AccueilMusique

Des scientifiques ont transformé l’ADN du Covid en musique ambient… et voici le résultat

Publié le

par Younes Sekkat

© KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Le projet Viromusic fait du Covid des morceaux d’ambient qui peuvent rapporter gros.

Depuis maintenant presque deux ans, le Covid a envahi nos vies. Aujourd’hui, vous allez encore en entendre parler… mais en musique. Selon un article de Trax, des scientifiques du projet Viromusic ont créé des musiques d’ambient à partir de l’ADN du Covid. Le projet comprend 10 000 morceaux de différents genres musicaux pour que tout le monde y trouve son "Covid music style".

Comment ça marche ?

D’après le site officiel Viromusic, la technique associée s’appelle la "DNA Sonification", utilisée à travers un logiciel qui traite les séquences génétiques du virus pour cibler les sections qui pourraient former une partition musicale. Une fois segmentée, la combinaison est convertie en notes musicales à l’aide d’un système audio numérique et on obtient par la suite une mélodie.

L’étape finale est d’harmoniser le tout par l’ajout de notes d’instruments de musique tels que le violoncelle, la basse ou la batterie, qui sont joués par des humains. Pour plus de détails concernant le processus, vous pouvez visiter le site officiel du projet ici.

Un réel investissement

C’est également un projet qui se veut dans l’ère du temps à travers la conversion de ces musiques en NFT, disponibles à la vente sur la plateforme Rarible, et dont le prix peut grimper très rapidement. Les enchères commencent à 0,07 Ethereum, soit environ 237 euros, et peuvent atteindre des dizaines de milliers d’euros, comme l’un des morceaux qui a été vendu à 10 Ethereum, soit environ 34 000 euros, d’après le site de Radio FG.

À l’arrivée, les acheteurs reçoivent leur œuvre avec le fragment d’ADN correspondant et une explication du rôle de ce gène dans le virus. Dans cette crise sanitaire, il n’y a pas que les géants pharmaceutiques qui génèrent de l’argent. Le secteur des NFT a également eu le droit à sa part de gâteau.

À voir aussi sur konbini :