthropie primale de ce titre de légende :

MGMT

Autre duo de génies, mais de la musique pop, MGMT a choisi une reprise d'Alan Vega, période solo – l'album Saturn Strip de 1983 pour être exact. Les auteurs de "Time to Pretend" se sont fendus d'une cover de "Goodbye Darling". Synthés, feu à volonté !

Devon Welsh (ex-Majical Cloudz)

Pour le coup, il est difficile de nier la filiation directe entre la noirceur de Suicide et la mélancolie de Majical Cloudz. À l'annonce de la mort d'Alan Vega, son ex-chanteur Devon Welsh a partagé un titre nommé "Me and Alan Vega". Enregistrée en 2011, la chanson n'a jamais trouvé sa place sur un album de son groupe. Il la décrit comme "un petit hommage".

Bruce Springsteen

Sur son site Internet, Bruce Springsteen a choisi la plume, et non pas la guitare, pour rendre un bel hommage à celui qu'il décrit comme "une grande et révolutionnaire voix du rock'n'roll". C'est tout aussi vibrant :

"La bravoure et la passion dont il a fait preuve tout au long de sa carrière m'ont beaucoup influencé. J'ai eu assez de chance pour connaître un peu Alan et il a toujours été un esprit très doux et généreux. La puissance brute de ses plus grands morceaux avec Suicide ou sur ses albums solo peut toujours inspirer et choquer aujourd'hui. Avec le recul, il n'y avait tout simplement personne comme lui."

Les tontons du grunge de Pearl Jam, en tournée au Canada, auraient également repris "Dream Baby Dream" en l'honneur d'Alan Vega lors d'un concert au Pemberton Festival.

Un cortège de tweets

Sur Twitter, de nombreux musiciens d'horizons divers ont tenu à relayer la triste nouvelle. On compte parmi eux Al Jourgensen, chanteur du féroce Ministry et aventurier de la new wave, avec lequel Alan Vega a collaboré sur Saturn Strip ; mais aussi Geoff Barrow de Portishead avec qui la filiation est carrément palpable ; le vétéran Billy Idol ; la chanteuse Beth Ditto... et bien d'autres.

Alan, tu vas nous manquer.

À voir aussi sur konbini :