N.W.A (via Facebook)

Piratées, les radios de la police néo-zélandaise passent en boucle "F*** tha Police"

Les fréquences radio de la police locale ont été piratées illégalement par un anonyme durant tout un week-end.

N.W.A. (© Facebook)

Le week-end dernier, la police néo-zélandaise a été la cible d’une blague assez cocasse. Selon le journal anglais The Guardian, sa radio fréquence a été illégalement piratée par un anonyme qui en a profité pour diffuser en boucle le morceau "F*** tha Police" du mythique groupe de rap californien N.W.A.

Publicité

Afin de varier les plaisirs, c’est plusieurs versions qui auraient été jouées – dont une du groupe Rage Against the Machine. Mais peu importe l’interprète, le message du titre de 1988 extrait de l’album Straight Outta Compton reste le même. Outre son titre provocateur, le morceau dénonce avec virulence les brutalités policières qui découlent du racisme. Un sujet malheureusement toujours d’actualité.

Et ce n’est pas avec le sourire que la police locale a réagi à ce pique. À l'Otago Daily Times, l’inspecteur Kelvin Lloyd a exprimé son mécontentement. Selon lui, ces diffusions illégales ont mis en danger les citoyens "en interférant avec celles de la police armée qui essayait de coordonner ses réponses face à un homme pointant une arme sur un motocycliste". Il ajoute :

"Toute interférence avec la radio de la police constitue un risque à la sécurité publique, et ceux qui sont pris à faire cela peuvent faire face à une sanction pour nuisance criminelle et risquent jusqu’à un an d’emprisonnement."

Publicité

Concernant l’avancée de l’enquête visant à démasquer le fauteur de trouble, il semblerait qu’aucune radio de police n’ait disparu. Le département d’Otago, sur l’île sud, explique que les sons ont probablement été diffusés par un autre moyen.

Par Sophie Laroche, publié le 10/01/2018

Copié

Pour vous :