AccueilMusique

D'après le PDG de Spotify, les artistes devraient être plus productifs

Publié le

par Guillaume Narduzzi

©DR/Flickr

Selon lui, "il n'est plus possible d'enregistrer un album une fois tous les trois ou quatre ans en espérant que ce sera assez".

La semaine dernière, la plateforme de streaming Spotify dévoilait son bilan économique du deuxième trimestre de 2020. Avec le confinement, l’entreprise enregistrait fin juin une hausse de huit millions d’abonnés, portant le total à 138 millions. Concernant les utilisateurs actifs mensuels, ils sont désormais près de 300 millions, pour une augmentation de 13 millions de mars à juin.

"Notre entreprise a réalisé de bonnes performances au deuxième trimestre et continue de fonctionner à un niveau élevé malgré l’incertitude persistante entourant la pandémie de Covid-19", a fait savoir la plateforme dans un communiqué. Il faut dire que cette hausse d’utilisation et d’abonnements s’est évidemment traduite d’un point de vue financier.

Comme le rapporte Les Inrocks, Spotify a généré 1,89 milliard de dollars sur cette période de trois mois, soit une augmentation de 13 % par rapport à la même période l’année dernière. Cependant, cette hausse reste inférieure à celle du premier trimestre 2020, pour un manque à gagner estimé à 356 millions de dollars.

Après l’annonce des résultats, Daniel Ek, PDG de la plateforme, a accordé un entretien au site Music Ally. Le milliardaire suédois a notamment été interrogé sur la situation économique précaire des artistes, qui ne reçoivent qu’une faible part des revenus qu’ils génèrent sur Spotify. Selon lui, les artistes, qui ne peuvent désormais plus assurer la majorité de leurs revenus avec des tournées et des concerts, doivent se montrer plus productifs s’ils veulent gagner de l’argent.

"Il n’est plus possible d’enregistrer un album une fois tous les trois ou quatre ans en espérant que ce sera assez", a-t-il déclaré à ce sujet, soulignant l’importance de "créer un engagement avec sa communauté de fans, partager l’histoire de la création de son album et entretenir un dialogue. […] Ceux qui ne réussissent pas bien en streaming sont principalement des gens qui veulent sortir de la musique comme elle l’était auparavant", estime-t-il.

Alors que les aides et mouvements de soutien aux artistes se mettent en place depuis de longues semaines, Daniel Ek s’inscrit aux antipodes de cette démarche. Une façon de voir les choses qui tranche radicalement avec le discours des musiciens depuis le début de la crise sanitaire, creusant un peu plus la fracture entre les artistes et le géant du streaming.

À voir aussi sur konbini :