Tristesse : le plus grand disquaire indé du monde ferme définitivement ses portes

"Nous n'avons pas le choix", a fait savoir le propriétaire de l'Amoeba Music situé sur Sunset Boulevard.

Alors que l’avenir de cette boutique mythique était déjà très incertain il y a moins d’une semaine, il est aujourd’hui scellé. Comme l’annonce le Los Angeles Times, les portes d’Amoeba Music, le plus grand disquaire indépendant du monde, ne rouvriront pas. L’établissement situé à Hollywood sur le fameux Sunset Boulevard était fermé depuis près d’un mois et demi et l’annonce du confinement aux États-Unis suite à la crise sanitaire liée au coronavirus.

Il s’agit de la boutique principale de la branche Amoeba depuis 2001. Jim Henderson, le copropriétaire de la société en question, s’est exprimé par le biais d’un communiqué. "Nous sommes dévastés que notre histoire sur ce beau lieu se termine comme ça, mais nous n’avons tout simplement pas le choix", a-t-il fait savoir. Une preuve supplémentaire que le secteur culturel est particulièrement impacté par la pandémie de Covid-19 qui sévit actuellement aux quatre coins du monde.

Publicité

Voir cette publication sur Instagram

It is with a very heavy heart that we announce that the massive impact from COVID-19 has forced Amoeba Hollywood to remain closed until we can hopefully move to our new location this fall. We are devastated. We know you are too. We never envisioned not being able to give the store the send-off it deserves, to give you all a chance to say goodbye. But we are facing too many mitigating circumstances. This is not the end of Amoeba! We are moving to a new location at 6200 Hollywood Blvd in the fall and we feel fortunate that this plan was set into motion long before COVID-19. There are so many unknowns and uncertainties for a business like ours right now. The only thing we do know for certain is that we intend to survive. We want to continue to be there for our amazing customers and our incredible staff in our new location long after this pandemic disappears. The only way we can keep Amoeba Hollywood alive in the future is to make this difficult decision now. Thank you ALL so much for your support during this time and over the years. We have the best customers in the world, as evidenced by the tremendous outpouring of support for our GoFundMe. Your generosity is going to help cover health care for our employees at all three stores, and generally help Amoeba continue while we all must remain closed. We miss you all and cannot wait until we can be together again. Please read our full statement online at https://amoeba.com/moveupdate

Une publication partagée par Amoeba Hollywood (@amoebahollywood) le

Selon ce communiqué, "le plan initial était de fermer le site à l’automne, puis de déménager vers un nouveau site dès que possible". La société avait même prévu une fête d’adieu durant tout l’été à l’ancien emplacement. Célébrations qui n’auront malheureusement pas lieu en raison des mesures de distanciation sociale.

Cependant, le nouvel emplacement devrait, si tout se passe pour le mieux, ouvrir à l’automne prochain au 6200 Hollywood Boulevard. Amoeba a annoncé ce déménagement l’année dernière et a reçu son permis de construire en mars dernier. Et ce même si l’avenir de l’entreprise s’assombrit de jour en jour.

Publicité

Depuis le début de la pandémie, l’entreprise payait donc deux loyers particulièrement onéreux en plein cœur d’Hollywood, sans générer le moindre revenu. Le magasin de disques, qui dispose toujours de deux annexes dans la région de San Francisco, réglait également les différentes factures, ainsi que l’assurance maladie pour une bonne partie de ses 400 employés.

Toujours d’après le Los Angeles Times, la situation financière est devenue compliquée à partir de 2015. Amoeba avait alors vendu le bâtiment de Sunset Boulevard à GPI Companies pour la coquette somme de 34 millions de dollars. Seulement, depuis, la société payait un loyer (que l’on imagine facilement exorbitant vu l’emplacement) au nouveau propriétaire. Ainsi, la santé économique de l’adresse s’est retrouvée fragilisée au fil des mois, et le Covid-19 n’a fait qu’accélérer cette chute inévitable.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 28/04/2020