( © Warner )

Avec A Star Is Born, Lady Gaga est devenue une grande actrice

Avec A Star Is Born, Lady Gaga confirme ses talents d’actrice. Grâce à sa performance sans fards, la chanteuse se réinvente dans le cinéma.

(© Warner)

Depuis quelques semaines, Lady Gaga multiplie les apparitions et nous envoûte avec son "The Shallow" qu’elle chante en duo avec Bradley Cooper. Déjà nommé aux Oscars du Meilleur acteur pour ses performances dans American Sniper, Happiness Therapy ou encore American Bluff, le comédien a décidé de sauter le pas et passe, après 18 ans de carrière, derrière la caméra pour livrer le troisième remake de A Star Is Born.

Publicité

Épaulé par la voix puissante de Lady Gaga, Bradley Cooper campe une rock star alcoolique, Jackson Maine. Le genre de vedette qui ne peut pas sortir sans être accosté par un lourdaud à l’affût d’un selfie avec une célébrité. Lassé par ce cirque médiatique, le chanteur commence à se laisser aller. Un soir, lorsque sa bouteille d’alcool greffé à sa main devient vide, il s’arrête par hasard dans un bar de drag-queen et flashe sur Ally qui interprète alors "La Vie en Rose". À ce stade, ce n’est que de la mise en bouche . En 2015, souvenez-vous, Lady Gaga avait déjà pris le micro pour rendre hommage à Édith Piaf au Gent Jazz festival :

Au prix du paradoxe, le show commence vraiment lorsque l’apprentie chanteuse va se démaquiller. Dans A Star Is Born, Lady Gaga n’est plus la show girl pimpée aux costumes excentriques. Elle opte pour un look naturel et un discours de fille complexée qui l’éloigne du produit MTV qu’elle était à la fin des années 2000. Si son parcours musical est la matière principale du film, ce n’est qu’une façade parmi dans d’autres. En filmant de l’intérieur l’industrie musicale, l’angoisse, les tracas, Bradley Cooper livre une vision contrastée de la vie d’artiste.

Publicité

Dans notre société, où le succès est éphémère, les deux comédiens vivent leur expérience intime à des échelles différentes. Quand l’un est en train de briser ce qu’il avait bâti, l’autre vient de trouver un producteur et commence à prendre son envol. À travers ces portraits touchants et tragiques, c’est une beauté suprême que vise le film. Sa pièce maîtresse ? Lady Gaga.

Publicité

Du petit au grand écran

180 millions d’albums vendus, 6 Grammy Awards, plus de 450 nominations… Avec du recul, comment ne pouvait-on pas prédire que Lady Gaga éclaterait au cinéma ? La vedette pop qui se glissait dans des costumes démesurés nous servait sur un plateau des clips allumés, prouvant au passage qu’elle était la reine de la mise en scène.

Comme Cher, Justin Timberlake, Taylor Swift, Rihanna ou Mariah Carey, Lady Gaga a été appelée par le cinéma. Tout commence en 2001 avec Les Sopranos, une série dans lequel elle décroche un petit rôle. Elle enchaîne ensuite les caméos avec Gossip Girl, Les Simpson, Men in Black 3… En 2014, Robert Rodriguez l’invite à jouer une serveuse dans Sin City : J’ai tué pour elle mais elle commence vraiment à séduire le public avec son rôle de vampire dans American Horror Story :

Publicité

Elle décroche ainsi sa toute première récompense en tant qu’actrice : le Golden Globe. Elle déclare justement dans son discours qu’elle voulait devenir actrice avant de devenir chanteuse. "C’est simplement que la musique a marché avant", explique-t-elle.

Au premier plan dans A Star Is Born, Lady Gaga semble finalement avoir atteint ses rêves. Elle avait effectivement le CV parfait pour ce drame musical. Dotée d’une voix ultra-puissante - qui nous émeut forcément, elle nous surprend davantage dans l’acting. Un jeu sensible, élégant, personnel qui met en avant tout ce qu’elle cachait sous sa carapace et ses couches de fond de teint.

La Mother Monster est devenue une actrice, au sens littéral. Elle joue avec son corps, sa voix, met en avant ses défauts, range sa provoc' et s’oublie pour se réinventer, sans fards. Cette année, la trentenaire est venue chercher l’Oscar.

Par Lucille Bion, publié le 04/10/2018

Pour vous :